Enquêtes : Netanyahu appelle des rabbins de droite à le soutenir
Rechercher

Enquêtes : Netanyahu appelle des rabbins de droite à le soutenir

Alors que certains éminents leaders religieux expriment leur soutien au Premier ministre, d’autres semblent frustrés par le blocage des constructions dans les implantations

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le rabbin Haim Druckman lors d'une rencontre dans le bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 8 février 2012. (Avi Ohayon/GPO/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le rabbin Haim Druckman lors d'une rencontre dans le bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 8 février 2012. (Avi Ohayon/GPO/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré mardi un groupe d’importants rabbins sionistes religieux pour leur demander leur soutien dans les enquêtes de corruption dont il fait l’objet.

Lors de cette réunion, Netanyahu a fait référence aux manifestations anti-corruption hebdomadaires à Tel Aviv appelant à sa démission, affirmant qu’elles faisaient partie d’une démarche plus large visant à le renverser.

« Il y a des manœuvres politiques, qui utilisent les manifestations et d’autres moyens, qui visent à renverser notre gouvernement nationaliste, qui défend la terre d’Israël et se bat pour elle », ont rapporté les médias en hébreu citant Netanyahu.

Le Premier ministre fait actuellement l’objet d’une enquête dans deux affaires criminelles dans lesquelles il est suspecté d’avoir accepté des cadeaux et des faveurs de la part d’hommes d’affaires en échange de favoriser leurs intérêts. La police devrait soumettre ses recommandations d’inculpation pour les deux cas dans les prochaines semaines.

Alors qu’un certain nombre de rabbins ont exprimé leur soutien à Netanyahu et rejeté les allégations de corruption, d’autres sont plus critiques envers le Premier ministre.

« [Netanyahu] appelle toujours les [rabbins] quand il a des ennuis, mais quand [ils] ont besoin de lui, il disparaît », a rapporté le journal Haaretz citant un rabbin souhaitant rester anonyme.

Les rabbins ont également soulevé un certain nombre de points qu’ils veulent voir aborder, parmi lesquels, empêcher l’intégration des femmes dans les unités de combat de l’armée et l’accélération des constructions dans les implantations de Cisjordanie, a rapporté le quotidien.

Parmi les rabbins présents à la réunion figuraient Haim Druckman, David Stav, Eli Sadan, Elyakim Levanon, Yoel Bin-Nun, Yaakov Shapira et Dovid Fendel.

Une absence remarquée : celle de Rabbi Zalman Melamed, fondateur du site d’information pro-implantations Arutz Sheva, qui a déclaré à Haaretz qu’il ne souhaitait pas être « utilisé » par Netanyahu.

La communauté sioniste-religieuse est généralement associée au parti pro-implantations HaBayit HaYehudi, avec lequel le Likud de Netanyahu est en concurrence pour le soutien des électeurs de droite.

Selon le quotidien Haaretz, Netanyahu a personnellement remercié Druckman pour avoir condamné le rassemblement de droite contre la corruption à Jérusalem ce week-end.

Cette manifestation, qui n’a attiré que quelques centaines de personnes, avait été organisée par le chroniqueur de droite Yoaz hendel, l’ex-directeur de la communication de Netanyahu et actuel président de l’Institut pour les stratégies sionistes, un think-tank centriste.

La manifestation a eu lieu après pratiquement une année de manifestations anti-corruption tenues à Petah Tikva et à Tel Aviv, principalement organisées par des groupes de gauche et des députés de l’opposition, et suit une attaque violente de la part de Netanyahu la semaine dernière, contre la police israélienne et les recommandations qu’elle devrait présenter dans le but de l’inculper.

Hendel a dit qu’il était mal à l’aise avec les manifestations de Tel Aviv qui s’identifiaient à la gauche israélienne.

Les dernières protestations ont été déclenchées par la pression de la coalition à légiférer pour empêcher les enquêteurs de la police d’informer les juges de l’existence de motifs d’inculpation dans les enquêtes sur les fonctionnaires et de publier des informations ou de divulguer des conclusions aux médias.

La Knesset a commencé une séance marathon tôt mardi matin pour faire passer le projet de loi en dernière lecture. Les débats devraient durer plusieurs jours en raison des manœuvres de l’opposition.

Selon des articles en hébreu, la police prévoit de recommander dans les prochaines semaines que Netanyahu soit jugé dans deux affaires pénales ouvertes contre lui.

Benjamin Netanyahu et le producteur Arnon Milchan lors d’une conférence de presse, le 28 mars 2005. (Crédit : Flash90)

Dans l’affaire 1000, Netanyahu et son épouse Sara sont soupçonnés d’avoir reçu des cadeaux illicites de la part de bienfaiteurs milliardaires, notamment des centaines de milliers de shekels en cigares et champagne du producteur hollywoodien d’origine israélienne Arnon Milchan.

Sheldon Adelson, milliardaire juif américain, avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l’université d’Ariel, en Cisjordanie, le 28 juin 2017. (Crédit : Ben Dori/Flash90)

L’affaire 2000 concerne un accord présumé illégal entre Netanyahu et l’éditeur du journal Yedioth Ahronoth Arnon “Noni” Mozes dans lequel le Premier ministre aurait proposé de défavoriser le quotidien rival Israel Hayom détenu par Sheldon Adelson, en échange d’une couverture médiatique plus favorable dans le Yedioth.

Netanyahu a nié les méfaits dans les deux cas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...