Rechercher

Entre l’Iran et les Européens, le fossé se creuse

Les relations ne cessent de se dégrader entre l'Iran et les Européens alors que les sujets de tension s'accumulent et que Washington se montre plus discrets face à Téhéran

Photo d'illustration : des diplomates iraniens et des responsables du groupe P5+1 à Vienne lors de discussions sur l'accord nucléaire, le 25 avril 2017. (Crédit : AFP/Joe Klamar)
Photo d'illustration : des diplomates iraniens et des responsables du groupe P5+1 à Vienne lors de discussions sur l'accord nucléaire, le 25 avril 2017. (Crédit : AFP/Joe Klamar)

Jusqu’où ? Les relations ne cessent de se dégrader entre l’Iran et les Européens alors que les sujets de tension s’accumulent et que, dans le même temps, les Etats-Unis, le traditionnel « Grand Satan », se montrent plus discrets face à Téhéran.

Pourquoi l’Iran hausse-t-il le ton ?

Dimanche, de hauts responsables iraniens ont accusé les Européens de mener « une guerre hybride contre la nation iranienne », c’est à dire sur les plans psychologique, médiatique et économique.

Téhéran est particulièrement irrité par les vives critiques venues d’Europe depuis le début du mouvement de contestation provoqué par la mort en détention de la police de Mahsa Amini en septembre. « Certains pays européens, dont l’Allemagne, ont choisi la voie de la provocation pour enflammer les protestations » afin de « susciter l’instabilité » en Iran, a de nouveau dénoncé lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanani.

La veille, le chef de la diplomatie Hossein Amir-Abdollahian avait dressé un parallèle avec la relative modération des Etats-Unis en soulignant que les Américains avaient « réalisé plus tôt que les trois pays européens (Allemagne, France et Grande-Bretagne) que ces récentes émeutes en Iran n’aboutiraient à rien ».

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, écoute la question d’un journaliste lors d’une conférence de presse à Moscou, en Russie, le 31 août 2022. (Crédit : Maxim Shemetov/Pool Photo via AP)

Comment réagissent les Européens ?

Malgré le recul des manifestations ces dernières semaines, les Européens entendent maintenir la pression. L’UE a ainsi ajouté lundi 37 personnes ou entités iraniennes impliquées dans la répression des manifestations sur la liste de leurs sanctions pour violation des droits humains.

Parallèlement, plusieurs pays européens se mobilisent pour obtenir la libération de leurs ressortissants détenus en Iran. Un dossier très sensible en particulier en France, qui a sept ressortissants en prison, et en Belgique, très remontée par la condamnation du travailleur humanitaire Olivier Vandecasteele à un total de 40 ans de prison. Les deux pays ont dénoncé lundi la « politique de la prise d’otage » de Téhéran.

« Aujourd’hui, la question de l’Iran est devenue centrale dans l’opinion publique occidentale, de sorte qu’il est devenu difficile pour les gouvernements de normaliser leurs relations avec Téhéran », explique Fayaz Zahed, expert iranien en relations internationales.

Ce dernier insiste sur l’impact du changement de ton adopté par Berlin, traditionnel pilier du dialogue avec Téhéran mais qui, depuis le départ de la chancelière Angela Merkel, « adopte des positions dures et radicales contre l’Iran ».

Les experts mettent également en avant les vives critiques occidentales sur la fourniture par l’Iran de drones à la Russie dans le cadre de la guerre en Ukraine.

L’épave de ce que Kiev a décrit comme un drone iranien Shahed abattu près de Kupiansk, en Ukraine. (Crédit : Direction des communications stratégiques de l’armée ukrainienne via AP/Dossier)

La crise peut-elle s’aggraver ?

Oui si l’UE suivait l’appel que lui ont lancé jeudi les eurodéputés pour inscrire les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, sur la liste des « organisations terroristes » de l’UE.

Mais une telle décision apparaît très incertaine parce qu’elle divise les milieux diplomatiques et qu’elle nécessite, au préalable, « une décision de justice », selon le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

En attendant, les autorités iraniennes ont prévenu qu’elles répondraient « avec fermeté » à une telle sanction. Et mettraient « des entités des armées des pays européens » présentes au Moyen-Orient, « sur la liste terroriste » du pays, comme elles l’avaient fait avec les Etats-Unis lorsque l’ex-président Donald Trump avait puni les Gardiens en 2019.

Parmi les autres options évoquées par la presse iranienne, figurent la sortie de l’Iran du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et des mesures de restriction de la navigation dans le détroit d’Ormuz par où passent de nombreux pétroliers.

Pour l’analyste politique iranien Abbas Aslani, l’UE n’ira pas aussi loin car « cela risque d’ouvrir une autre crise, en particulier dans le domaine de l’énergie, en pleine guerre en Ukraine ».

Quel impact sur les négociations sur le nucléaire ?

C’est le dossier le plus important stratégiquement, mais il est actuellement dans une impasse dont se rendent respectivement responsables Iraniens et Occidentaux.

Aucun signe de reprise des négociations, interrompues depuis l’été dernier, n’est en vue même si, dans les discours, les différentes parties se disent prêtes à les relancer.

Pour l’expert Fayaz Zahed, « il y a des signes en Iran qui laissent penser que le gouvernement pourrait réagir à la crise actuelle en faisant quelques concessions », ce qui pourrait encourager les Européens à « faire preuve de retenue ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.