Entretiens sur la paix ‘très productifs’ entre Greenblatt et Netanyahu
Rechercher

Entretiens sur la paix ‘très productifs’ entre Greenblatt et Netanyahu

Le Premier ministre a salué une équipe américaine "très créative" et a vivement recommandé aux Palestiniens de "cesser de râler" et de revenir à la table des négociations

Jason Greenblatt (à gauche) envoyé spécial du président américain, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 12 juillet 2017. (Crédit : Haim Tzach/GPO)
Jason Greenblatt (à gauche) envoyé spécial du président américain, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 12 juillet 2017. (Crédit : Haim Tzach/GPO)

L’envoyé pour la paix au Moyen-Orient du président américain Donald Trump a rencontré dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem pour évoquer les négociations de paix avec les Palestiniens.

« J’ai eu une rencontre très productive avec Netanyahu et ses hauts-responsables aujourd’hui pour discuter des négociations de paix », a écrit Jason Greenblatt sur Twitter.

Cette rencontre survient alors que les efforts entrepris par les Américains pour la reprise des négociations semblent être dans l’impasse, les Palestiniens rejetant les Etats-Unis comme intermédiaires éventuels des pourparlers suite à la reconnaissance par le président Donald Trump de Jérusalem en tant que capitale israélienne, le 6 décembre.

Washington a également effectué des démarches pour effectuer des coupes dans les fonds versés aux Palestiniens, mettant en suspens des paiements destinés à l’agence des Nations unies en charge des Palestiniens. Des informations font également allusion à une remise en cause globale du versement de la totalité des fonds américains à l’Autorité palestinienne.

Les responsables palestiniens boycottent Washington depuis l’annonce sur Jérusalem.

Dans une interview diffusée dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait savoir que le président Donald Trump a une « équipe très capable » qui, sous la direction de Jared Kushner, oeuvre aux négociations de paix entre Israël et les Palestiniens.

Il l’a également qualifiée de « très créative » au cours d’une interview accordée à Fareed Zakaria sur CNN depuis le Forum économique mondial de Davos, en Suisse. L’entretien, qui a été réalisé jeudi, a été diffusé dimanche sur CNN.

[L’équipe américaine] a beaucoup, beaucoup de capacités », a dit Netanyahu de Kushner et de son équipe. « Ce que les gens ne réalisent pas, c’est que ces personnes ont fait leur chemin dans les marchés, dans l’immobilier. Maintenant, il ne s’agit pas seulement d’un accord immobilier, ce n’est pas fondamentalement un accord immobilier mais c’est un problème de reconnaissance de l’existence d’Israël, c’est le problème de ne pas reconnaître un état juif quelles que soient ses frontières. Mais cet accord contient aussi des éléments immobiliers et cette équipe est, je dois le dire, très créative ».

Netanyahu a indiqué attendre de voir ce que l’équipe de Trump lui présentera et dit ne rien exclure jusque-là. Il a également appelé les Palestiniens à « cesser de râler, vous savez. On continue. On s’assied, on est entrés dans la pièce, on commence à négocier ».

Le président américain Donald Trump s’entretient avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d’une réunion bilatérale en marge de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, le 25 janvier 2018 (Crédit photo : Amos Ben Gershom / GPO)

Le Premier ministre a ajouté que penser à un autre pays que les Etats-Unis pour négocier un accord de paix était un « fantasme ».

Evoquant ceux qui affirment que les Etats-Unis ne peuvent plus être considérés comme un négociateur honnête par les Palestiniens, Netanyahu a dit : « Si vous voulez bénéficier des services d’une grande puissance, [les Etats-Unis] peuvent rassembler à la fois des ressources économiques et un soutien politique, et je pense que c’est formidable pour un potentiel accord de paix. Il n’y a aucun pays capable de cela hormis les Etats-Unis et, je le dis, mais je n’ai jamais dit autre chose. Vous savez, j’ai connu des hauts et des bas avec les administrations américaines. Je n’ai jamais dit, eh bien, je ne vais pas parler avec cette administration ou une autre parce que, vous savez, elle se montre plus favorable envers les Palestiniens qu’avec Israël. Vous ne m’avez jamais entendu dire ça ».

« Vous voulez la paix ? Agissons ensemble. Voyons ce que les Etats-Unis vont offrir et entrons dans la pièce pour négocier », a-t-il expliqué.

Netanyahu a déclaré à Zakaria que Trump « a rendu un formidable service à la paix parce que la paix peut uniquement se baser sur la vérité, sur la réalité, et nier ce simple fait que la capitale israélienne est Jérusalem – repousse la paix en créant une illusion, un fantasme. On ne peut pas construire la paix sur l’illusion. On peut avoir un point de vue mais qui n’est pas ancré dans la réalité ». Il a ajouté que Jérusalem devait rester une ville unifiée sous souveraineté israélienne, même sous les termes d’un accord de paix.

Il a noté que, selon lui, un accord de paix offrirait aux Palestiniens « tous les pouvoirs pour qu’ils puissent se gouverner eux-mêmes, mais aucun pouvoir pour nous menacer ». Il a poursuivi en disant qu’Israël « conservera le contrôle sécuritaire, c’est primordial. Mais à part ça, les Palestiniens auront toute liberté de se gouverner eux-mêmes. Et je ne pense pas qu’il y ait un problème avec ça ».

Dans la matinée de dimanche, Greenblatt s’est rendu dans un tunnel creusé par des terroristes palestiniens sous la frontière de Gaza et a critiqué le groupe terroriste du Hamas qui utilise les fonds qui lui sont octroyés pour renforcer ses capacités militaires plutôt que pour améliorer la situation humanitaire dans la bande de Gaza qui ne cesse de se détériorer.

Israël a annoncé la découverte de plusieurs tunnels sur la frontière avec Gaza qui ont récemment été creusés par le Hamas, qui gouverne de facto la bande, et par le groupe terroriste du Jihad islamique.

Sur Twitter, Greenblatt a condamné le Hamas pour avoir construit ces tunnels et pour avoir privilégié ses réserves de roquettes au détriment des besoins des 1,5 million de citoyens de l’enclave côtière.

L’envoyé pour la paix du président américain Donald Trump, Jason Greenblatt (à gauche), dans un tunnel terroriste du Hamas près de la bande de Gaza avec le coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) Yoav ‘Poly’ Mordechai le 30 août 2017 (Crédit : bureau du porte-parole du COGAT)

« Le Hamas gaspille les ressources pour des tunnels et des roquettes dans le but d’attaquer Israël au lieu de maintenir la lumière, l’eau courante et de faire croître l’économie », a-t-il écrit. « Le Hamas crache une rhétorique haineuse et fomente un cycle vicieux de violence. Gaza mérite mieux ! »

Au mois d’octobre, Greenblatt avait dit qu’un accord de réconciliation entre le Hamas et la faction du Fatah d’Abbas ne pourrait être conclu que si le Hamas acceptait de se désarmer, ce qui est resté un point de friction dans la détente naissance entre les deux mouvements.

Le groupe terroriste du Hamas avait qualifié cette déclaration « d’ingérence flagrante ».

La semaine dernière, Greenblatt, qui est resté dans la région avec l’espoir de faire reprendre les négociations de paix, a critiqué le Hamas qui détient des captifs israéliens. Il a rencontré à cette occasion les familles des citoyens maintenus en détention dans la bande Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, ainsi que les familles des soldats Hadar Goldin et Oron Shaul, dont les dépouilles sont détenues par le groupe terroriste.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...