Rechercher

Environnement : Des militants s’opposent à un projet hôtelier à Netanya

Le couloir vert reliant Poleg à une réserve d'iris et à un bassin naturel est jugé trop petit ; le tribunal doit décider si la ville enfreint l'accord de planification

Végétation naturelle autour de Poleg. (Crédit : Rivka Eidelman)
Végétation naturelle autour de Poleg. (Crédit : Rivka Eidelman)

Des résidents locaux affirment qu’un projet de construction de grand complexe hôtelier et commercial situé près de la plage, à la limite sud de Netanya, contreviendrait aux écosystèmes et ne respecterait pas les promesses faites par la ville.

Le projet, sur 61 hectares, à proximité de la plage populaire de Poleg, qui a été approuvé par les autorités de planification locales et du district en 2013, devrait inclure six hôtels de 8 à 11 étages, ainsi que des magasins, un parking et un terrain pour le beach soccer.

Ce développement comblera la quasi-totalité de l’espace ouvert restant entre la réserve naturelle de Poleg et la réserve d’iris, cette dernière étant un terrain municipal célèbre pour la floraison de l’iris côtier, une espèce en danger critique d’extinction, qui ne pousse qu’en Israël. La réserve d’iris est également liée à l’un des derniers étangs vernaux (saisonniers) d’Israël, ce qui rend la zone extrêmement importante d’un point de vue environnemental.

Bien que le plan prévoit un mince corridor écologique parallèle à la mer, entre le projet et la plage publique, les critiques affirment que ce ruban de terre n’est non seulement pas assez large pour servir à tous les animaux qui fréquentent la zone, des cerfs aux hérissons, mais aussi pas assez long pour relier réellement les réserves naturelles et d’iris en une ceinture continue.

Les résidents, les groupes de défense de l’environnement et d’autres intéressés veulent maintenant renvoyer l’ensemble du projet devant le tribunal de district de Lod.

Les habitants, rejoints dans leur pétition par la Société pour la protection de la nature en Israël et l’organisation de défense de l’environnement Adam Teva Ve Din, feront valoir que l’avancement du projet par la ville viole un accord de 2002 prévoyant le réexamen complet, dans le cadre d’un plan unique et global, de toute la zone s’étendant entre les limites des deux réserves, l’étude de l’impact environnemental des plans et la présentation d’alternatives parmi lesquelles choisir. L’ensemble du plan doit être entièrement refait, disent-ils.

Les corridors écologiques sont des étendues d’espace ouvert qui relient les « zones centrales » des réserves naturelles et des parcs nationaux. Ils sont considérés comme essentiels pour garantir que la faune et la flore conservent un haut degré de mobilité et de diversité génétique – un élément clé pour la santé et la résilience, le bon fonctionnement du réseau de la vie et la survie à long terme des espèces.

À mesure que les constructions en Israël empiètent de plus en plus sur les zones naturelles, forçant souvent les animaux sauvages à entrer en contact avec les humains, l’importance des corridors pour la protection de la biodiversité n’a fait que croître.

Plan de la plage de Poleg. (Crédit : Municipalité de Netanya)

Le corridor inclus dans le plan de Netanya qui est contesté fait environ 700 mètres de long. Il n’atteint pas tout à fait la réserve de Poleg au sud et s’arrête à quelque 390 mètres de la réserve d’iris au nord.

À son point le plus large, le corridor ne fera qu’environ 70 mètres de large, et se réduit à 25 mètres de large à l’endroit où elle jouxte le restaurant Bamboo Village, une propriété de la ville qui est aujourd’hui l’un des seuls bâtiments existants dans la zone.

L’ensemble du couloir est délimité à l’est par une esplanade, un long ruban d’établissements commerciaux et de restauration et un terrain de football de plage. À l’ouest, vers la mer, il est délimité par une promenade piétonne et une plage publique.

En outre, le couloir, que la ville prévoit de délimiter à l’aide de barrières basses en corde, sera traversé par des voies piétonnes destinées à relier le complexe hôtelier à la plage. (La ville a rejeté les ponts et les passages souterrains, jugés trop coûteux.)

Près de son extrémité sud, le couloir prévu sera coupé en deux par une route proche de la côte pour permettre l’accès au restaurant.

Cette route devrait être fortement utilisée non seulement par les fournisseurs du restaurant, mais aussi par les visiteurs de la plage. Alors qu’une zone de stationnement improvisée sera remplacée par des terrains pavés derrière les hôtels, de nombreux visiteurs continueront d’utiliser la route pour déposer des équipements tels que des jet-skis et des paddleboards plus près du rivage.

Selon un ancien militant écologiste de la ville de Netanya, Aviv Aviasar, le corridor écologique sera trop étroit pour être utilisé par les grands mammifères qui fréquentent la région, comme les cerfs, les renards et les chacals.

Les scientifiques qui ont rédigé les avis qui doivent être soumis au tribunal mettent en garde contre les dangers écologiques de la séparation des réserves de Poleg et d’iris et affirment que le fait d’autoriser les chemins piétons à traverser le corridor et de permettre aux lumières vives, au bruit et même éventuellement aux animaux domestiques tels que les chiens de déranger les créatures qui s’y trouvent, neutralise tout rôle qu’il pourrait jouer dans la protection de la flore et de la faune locales.

Les tortues de mer continueront-elles à pondre sur la plage après la construction ? (Photo reproduite avec l’autorisation de Yaniv Levy, Autorité des parcs nationaux d’Israël)

Les tortues de mer menacées d’extinction, qui pondent actuellement leurs œufs sur la plage de Poleg, pourraient également être perturbées par les lumières et le bruit causés par le projet.

Le corridor a été approuvé le 29 septembre par la Commission nationale pour la protection des environnements côtiers, malgré l’opposition des membres représentant le ministère de la Protection de l’environnement, l’Autorité israélienne de la nature et des parcs, la SPNI et Adam Teva Ve Din.

La commission a conditionné son approbation au fait que les voies piétonnes soient plus courtes et sans éclairage, et que le couloir soit clôturé par rapport à l’environnement. Il a également recommandé que le terrain de football soit déplacé loin du couloir.

Une vue aérienne de la plage avec les quartiers de Ramat Poleg et Ir Yamim derrière. (Crédit : Google Maps)

Rien de tout cela n’a satisfait les résidents et les organisations environnementalistes. La SPNI a déjà déposé un recours auprès d’un sous-comité spécial de planification nationale.

Pour certains habitants, comme l’ancien maire-adjoint Herzel Keren, viticulteur et leader de la campagne contre le développement, l’enjeu n’est rien moins qu’une tache écologique indélébile sur la ville.

« S’il n’y a pas de corridor écologique approprié, on peut douter que l’une des trois réserves survive à l’avenir », a-t-il déclaré.

Le long-terme

Keren a commencé à faire campagne contre le développement de la zone en 1997, lorsque la ville a publié les plans préliminaires du site, dont il craignait qu’ils ne menacent la réserve d’iris située près de chez lui dans le quartier de Givat Hairisim (colline des iris).

La zone, qui faisait alors partie d’un réseau de vastes dunes de sable au sud de Netanya, avait été affectée quelques années auparavant à la construction d’hôtels et de logements.

En 2002, Keren a élaboré un accord de compromis concernant la planification du site, qui a reçu le statut de décision juridique un an plus tard. Cet accord a été signé, entre autres, par la maire de Netanya, Miriam Feierberg, qui dirige toujours la ville aujourd’hui, l’Autorité foncière israélienne, les promoteurs et les commissions de planification locales et de district.

La maire de Netanya, Miriam Feierberg. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’accord a préservé et même étendu la réserve d’iris. Il a également mis un terme aux projets de construction résidentielle plus proches du littoral. Enfin, il a abouti à la création d’un passage souterrain écologique sous une route principale pour permettre à la faune de se déplacer entre le bassin naturel et la réserve d’iris, qui n’a été construite que récemment.

Le bassin naturel saisonnier, Poleg. (Crédit : Rika Eidelman)

L’accord précisait que le projet devait être repensé à neuf comme une seule entité, afin de garantir la prise en compte du contexte et des besoins environnementaux de l’ensemble de la zone.

Il définissait également la zone à réaménager comme une zone qui atteignait les limites des réserves naturelles et de l’iris.

Enfin, elle a ordonné le respect des exigences du Plan national 13, qui jusqu’à récemment fixait les règles de construction dans les zones côtières. Ce plan prévoyait la réalisation de sept études d’impact différentes, y compris une étude de la construction prévue sur l’environnement local et un examen des différentes alternatives parmi lesquelles choisir.

Iris en fleurs à la réserve de Poleg. (Crédit : Rika Eidelman)

Le compromis stipule clairement que les planificateurs doivent examiner la nécessité de préserver la continuité et le lien écologique entre les deux réserves, la plage et le bassin naturel.

Les opposants accusent non seulement la ville de ne pas avoir réalisé d’étude d’impact environnemental, mais également d’avoir approuvé des plans de manière fragmentaire au lieu d’adopter une vue d’ensemble pour en créer un.

Les plans comprennent trois parcelles distinctes, dont chacune est destinée à accueillir deux hôtels. Deux des sections ont été vendues à des promoteurs après l’approbation du complexe en 2013, mais la ville a demandé à l’Autorité foncière israélienne, qui contrôle les appels d’offres, de laisser la section nord afin que la parcelle puisse être utilisée comme parking, a déclaré un porte-parole de la municipalité.

La municipalité n’a pas répondu à l’accusation selon laquelle elle aurait enfreint la loi en ne fournissant pas un seul plan.

Dans un communiqué, la municipalité a déclaré que le Plan national 13 permettait à une autorité de se passer d’enquêtes. En tout état de cause, a-t-elle souligné, il a été remplacé en 2019 par le plan national 6/13 pour la côte de Netanya et selon celui-ci, le plan de la ville a reçu une approbation complète.

Rani Aloush, membre de l’opposition au conseil municipal, a contesté ces propos, affirmant que la ville n’avait jamais demandé à être exemptée des enquêtes, comme elle aurait dû le faire dans le cadre du Plan national 13, qui était en vigueur en 2002 lorsque le compromis a été conclu et en 2013 lorsque les constructions des hôtels ont été approuvées par les autorités nationales.

Les militants se plaignent que lorsque la ville a tracé les limites du nouveau plan, elle a laissé de côté le restaurant et la route d’accès, ainsi que les terrains adjacents à la réserve de Poleg au sud, qui intègre le ruisseau Poleg.

Étant donné que les organismes de planification, tels que le Comité national pour la protection de l’environnement côtier, ne peuvent examiner que les zones situées à l’intérieur des limites d’un plan, cela signifie qu’il n’a pas tenu compte de plusieurs points concernant le restaurant, la route et le ruisseau qui, selon les opposants, auraient dû être pris en compte, comme le déplacement vers le nord de la zone où le ruisseau se jette dans la mer.

Une tempête hivernale engloutit le Bamboo Village sur la plage de Poleg. La ville a depuis construit des clôtures et des monticules de sable pour tenter de le protéger. (Crédit : Rika Eidelman)

Rika Eidelman, une habitante de la ville, estime que les urbanistes auraient dû penser à ce qui se passerait si un tsunami frappait la côte. Le complexe hôtelier et son long mur de boutiques et de restaurants forment une barrière qui pourrait rendre difficile la fuite des milliers de plagistes vers des terrains plus élevés, a-t-elle accusé. Lorsqu’elle a soulevé cette question, la ville a installé des panneaux d’alerte au tsunami, a-t-elle dit, mais n’a rien fait pour modifier les plans.

Aloush, membre du conseil municipal, a déclaré au Times of Israel qu’il n’avait découvert qu’au début de l’année que la ville « se comportait comme si l’ordonnance du tribunal n’existait pas », en continuant à planifier le site par sections plutôt que comme un tout, et en ne réalisant pas la moindre étude environnementale.

« J’ai découvert que le ruisseau Poleg ne figurait pas dans le plan et j’ai minutieusement examiné des dizaines de plans et de décisions », a-t-il déclaré. « Lorsque la ville n’a pas répondu à mes demandes, je me suis adressé aux habitants. Au début, ils ne croyaient pas ce que je leur disais. »

À la question de savoir pourquoi les violations présumées de l’accord de compromis par la ville n’ont pas été découvertes lorsque les plans étaient en cours d’approbation en 2013, M. Aloush a répondu qu’il n’était venu à l’esprit de personne que l’autorité agirait autrement que correctement.

M. Keren, qui a rempli cinq mandats au conseil municipal avant de prendre sa retraite il y a deux ans, n’a apparemment pas non plus remarqué que la ville ne respectait pas l’accord qu’il avait lui-même élaboré. Aujourd’hui, il est furieux et accuse la ville d’avoir caché l’accord aux comités concernés.

« Lorsque nous avons demandé si Netanya avait réalisé tout ce qui était prévu dans le compromis, ils ont répondu par écrit que oui », a déclaré Keren, qui a déposé plus de 30 pétitions en justice au cours de ses 35 années de service public, la plupart pour des questions environnementales, mais aussi pour des questions de bonne gouvernance.

« Il y a quelques mois, nous avons appris que la ville n’avait pas effectué d’études et qu’elle avait planifié cette zone sensible [le couloir] sans tenir compte des considérations professionnelles et en ignorant complètement le ruisseau Poleg », a-t-il ajouté.

Dans une déclaration, la ville a indiqué qu’elle avait apporté de nombreuses modifications au plan au fil des ans. Il s’agissait notamment de préserver 12 hectares de terrains ouverts qui avaient été précédemment affectés à la construction, d’agrandir la réserve d’iris, de supprimer les immeubles résidentiels proches du rivage, de réduire la taille des hôtels, d’augmenter les espaces publics en élargissant la bande de plage et d’ajouter le corridor écologique.

« Netanya agit et fait tout ce qui est conforme à son obligation légale et au plan en vigueur, afin d’empêcher toute demande de compensation de la part d’une partie quelconque à son encontre pour ne pas avoir réalisé le développement qu’elle est obligée de faire », indique la déclaration.

Elle note également que les pétitionnaires devraient chercher à obtenir réparation ailleurs.

« Nous soulignons que la municipalité n’est pas partie au litige entre les résidents qui cherchent à annuler les hôtels et les propriétaires fonciers, c’est-à-dire l’État d’Israël. Par conséquent, la conduite devant le tribunal, le cas échéant, devrait être dirigée uniquement contre les propriétaires fonciers. »

Pas besoin de plus d’hôtels et centres commerciaux

Le projet d’hôtel avance à un moment où plusieurs autres projets d’aménagement du littoral ont été abandonnés, le plus notable étant celui de la plage de Palmachim, dans le centre d’Israël.

Des kitesurfeurs sur la plage de Poleg. (Crédit : Rika Eidelman)

Certains habitants de la ville se sont interrogés sur la nécessité de construire de nouveaux hôtels ou magasins dans la zone, compte tenu des hôtels et des centres commerciaux existants, ou sur le fait que le projet ne pourrait pas être déplacé vers une zone située à l’est, dans le quartier existant d’Ir Yamim, adjacent à l’hôtel.

« C’est peut-être un beau projet, mais il n’est plus approprié », a déclaré M. Eidelman, qui vit à Netanya depuis près de 50 ans.

Ir Yamim a rapidement émergé des sables au sud de Netanya au cours des 15 dernières années, sa grille ordonnée de boulevards délimitant rangée après rangée des tours résidentielles coincées entre la réserve de Poleg et la réserve d’iris. Une fois que les hôtels auront été construits, le petit couloir qui restait pour la faune entre les réserves se réduira encore plus.

La foule profite de la plage de Poleg, le 9 octobre 2021. (Crédit : Rika Eidelman)

Dans sa déclaration, la ville a noté que le plan de l’hôtel avait été élaboré lorsque Ir Yamim était encore des dunes de sable.

« Il est dommage que les pétitionnaires induisent les résidents en erreur en leur faisant croire que les hôtels peuvent être annulés, car ce plan était bien connu depuis de nombreuses années avant même qu’une seule unité de logement ne soit construite dans le quartier [d’Ir Yamim] », a-t-elle déclaré.

Néanmoins, les résidents, dont beaucoup sont de langue maternelle anglaise et ont été attirés par le quartier ces dernières années, déplorent toujours ce qui pourrait arriver aux joyaux écologiques de la ville une fois le nouveau développement terminé.

« L’expérience de la vie en Amérique du Nord vous met en contact avec la nature sauvage », a déclaré Ellen Rose, qui a immigré du Canada en Israël il y a 50 ans. « Quand on en voit autant disparaître dans un pays qu’on aime, il est normal d’agir. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...