Équitation : Une New-yorkaise haute en couleurs représentera Israël aux JO
Rechercher
JO TOKYO 2021

Équitation : Une New-yorkaise haute en couleurs représentera Israël aux JO

Dani G. Waldman, connue pour ses accoutrements colorés, réalisera le rêve de sa vie lorsqu'elle représentera Israël aux Jeux Olympiques de Tokyo

  • Dani G. Waldman et l'un de ses chevaux. (Autorisation)
    Dani G. Waldman et l'un de ses chevaux. (Autorisation)
  • Dani G. Waldman et l'un de ses chevaux. (Autorisation)
    Dani G. Waldman et l'un de ses chevaux. (Autorisation)
  • Dani G. Waldman et ses plumes dans les cheveux. (Autorisation)
    Dani G. Waldman et ses plumes dans les cheveux. (Autorisation)

Lorsque Dani G. Waldman et son cheval, Queensland, entreront au trot dans l’arène de Tokyo dans quelques jours, ce ne sera pas seulement un triomphe personnel, mais un exploit national.

Waldman, 36 ans, est l’un des quatre cavaliers représentant Israël aux Jeux olympiques de cette année, qui marquent les débuts d’Israël dans les épreuves équestres. Et c’est quelque chose que Waldman, qui est née à New York et a obtenu la citoyenneté israélienne en 2010, s’efforce de réaliser depuis plus de dix ans.

« Je viens d’une famille très portée sur le sport, et nous avions toujours l’habitude de dire, que si l’on avait le choix entre les États-Unis et Israël, et que l’on pouvait représenter Israël dans le sport international, alors il fallait le faire », a déclaré Waldman au Times of Israël lors d’un entretien téléphonique la semaine dernière, alors qu’elle se rendait d’Amsterdam en Allemagne pour une compétition. « Ainsi, dès que j’ai obtenu mon diplôme universitaire et que j’ai su que j’allais devenir cavalière professionnelle, c’est à ce moment-là que j’ai en quelque sorte fait les projets et la démarche pour pouvoir monter pour Israël. »

La présence de cavaliers israéliens aux Jeux olympiques représente un rêve devenu réalité pour Waldman, que les cavaliers reviennent ou non avec des médailles.

« Pour moi, c’est vraiment un énorme sentiment de fierté », a-t-elle déclaré. « Depuis que j’ai obtenu ma citoyenneté israélienne il y a plus de 10 ans, c’était tout mon objectif : constituer cette équipe pour Israël… Je suis ravie qu’Israël soit représenté dans les sports équestres aux Jeux olympiques alors qu’il ne l’a jamais été auparavant. C’est un sentiment extraordinaire. »

Waldman – qui s’est fait connaître entre autres pour les plumes colorées tissées dans ses cheveux – a grandi dans un foyer à la fois très sioniste et très sportif de l’Upper East Side de Manhattan. Son père, Stuart Goldstein, était un joueur de squash de haut niveau dans les années 1970 et 1980. Bien que New York ne soit pas exactement le pays des chevaux, Waldman s’est passionnée pour l’équitation à l’âge de 8 ans.

Dani G. Waldman et ses plumes dans les cheveux. (Autorisation)

« J’avais une camarade de classe quand j’avais environ 8 ans », se souvient-elle. Un été, j’étais à Long Island, et elle m’a dit : « Oh, je prends une leçon d’équitation, tu veux venir à l’écurie ? ». Et j’ai dit quelque chose du genre, ‘Bien sûr. J’adore les chevaux’. Et c’était ça. J’ai accroché immédiatement. »

Le parcours pour représenter Israël en équitation n’a pas été aussi simple. Mais presque 30 ans plus tard, Waldman – aux côtés de ses collègues cavaliers Ashlee Bond, originaire des États-Unis, Alberto Michan, né au Mexique (qui a représenté le Mexique à deux reprises aux Jeux olympiques), et Teddy Vlock, né aux États-Unis – concourra fièrement sous le drapeau israélien.

Waldman s’est rendue pour la première fois en Israël à l’occasion de sa bat mitzvah en 1997. Et ce voyage n’a fait qu’approfondir son fort sentiment de connexion.

« C’était le premier voyage, j’avais 12 ans quand j’y suis allée, et nous avons passé un peu plus de trois semaines là-bas », dit-elle. « Et je suis en quelque sorte tombée amoureuse du pays… et au fil des ans, j’ai constitué un groupe de personnes là-bas dont je suis très proche. Mais tout a commencé avec la bat mitzvah. »

Comme Manhattan, Israël n’est pas exactement connu pour son milieu équestre. Mais Waldman a pris cela comme un défi, et non comme une dissuasion. Et, selon elle, le domaine de l’équitation en Israël est plus avancé qu’on ne le pense.

« Dans un sens, il n’y en a pas tant que ça, mais dans un sens, il y a plus de 200 écuries en Israël, et Israël est minuscule », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas rien. Il y a une communauté. »

Elle estime qu’Israël n’est pas si loin derrière d’autres pays européens en ce qui concerne sa présence équestre mais cela se manifeste notamment « par le fait qu’il n’y a pas de compétition internationale en Israël, plus à cause des frontières », a déclaré Waldman, qui est maintenant largement basée aux Pays-Bas avec son mari, l’entraîneur et marchand de chevaux Alan Waldman. Le couple s’est marié en 2019 et vit principalement dans leur ferme à Putten, aux Pays-Bas, bien que Waldman passe généralement plusieurs mois par an à Wellington, en Floride, où elle et sa famille possèdent et exploitent Starwyn Farms.

Dani G. Waldman et l’un de ses chevaux. (Autorisation)

Elle est venue pour la première fois aux Pays-Bas il y a plus de huit ans, pour suivre une formation de six semaines avec son mari actuel, qui a duré six mois, avant de devenir permanente.

« J’ai déménagé ici au départ parce que l’Europe est en quelque sorte l’épicentre de notre sport », a expliqué Waldman, notant qu’avec une base en Hollande, « je peux aller chaque semaine à des compétitions… et rentrer à la maison entre les deux. »

Les choses sont plus difficiles en Israël, où il n’y a pas de compétitions internationales et où il est moins facile d’accéder aux chevaux qui voyagent. Elle a donc entrepris de se faire des amis et des relations dans le secteur, dans l’optique de créer une équipe israélienne.

« J’ai pu me lier d’amitié avec de nombreuses personnes de la communauté, et je me suis dit : ‘Hé, essayons de créer une dynamique et de construire une équipe internationale solide’ « , a raconté Waldman. « J’ai donc commencé à contacter d’autres cavaliers que je savais juifs, qui pouvaient aussi représenter Israël, et j’ai simplement essayé de faire avancer les choses. »

Plus de dix ans après avoir obtenu sa citoyenneté israélienne, « nous en sommes maintenant au point où nous formons une véritable équipe ».

Danielle G. Waldman, d’Israël, en selle sur Carisma lors du concours de saut d’obstacles par équipe et individuel aux Jeux équestres mondiaux FEI à Caen, en France, le2 septembre 2014. (Crédit : AP Photo/Michel Euler)

Tout ce travail acharné a porté ses fruits lors d’une journée d’été nuageuse en juillet 2019, lorsque Waldman a fait partie de l’équipe de quatre personnes qui a assuré la place d’Israël aux prochains Jeux olympiques lors d’une compétition de qualification à Moscou.

Puis est arrivé le COVID, et avec lui l’annonce de l’annulation des Jeux olympiques de Tokyo en 2020.

« Avant le COVID, je voyageais tous les trois ou quatre jours pour les compétitions », a déclaré Waldman. « Et puis est arrivé le corona, et j’ai littéralement tout arrêté. Je n’ai rien fait et c’était horriblement démotivant. J’ai souffert, les chevaux ont souffert, le monde entier a souffert. »

Et s’il était difficile pour elle, en tant qu’athlète, de gérer mentalement cette soudaine volte-face, il était encore plus difficile de s’occuper de ses chevaux.

« Nous n’avions aucun moyen de préparer les chevaux », a déclaré Waldman. « Dans d’autres sports, vous avez juste à vous occuper de vous-même. Ici, il fallait aussi essayer de préserver la santé des chevaux. C’était très difficile et frustrant. »

Et si elle passe normalement deux à six semaines par an en Israël, Waldman n’y est pas allée depuis deux ans. Mais malgré l’énorme ajustement, elle a su voir le bon côté des choses dans ces retards.

« Bien sûr, c’était frustrant, parce que je voulais aller aux Jeux olympiques depuis que j’étais petite, alors reporter d’un an alors que vous étiez déjà qualifiée, c’était très frustrant », a-t-elle ajouté. Mais d’un point de vue personnel, a-t-elle ajouté, « mon meilleur cheval à l’époque n’allait pas bien… et j’ai réalisé que cela pourrait être pire, car maintenant je bénéficie d’une année supplémentaire pour que mon cheval se rétablisse. »

Dani G. Waldman et ses chevaux. (Autorisation)

Sur la scène équestre mondiale, Waldman a fait des vagues non seulement pour ses compétences et son talent athlétique, mais aussi pour son franc-parler et son allure unique et tape-à-l’œil. Depuis des années, elle est surnommée « plumes volantes » en référence aux douzaines de plumes colorées tissées de manière semi-permanente dans ses cheveux, qui ondulent dans le vent derrière elle lorsqu’elle galope sur la piste.

Cette décision, ainsi que certains de ses autres choix vestimentaires peu orthodoxes, ont suscité une certaine controverse dans le monde parfois (très) guindé de la compétition équestre. Mais Waldman ne voudrait pas qu’il en soit autrement.

« J’ai commencé par me colorer les cheveux, et j’ai toujours essayé d’exprimer mon individualité dans un sport qui est si conservateur », a déclaré Waldman. « C’était plus un truc personnel, j’essayais toujours d’être un individu. Et c’était juste ma propre personnalité. Et puis c’était une question de mode avec les plumes ».

Aujourd’hui, dit-elle, ses choix vestimentaires sont devenus sa marque de fabrique et un emblème de sa propre voix unique.

« C’est devenu bien plus et un tel symbole d’identité et d’individualité », a-t-elle déclaré. Aujourd’hui, dit-elle, elle se penche sur « le symbolisme qui l’accompagne… alors maintenant j’aime bien en profiter et les changer tous les deux mois pour voir ce que je peux en faire ».

Et Waldman est particulièrement fière de concourir dans le seul sport olympique où hommes et femmes s’affrontent sur un terrain totalement égal.

« L’un des aspects les plus cool de notre sport est que cela n’a pas d’importance que vous soyez petit, grand, femme, homme, femme cheval, homme cheval, étalon, cela n’a pas d’importance », a-t-elle déclaré. « Nous sommes tous égaux, et ce n’est qu’une question de mérite et de performance ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...