Erdogan au pape : Israël « commet un crime contre l’humanité »
Rechercher

Erdogan au pape : Israël « commet un crime contre l’humanité »

Le grand soutien du groupe terroriste palestinien du Hamas multiplie les entretiens avec des dirigeants et dignitaires étrangers et les accusations à l'égard de l'État juif

Ismail Haniyeh, le chef du Hamas dans la bande de Gaza (à gauche) et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan saluent les élus et soutiens du parti islamique de la Justice et du Développement d'Ergodan au parlement à Ankara, en Turquie, le 3 janvier 2012. (Crédit : AP)
Ismail Haniyeh, le chef du Hamas dans la bande de Gaza (à gauche) et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan saluent les élus et soutiens du parti islamique de la Justice et du Développement d'Ergodan au parlement à Ankara, en Turquie, le 3 janvier 2012. (Crédit : AP)

Recep Tayyip Erdogan a appelé lundi à des sanctions internationales contre Israël pour le contraindre d’arrêter de « massacrer », selon lui, les Palestiniens, lors d’un entretien téléphonique avec le pape François, rapporte la présidence turque.

« A moins que la communauté internationale punisse Israël, qui commet un crime contre l’humanité, avec des sanctions, les Palestiniens continueront à être massacrés », a estimé Erdogan, grand soutien du groupe terroriste palestinien du Hamas au souverain pontife, selon le compte-rendu de l’entretien téléphonique publié par la présidence turque.

Erdogan a assuré sans fournir de preuves que « l’occupant israélien, qui bloque l’accès à la mosquée al-Aqsa et à l’église du Saint-Sépulcre, restreint la liberté de culte et tue des civils innocents sur les terres palestiniennes », selon la même source.

« Cette barbarie menace également la sécurité régionale », a-t-il ajouté.

Le président turc multiplie depuis plusieurs jours les entretiens avec des dirigeants et dignitaires étrangers et les critiques à l’égard de l’État juif.

La crise actuelle a éclaté le 10 mai avec un barrage de roquettes tirées par le Hamas sur Jérusalem, lors de Yom Yeroushalayim en « solidarité » avec les centaines d’émeutiers arabes et palestiniens blessés après avoir affronté la police israélienne à Jérusalem-Est. A l’origine des manifestations, la menace d’expulsion de quatre familles palestiniennes dans le quartier de Cheikh Jarrah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...