Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Erdogan : Les politiques envers Gaza ont « ébranlé la foi » en l’UE

Le président turc dénonce "la montée de l’islamophobie, de la xénophobie et du racisme à travers le continent (qui) constituent l’une des plus grandes sources de préoccupation"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'exprimant lors d'une déclaration commune aux médias, à Bagdad, le 22 avril 2024. (Crédit : Ahmad al-Rubaye/POOL/AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'exprimant lors d'une déclaration commune aux médias, à Bagdad, le 22 avril 2024. (Crédit : Ahmad al-Rubaye/POOL/AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a prévenu jeudi que les politiques suivies par « certains pays et institutions » depuis le début de la guerre à Gaza avaient « ébranlé la foi » en l’Union européenne.

« Les politiques suivies par certaines institutions et pays européens durant la guerre à Gaza « ont ébranlé la foi dans les valeurs européennes », a écrit le chef de l’État dans un message transmis à l’UE à l’occasion de la Journée de l’Europe.

« Tant que les crises, les conflits et les guerres qui touchent l’Europe et notre géographie commune demeureront irrésolus, la remise en question de ces valeurs ne cessera de s’accentuer », a-t-il prévenu.

« De nombreux défis tels que les guerres, les conflits, les actes terroristes, la migration irrégulière et le changement climatique (…) menacent l’ordre sur le continent européen », a poursuivi Erdogan.

Il a dénoncé « la montée de l’islamophobie, de la xénophobie et du racisme à travers le continent (qui) constituent l’une des plus grandes sources de préoccupation pour nos citoyens et les immigrés vivant en Europe », et insisté sur « la discrimination et les crimes haineux contre la communauté turque européenne (devenus) monnaie courante ».

Le président Erdogan dont le pays frappe à la porte de l’UE depuis une trentaine d’années, a aussi jugé qu’il était « grand temps » de « développer leur coopération dans tous les domaines, y compris les négociations d’adhésion ».

La Turquie a été reconnue comme candidate en 1999 mais les négociations d’adhésion sont gelées depuis 2018.

Le chef de l’État turc a terminé sur une mise en garde : « Face aux politiques d’exclusion à l’égard de notre pays (…), la Turquie ne s’abstiendra pas d’utiliser et de développer ses opportunités et capacités stratégiques. »

Membre de l’Otan et son principal allié sur son flanc oriental, la Turquie – qui développe sa propre industrie de défense – a acquis auprès de Moscou des missiles antiaériens S-400.

Livrés en 2019, ils n’ont jamais été mis en service mais cet achat avait déclenché une crise entre Washington et Ankara, bloquant l’acquisition d’avions américains F-35.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.