Erekat : Pas de dialogue avec Washington jusqu’à un démenti de Trump sur Jérusalem
Rechercher

Erekat : Pas de dialogue avec Washington jusqu’à un démenti de Trump sur Jérusalem

Le haut négociateur palestinien explique que l'AP réfléchit à toutes les options en réponse à l'initiative de Washington. Abbas salue le 'consensus global' au Conseil de sécurité

Le négociateur en chef palestinien et secrétaire général de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) s'exprime au cours d'une conférence de presse à Jéricho, en Cisjordanie, le 15 février 2017 (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)
Le négociateur en chef palestinien et secrétaire général de l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) s'exprime au cours d'une conférence de presse à Jéricho, en Cisjordanie, le 15 février 2017 (Crédit : AFP/Ahmad Gharabli)

L’Autorité palestinienne (AP) ne discutera pas avec Washington jusqu’à ce que les Etats-Unis reviennent sur leur reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, a indiqué le haut-négociateur Saeb Erekat dans la soirée de vendredi.

Erekat a expliqué au réseau Al-Jazeera que l’AP réfléchit à toutes les options en réponse à la déclaration faite cette semaine par le président américain Donald Trump.

Le président de l’AP Mahmoud Abbas a pour sa part salué la session d’urgence organisée vendredi par le Conseil de sécurité des Nations unies, au cours de laquelle chaque intervenant – à l’exception des envoyés américain et israélien – a condamné l’initiative prise par les Etats-Unis.

Dans un communiqué, Abbas « salue le consensus international dénonçant l’annonce de Trump tel qu’il est apparu à la session du Conseil de Sécurité de ce soir ». Il a ajouté que les Etats-Unis n’étaient dorénavant plus en mesure de superviser le processus de paix.

Lors de cette session, l’envoyé palestinien Riyad Mansour a expliqué que la décision de Trump de reconnaître Jérusalem en tant que capitale d’Israël et la relocalisation finale de l’ambassade américaine dans la ville sainte devait être à nouveau réfléchie et révisée.

« Il ne peut y avoir de paix juste et durable à la question palestinienne sans solution juste » pour Jérusalem, a-t-il dit, qualifiant la ville de « coeur de la Palestine ».

Riyad Mansour, représentant palestinien à l’ONU, le 6 avril 2015. (Crédit : ONU / Loey Felipe)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...