Escapade dans les humbles cyclamens des fières collines de Judée
Rechercher

Escapade dans les humbles cyclamens des fières collines de Judée

Bourgeons en pleine éclosion, panoramas magnifiques, sites de loisirs : il ne faut pas rater le parc de l'Indépendance américaine, situé entre Jerusalem et Beit Shemesh

  • Une bénévole repeint la signalisation dans le parc de l'Indépendance  KKL-JNF. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Une bénévole repeint la signalisation dans le parc de l'Indépendance KKL-JNF. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Un sentier enchanteur de la randonnée de 45 minutes organisée au-dessus du lit de la rivière Ktalav Riverbed. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Un sentier enchanteur de la randonnée de 45 minutes organisée au-dessus du lit de la rivière Ktalav Riverbed. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Des cyclamens dans le parc de l'Indépendance américain du KKL-JNF. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Des cyclamens dans le parc de l'Indépendance américain du KKL-JNF. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Des randonneuses se reposent à une table située au-dessus du lit de la rivière  Ktalav. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Des randonneuses se reposent à une table située au-dessus du lit de la rivière Ktalav. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Le centre de loisirs Gladys Miller . (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Le centre de loisirs Gladys Miller . (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Le centre de loisirs Gladys Miller . (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Le centre de loisirs Gladys Miller . (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Une tour de garde restaurée au Centre de loisirs Gladys Miller. (Crédit :  Shmuel Bar-Am)
    Une tour de garde restaurée au Centre de loisirs Gladys Miller. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Le sentier de randonnée qui entoure la crête, au-dessus du lit de rivière Ktalav . (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Le sentier de randonnée qui entoure la crête, au-dessus du lit de rivière Ktalav . (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • La sculpture "Israël en pierre" surplombe de beaux panoramas. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    La sculpture "Israël en pierre" surplombe de beaux panoramas. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
  • Un site blanc au parc de l'Indépendance américaine KKL-JNF. (Crédit : Shmuel Bar-Am)
    Un site blanc au parc de l'Indépendance américaine KKL-JNF. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

L’histoire raconte que quand Salomon avait été déclaré roi d’Israël, il avait commencé à se mettre en quête d’une couronne. Profondément insatisfait des créations d’or et d’argent magnifiques qui avaient été imaginées par ses artistes, il était allé se promener dans les forêts, alors en pleine floraison, des Collines de Judée pour réfléchir. Alors qu’il marchait, les fleurs l’avaient interpelé, s’enorgueillissant de leur beauté. Rejetant ces pousses hautaines, le roi avait soudainement remarqué un petit cyclamen rose (rakefet en hébreu), dont la fleur modeste était en partie dissimulée sous une pierre. « Parfait ! », s’était-il alors écrié. « Je porterai le cyclamen sur ma couronne pour me rappeler de rester humble ».

Peut-être parce qu’il est délicieux de pouvoir enfin retourner dans la nature après une longue période de confinement pour cause de coronavirus, il est vrai que les cyclamens, cette année, paraissent inhabituellement brillants. Et ceux qui se trouvent à l’intérieur du Parc de l’indépendance américaine (ou Parc 2000) du Keren Kayemeth leIsrael – Fonds National Juif, aux abords du Moshav Nes Harim, capturent particulièrement le regard.

Dédié aux Etats-Unis à l’occasion de leur 200e anniversaire, le parc est un chef-d’œuvre. Comme tant d’autres projets qui ont été développés par le KKL-JNF, il offre aux Israéliens une parenthèse pleine de fraîcheur face au stress accumulé au quotidien, ainsi que de nombreuses opportunités de profiter de la nature.

Le plaisir commence juste avant l’entrée dans le parc, avec une randonnée de 45 minutes enchanteresse qui fait le tour du pic, au-dessus du lit de la rivière Ktalav. L’itinéraire est marqué par des bandes noires qui se transforment en un balisage rouge au milieu du parcours qui ramène dans la partie principale du parc.

Au cours de notre randonnée, la semaine dernière, les anémones avaient fleuri, les cyclamens perçaient les pierres, et nous avons été particulièrement impressionnés par les grandes asphodèles blanches aux veines colorées. Les Grecs considéraient l’asphodèle comme un symbole du réveil de la nature et de la résurrection. Cette fleur était sacrée pour Perspéphone, déesse gréco-romaine, et elle était liée aux morts. Quand une personne décédait, il était traditionnel de dire qu’elle avait rejoint « la demeure de l’asphodèle ».

Des promeneurs s’élancent sur le sentier de randonnée encerclant la crête au-dessus du lit de la rivière Ktalav. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Jusqu’à la guerre des Six jours, des soldats israéliens étaient stationnés ici, sur cette colline. La frontière entre Israël et la Jordanie se situait à l’est, à seulement un kilomètre, à l’époque – et cet avant-poste offrait une vue excellente du secteur environnant.

L’odeur merveilleuse qui plane dans l’air est celle de la sauge qui jonche le sentier. Sentez son parfum si extraordinaire – et qui est tellement délicieux et sain dans du thé – en frottant les feuilles et en les portant à votre nez. Il y a des bancs dissimulés le long du sentier, sous les chênes ombrageux et, peut-être pourrez-vous même croiser un animal. En fait, la dernière fois que nous étions venus, c’était un loup qui était sorti du bois – avant de retourner précipitamment dans sa cachette lorsqu’il avait remarqué la présence de randonneurs sur le chemin.

Un sentier enchanteur de la randonnée de 45 minutes organisée au-dessus du lit de la rivière Ktalav Riverbed. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

L’escapade s’achève par une ascension vers une esplanade superbe, d’environ 600 mètres, qui offre de surcroît un panorama saisissant. L’endroit est parfait pour les personnes en fauteuil roulant, en vélo ou pour les poussettes. Les randonneurs qui s’aventurent vers la gauche de l’esplanade arrivent au café-restaurant Bar BaHar mais pour profiter au maximum du sentier, il faut aller à droite.

Ce sentier charmant qui déambule dans la nature est bordé de parterres de fleurs inhabituellement pittoresques et par une variété de superbes arbres. Parmi eux, les fraisiers de l’est, ktalav en hébreu, qui offrent, l’été, un fruit d’un rouge brillant. C’est leur grand nombre dans le secteur qui a donné son nom au lit de rivière. Leurs branches sont d’une couleur brune tirant sur le rouge, une couleur chaleureuse qui donne l’impression que les arbres ont été enduits de peinture rouge.

Des cyclamens dans le parc de l’Indépendance américain du KKL-JNF. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

L’écorce de Ktalav met beaucoup de temps à pourrir et autrefois, les locaux l’utilisaient pour fabriquer des outils. En résultat, l’arbre avait failli disparaître ici, en Israël. Heureusement, les outils artisanaux font dorénavant partie du passé et le fraisier a fait son retour triomphant.

Une mosaïque placée à l’entrée du parc présente toues les installations de la zone. A 10 kilomètres et en voiture, un trajet pittoresque mène au centre industriel de Beit Shemesh. La route porte le nom de Hubert Humphrey Parkway, en hommage à l’homme qui avait été vice-président des Etats-Unis de 1965 à 1968. Soutien constant et fervent de l’Etat juif, il était originaire – comme l’auteur de cet article – du Minnesota.

Des randonneuses se reposent à une table située au-dessus du lit de la rivière Ktalav. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Des aires de pique-nique et de jeux sont installées tout le long de la route sur cet itinéraire, mais il y a aussi des lieux relativement insolites. Tout d’abord, un centre de loisirs doté de tables de pique-nique qui sont accessibles en chaise roulante, et d’un petit terrain de jeu. Plus loin, les promeneurs accèdent à un poste d’observation sous la forme d’un balcon d’où peut être aperçu, au loin et sur le sommet d’une colline, le tombeau en forme de dôme d’un célèbre sheikh. Son nom était Barder et il errait dans un village avoisinant au cours du 7e siècle.

Selon la tradition, Bader s’était dévêtu pour prendre un bain dans la rivière du village et il avait accroché ses habits à un grenadier mort. Tout de suite après, l’arbre avait commencé à fleurir et les anciens du village avaient réalisé que Bader avait des pouvoirs surnaturels. L’un d’entre eux avait donné en mariage sa fille Fatma au sheikh, qui était resté au village.

Après sa mort, le tombeau de Barder est devenu un site de pèlerinage important pour les musulmans du monde entier et le village est devenu connu sous le nom de Dir a-Sheikh ou « tombeau du vieil homme ».

Un site blanc au parc de l’Indépendance américaine KKL-JNF. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

En-dessous du sentier, il reste des rails de la toute première ligne ferroviaire d’Israël qui reliait Jérusalem et la côte méditerranéenne. Au loin, légèrement à gauche mais au dessous des majestueuses montagnes, il y a une colline en forme de cône appelée Hirbet Tura, où se trouvent les vestiges d’une ancienne forteresse et ceux d’implantations ultérieures.

En continuant le trajet, il est possible de monter en voiture sur la montagne Yaala pour atteindre le point le plus élevé du parc. La tour du forestier n’est pas accessible, mais il est possible de faire le tour de la crête pour avoir une vue à 360 degrés de la région entière qui s’étend des plans côtiers du sud et de Judée jusqu’au fleuve Sorek, et jusqu’au mont Hébron. Un panneau explicatif, en hébreu, décrit les sites marqués par des batailles dans la région.

En face de l’entrée qui permet d’accéder à la montagne Yaala, il y a trois sculptures. L’une est un hommage rendu à la navette spatiale Challenger – une maquette de la fusée de la NASA qui avait pris feu au décollage en 1986, tuant les sept scientifiques et astronautes qui se trouvaient à bord.

Le chemin reliant le monument en mémoire de l’astronaute israélien Ilan Ramon et la carte topographique « d’Israël en pierre ». (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Une deuxième statue a été érigée en l’honneur du tout premier astronaute israélien, le colonel Ilan Ramon.

A l’origine, elle faisait face à de magnifiques tuiles bleues en céramique mais nous avons découvert, lors de notre récente visite, qu’elles avaient malheureusement été volées.

Ilan Ramon, premier astronaute israélien. (NASA)

Dans une retransmission depuis la navette spatiale Columbia, en 2003, Ramon avait appelé les Juifs du monde entier à planter un arbre en Israël l’année suivante.

Ramon avait été tué quand la navette s’était écrasée après son retour dans l’atmosphère, le 1er février 2003.

A proximité se trouve une carte topographique impressionnante appelée « Israël dans la pierre ». De là, la vue est absolument superbe.

La sculpture « Israël en pierre » surplombe de beaux panoramas. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

Enfin, dernière installation sur la route, le Centre de loisirs Gladys Miller propose des dizaines de tables de pique-nique, une aire de jeu et une ancienne shomera qui a été reconstruite. Une shomera est une tour de guet en pierre d’un étage ou de deux étages, qui était utilisé, dans l’Histoire, pour stocker les récoltes.

Il y a des tours de guet similaires sur toutes les collines de Judée, construites à l’aide de pierres qui auraient, le cas échéant, encombré les terres agricoles.

Une tour de garde restaurée au Centre de loisirs Gladys Miller. (Crédit : Shmuel Bar-Am)

La descente sur Beit Shemesh est spectaculaire. Comme l’est également la vue sur la côte, à droite, lorsque le ciel est dégagé.

***

Pour en savoir davantage sur ces promenades, vous pouvez nous contacter à l’adresse courriel israeltravels@gmail.com.

Aviva Bar-Am est l’autrice de sept guides en anglais sept guides en anglais .

Shmuel Bar-Am est guide touristique agréé qui organise des visites privées et personnalisées visites privées et personnalisées individuelles, familiales ou en petits groupes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...