Etat d’alerte maximal avant l’anniversaire de la mort de Mughniyeh
Rechercher

Etat d’alerte maximal avant l’anniversaire de la mort de Mughniyeh

Six ans après l'assassinat d'un chef militaire du Hezbollah, l'organisation terroriste continue à vouloir se venger

L’appareil sécuritaire israélien est à un niveau d’alerte maximal en prévision du sixième anniversaire de l’assassinat du chef terroriste du Hezbollah, Imad Mughniyeh, ce mercredi.

« Le Hezbollah n’a pas cessé de chercher à venger la mort de Mughniyeh ; il cherche des opportunités », a déclaré au site Walla News, sous couvert d’anonymat, un responsable sécuritaire. « Certaines tentatives ont été empêchées. D’autres ont presque réussi. L’ordre a été donné de renforcer le niveau d’alerte. »

Mughniyeh était l’un des principaux commandants militaires des services secrets et paramilitaires du Hezbollah. Il a été assassiné en 2008, lors d’une opération qui, selon toute vraisemblance, aurait été menée par des agents israéliens. Le Hezbollah s’est engagé à répliquer.

En février 2012, à l’occasion du quatrième anniversaire de la mort du commandant du Hezbollah, les missions diplomatiques israéliennes à New Delhi et Tbilissi ont été attaquées.

Plusieurs experts ont attribué ces assauts au Hezbollah. En mai de la même année, cinq Israéliens ont été tués dans l’explosion d’un bus à Burgas, en Bulgarie. Quelques mois plus tard, l’enquête bulgare a révélé l’implication du Hezbollah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...