États-Unis : les républicains tentent d’imposer un vote contre le BDS
Rechercher

États-Unis : les républicains tentent d’imposer un vote contre le BDS

Un projet de loi visant à s'opposer au mouvement anti-Israël est en suspens, notamment parce que les démocrates estiment qu'il ne respecte pas le Premier amendement

Les membres du Congrès avant le début du 116e congrès, à Washington DC, le 3 janvier 2019. (Crédit : Brendan SMIALOWSKI / AFP)
Les membres du Congrès avant le début du 116e congrès, à Washington DC, le 3 janvier 2019. (Crédit : Brendan SMIALOWSKI / AFP)

WASHINGTON (JTA) — Les républicains américains souhaitent imposer un vote sur un projet de loi controversé censé s’opposer au boycott anti-Israël.

Le projet de loi, adopté par le Sénat en début d’année, a été suspendu, notamment parce que les démocrates, qui contrôlent la Chambre des représentants, affirment qu’il menace les dispositions garantissant la liberté d’expression du Premier amendement.

Ce texte de loi donnerait aux Etats américains le droit d’interdire aux boycotteurs d’Israël de faire affaire avec eux et les protégerait de toute poursuite.

Le représentant républicain de Floride Brian Mast a déposé une pétition de décharge pour obtenir le soutien de la majorité des membres de la Chambre des représentants – 218 – l’un des seuls moyens dont dispose le parti minoritaire pour forcer le vote.

Le représentant de la Louisiane, Steve Scalise, chef-adjoint de la minorité à la Chambre, doit maintenant convaincre l’ensemble du caucus du Parti républicain et au moins 21 démocrates de soutenir la pétition. Il est soutenu par le chef de la minorité à la Chambre, le représentant Kevin McCarthy de Californie, et par le chef de la majorité du Sénat, le sénateur Mitch McConnell du Kentucky.

Donald Trump, avec le chef de la majorité au Sénat Mitch McConnell, le vice-président Mike Pence, le chef de la majorité à la chambre Kevin McCarthy e le whip de la majorité à la chambre Steve Scalise, et Rex Tillerson, à Camp David, le 6 janvier 2018. (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)

La représentante Liz Cheney du Wyoming, troisième républicaine à la Chambre, et les deux seuls législateurs républicains juifs, les représentants Lee Zeldin de New York et David Kustoff du Tennessee, ont également apporté leur contribution.

Les républicains ont mis en avant des mesures anti-boycott comme moyen d’embarrasser les démocrates, qui luttent contre une gauche de plus en plus critique à l’égard d’Israël, dont de deux membres de la Chambre soutiennent le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions visant Israël.

« La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a laissé le projet de loi dépérir sur son bureau », ont écrit McCarthy et McConnell dans un éditorial publié mercredi sur le site du Washington Post. « Les républicains de la Chambre, reconnaissant que le Congrès ne doit pas rester silencieux sur ce sujet, utilisent un outil de procédure rare pour tenter d’imposer un vote à la hausse ou à la baisse sur cette mesure. »

De même, les démocrates ont utilisé l’antisémitisme comme un gourdin contre les républicains, notant que l’administration Trump avait reculé dans ses programmes visant la suprématie blanche et les liens de certains membres du Parti républicain avec l’extrême droite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...