Évasion de Gilboa : Un tunnel aurait commencé à être creusé en novembre
Rechercher

Évasion de Gilboa : Un tunnel aurait commencé à être creusé en novembre

Les détenus auraient creusé à l’aide d’assiettes et de poignées de casseroles ; ils ont jeté la terre excavée dans les égouts, les poubelles et les réserves d'eau de leur aile

Des enquêteurs inspectent le trou utilisé par six détenus pour s'échapper de la prison de Gilboa, le 6 septembre 2021. (Service pénitentiaire israélien)
Des enquêteurs inspectent le trou utilisé par six détenus pour s'échapper de la prison de Gilboa, le 6 septembre 2021. (Service pénitentiaire israélien)

L’enquête sur l’évasion de six prisonniers palestiniens de la prison de Gilboa la semaine dernière a révélé que les détenus avaient commencé à creuser le tunnel utilisé pour s’échapper à la fin de l’année dernière, avec l’aide d’au moins cinq autres prisonniers, a rapporté mardi le quotidien Haaretz.

Les six fugitifs – dont deux sont toujours en fuite – se sont évadés en creusant le sol en béton et en barres d’armature métalliques de leur salle de bains et en retirant une dalle qui menait à plusieurs cavités dans la structure de la prison. Ils ont utilisé ces cavités pour quitter l’enceinte sous terre, puis ont creusé un tunnel jusqu’à une route située sur le côté sud de l’établissement.

Selon l’article de mardi, les agents chargés de l’enquête sur l’évasion de lundi dernier pensent qu’au moins 11 prisonniers ont participé au creusement du tunnel, qui a commencé dès novembre 2020. L’agence de sécurité du Shin Bet, qui dirige l’enquête, interrogerait les cinq prisonniers qui auraient aidé les évadés à creuser.

Les prisonniers auraient creusé à l’aide d’assiettes et de poignées de casseroles et auraient déversé les déblais dans les égouts, dans des poubelles et dans des réserves d’eau de leur aile.

Selon les informations publiées en début de semaine, un gardien de prison chargé de l’entretien du système d’égouts de la prison avait connaissance des récents blocages du système dus au sable, mais n’a pas signalé ces blocages aux autorités de la prison.

Les responsables de la sécurité soupçonnent également que de nombreux autres prisonniers de la prison de Gilboa étaient au courant de l’évasion, selon l’article de Haaretz, et qu’un autre détenu devait prendre part à l’évasion, mais a changé d’avis à la dernière minute.

Sur cette photo fournie par le Service des prisons d’Israël, on voit un trou dans le sol après que six prisonniers palestiniens se sont échappés de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021. (Crédit : Service pénitentiaire israélien via AP)

L’administration pénitentiaire israélienne n’a pas voulu commenter ces informations, invoquant l’enquête de police en cours.

L’évasion est considérée comme l’une des pires évasions de prison de l’histoire d’Israël et le service pénitentiaire a fait l’objet de critiques importantes à la suite de l’incident, un enchaînement de maladresses ayant permis aux six fugitifs de s’échapper.

L’évasion a été filmée en temps réel par les caméras de sécurité de l’établissement, mais personne ne les surveillait au moment de l’évasion, a indiqué lundi le site d’information Walla. Le gardien qui se trouvait dans la salle de contrôle à ce moment-là serait soupçonné d’avoir regardé la télévision et de n’avoir remarqué ni le flux en direct de l’évasion des six détenus ni le système d’alerte qui a été activé. Un reportage de la Douzième chaine a donné lundi une version différente, affirmant qu’un seul gardien avait la tâche « impossible » de surveiller des dizaines de caméras de sécurité et qu’il avait donc manqué l’évasion.

De plus, selon Walla, les chiens de garde de la cour de la prison ont commencé à aboyer lorsque les prisonniers sont sortis du tunnel à l’extérieur des murs de la prison, activant un système d’alerte dans lequel les caméras de sécurité se concentrent sur la zone où les chiens aboient. Les prisonniers seraient restés autour du trou pendant une vingtaine de minutes avant de partir à pied, mais le gardien de la salle de contrôle n’aurait rien remarqué.

Un garde surveille depuis une tour d’observation de la prison de Gilboa, dans le nord d’Israël, le 6 septembre 2021, après l’évasion de six prisonniers de sécurité palestiniens de l’établissement. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Les forces de sécurité israéliennes ont recapturé quatre des prisonniers, dont le célèbre commandant terroriste du Fatah Zakaria Zubeidi et le cerveau présumé Mahmoud al-Arida, un agent du Jihad islamique palestinien. Les quatre autres sont également membres du Jihad islamique, notamment Iham Kamamji et Munadil Nafiyat, qui sont toujours en fuite.

Selon Haaretz, les responsables de la sécurité pensent que Nafiyat a réussi à se rendre dans la ville de Jénine, en Cisjordanie, après avoir été identifié sur des images de sécurité franchissant la barrière frontalière la semaine dernière. Alors que les forces sont toujours à la recherche de Kamamji en Israël, il est envisagé qu’il a également traversé la Cisjordanie pour se rendre à Jénine.

En visite en Cisjordanie mardi pour rencontrer le chef de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, et d’autres officiers supérieurs impliqués dans la recherche des fugitifs, le ministre de la Défense, Benny Gantz, a averti les groupes terroristes palestiniens de ne pas mener d’attaques à l’occasion de la fête de Yom Kippour.

« Les forces de sécurité sont déployées et prêtes à défendre les citoyens d’Israël contre toute menace », a déclaré M. Gantz.

Des policiers israéliens établissent un barrage routier à la jonction de Jezreel sur la route 60 qui mène à Jénine, à la recherche de prisonniers palestiniens qui se sont échappés de la prison de Gilboa, le 9 septembre 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

« Si les organisations terroristes tentent de relever la tête, nous prendrons soin de les faire tomber. Cela est vrai pour la Cisjordanie et pour la bande de Gaza », a-t-il ajouté.

Ces derniers jours, la bande de Gaza a connu une recrudescence des violences, avec cinq tirs de roquettes depuis l’enclave au cours de la semaine dernière, ainsi qu’une attaque à l’arme blanche à Jérusalem qui a laissé deux hommes modérément blessés et une autre attaque déjouée dans le centre de la Cisjordanie.

Le ministre de la Défense a déclaré que, si l’armée s’efforçait de retrouver les fugitifs et de protéger les civils israéliens, elle n’avait pas l’intention de s’imposer indûment à la population palestinienne de Cisjordanie.

« Israël n’a pas l’intention de porter atteinte aux habitudes quotidiennes des Palestiniens et nous sommes prêts à faire des concessions économiques et humanitaires et à renforcer la coordination avec l’Autorité palestinienne », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...