Rechercher

Exemption de test COVID pour les voyageurs ayant guéri dans les 3 mois

Il faut être en mesure de présenter un document établi en Israël prouvant une guérison datant d'au moins onze jours et de moins de trois mois, selon les nouvelles règles

Voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion, le 21 juin 2021. (FLASH90)
Voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion, le 21 juin 2021. (FLASH90)

Les Israéliens ayant récemment guéri de la COVID-19 ne seront plus dans l’obligation de faire un test de dépistage au coronavirus avant d’embarquer dans le vol-retour vers le pays, a décidé une commission gouvernementale dans la soirée de dimanche.

Cette décision est entrée immédiatement en vigueur, a annoncé lundi la Commission des exemptions dirigée par le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Santé et l’Autorité de la population et de l’Immigration.

Le test PCR consiste en un prélèvement d’échantillon nasopharyngé qui est envoyé au laboratoire pour dépistage. Ces tests sont considérés comme les plus précis pour la COVID-19.

Pour être dispensé de test, il faut être en mesure de présenter un document établi en Israël prouvant une guérison datant d’au moins onze jours et de moins de trois mois, selon les nouvelles règles.

Il est difficile de dire pour le moment si des étrangers pourraient présenter un document non-israélien montrant qu’ils se sont rétablis de la COVID-19, ou s’il faudra encore qu’ils effectuent un test, comme c’est également exigé pour tous les voyageurs.

Tous les nouveaux arrivants devront encore se soumettre à un test PCR à l’aéroport Ben-Gurion selon le taux d’infection du pays dont ils viennent et de leur statut vaccinal.

Une Américaine se fait faire un test au coronavirus à Miami. (Crédit : AP Photo/Marta Lavandier)

Les Israéliens qui ont bénéficié d’une injection de rappel ne devront se placer à l’isolement que pendant 24 heures après leur retour de l’étranger ou après avoir eu un résultat négatif de test au coronavirus, et non plus pendant une semaine.

Mais les citoyens devront encore – et indépendamment de leur parcours vaccinal – se mettre en quarantaine pendant sept jours complets s’ils reviennent de certains pays présentant un taux élevé d’infection.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...