Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Face à l’escalade nucléaire de l’Iran, les Européens passent à l’action

Lors de la dernière réunion de mars, Londres, Paris et Berlin avaient préparé un texte avant de renoncer faute de soutien de Washington

Le directeur-général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, assistant à la réunion du Conseil des gouverneurs de l'AIEA, au siège de l'agence, à Vienne, en Autriche, le 3 juin 2024. (Crédit : Joe Klamar/AFP)
Le directeur-général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, assistant à la réunion du Conseil des gouverneurs de l'AIEA, au siège de l'agence, à Vienne, en Autriche, le 3 juin 2024. (Crédit : Joe Klamar/AFP)

Après 18 mois d’inaction diplomatique, les Européens ont décidé malgré les réticences américaines de soumettre une résolution condamnant l’escalade nucléaire de l’Iran au Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui s’est ouvert lundi à Vienne.

« Le texte a été formellement déposé » dans la soirée, a indiqué à l’AFP une source diplomatique, deuxième à confirmer l’information.

Pour justifier cette première résolution depuis novembre 2022, Londres, Paris et Berlin (E3) ont invoqué « l’urgence à réagir devant la gravité de la situation », selon des diplomates.

Car si Téhéran nie vouloir se doter de la bombe, son programme ne cesse de monter en puissance.

D’après l’AIEA, c’est le seul pays non doté de l’arme atomique à enrichir l’uranium au niveau de 60 % et à accumuler des stocks toujours plus importants.

Ce niveau se rapproche des 90 % nécessaires pour élaborer une bombe et se situe bien au-delà du plafond autorisé de 3,67 % – équivalant à ce qui est utilisé pour la production d’électricité.

Cette photo satellite de Planet Labs PBC montrant le site nucléaire iranien de Natanz, le 14 avril 2023. (Crédit : Planet Labs PBC via AP)

Au premier jour de la réunion, le directeur-général de l’instance onusienne, Rafael Grossi, a réitéré ses « inquiétudes », évoquant « les lacunes » dans la surveillance des activités nucléaires du fait de la forte restriction des inspections depuis 2021.

Il a également jugé « inacceptables » les récentes déclarations publiques de responsables en Iran sur une possible évolution de la doctrine nucléaire vers une vocation militaire assumée.

« Essentiel et urgent »

Lors de la dernière réunion de mars, les pays de l’E3 avaient préparé un texte avant de renoncer faute de soutien de Washington.

Si officiellement les États-Unis nient freiner les efforts de leurs alliés européens, ils craignent qu’une telle action n’envenime les tensions géopolitiques actuelles au Moyen-Orient, qui plus est à l’approche de la présidentielle de novembre.

Une politique qui n’est plus tenable au vu de l’escalade, estiment les mêmes sources diplomatiques, ajoutant que « la position américaine pourrait évoluer » d’ici au vote prévu plus tard dans la semaine au sein du Conseil de 35 pays membres.

En visite en Iran début mai, Grossi est revenu les mains vides, pointent-elles.

Entretemps, la mort de Ebrahim Raïssi, qui a péri dans un accident d’hélicoptère, a mis en suspens les discussions. Réfutant « toute tactique » de la part de Téhéran, le chef de l’AIEA s’est dit « prêt à s’asseoir avec les nouvelles autorités » après les élections anticipées du 28 juin.

Diverses machines à centrifuger alignées dans un hall de l’installation d’enrichissement d’uranium de Natanz, en Iran, sur une photo diffusée le 17 avril 2021. (Crédit : Capture d’écran/Islamic Republic Iran Broadcasting-IRIB/AP)

Mais les Européens veulent accroître la pression sans attendre.

D’une portée symbolique à ce stade, la résolution aborde l’ensemble des points de contentieux.

D’abord, la présence de traces d’uranium inexpliquées sur deux sites non déclarés. « Il est essentiel et urgent » que Téhéran fournisse des raisons « techniquement crédibles », insiste le texte confidentiel consulté par l’AFP. À ce sujet, « un rapport complet » pourrait être demandé à Grossi.

L’Iran doit aussi « revenir sur le retrait de l’accréditation » de certains de ses inspecteurs les plus expérimentés, et rebrancher « sans délai » les caméras de surveillance.

« Revenir dans le jeu »

La République islamique s’est affranchie progressivement des engagements pris dans le cadre de l’accord international de 2015 conclu avec les États-Unis, la Chine, la Russie, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni – pacte connu sous l’acronyme JCPOA.

Le JCPOA était censé encadrer ses activités atomiques en échange d’une levée des sanctions internationales.

Mais il a volé en éclats après le retrait américain décidé en 2018 par le président d’alors, Donald Trump. Des discussions menées à Vienne pour le ranimer ont échoué à l’été 2022.

Plusieurs centrifugeuses bordant la salle endommagée le 11 avril 2021, à l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, à 322 km au sud de la capitale, Téhéran, sur une photo diffusée le 17 avril 2021. (Crédit : IRIB via AP)

L’Iran a déjà prévenu : « Si certains pays européens malavisés adoptent une position hostile […], ils feront face à une réponse sérieuse et efficace de notre pays », a écrit samedi l’amiral Ali Shamkhani, conseiller politique du guide suprême Ali Khamenei, dans un message sur X.

Pour la Russie, qui s’est rapprochée de l’Iran ces deux dernières années, cette « résolution anti-iranienne […] ne peut qu’aggraver la situation », a averti son ambassadeur auprès des organisations internationales à Vienne, Mikhaïl Oulianov.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.