Rechercher

Face aux critiques, Marvel promet une « nouvelle approche » du personnage de Sabra

Shira Haas sera l’ex-agent du Mossad dans le prochain « Captain America ». Marvel est accusé de contribuer aux stéréotypes sur les Palestiniens et de « glorifier » Tsahal

Shira Haas dans "Unorthodox" de Netflix (Crédit : Anika Molnar/Netflix)
Shira Haas dans "Unorthodox" de Netflix (Crédit : Anika Molnar/Netflix)

Marvel Studios s’engage à adopter « une nouvelle approche » du personnage de Sabra, suite aux critiques d’organisations palestiniennes, furieuses que soit porté au grand écran le personnage de bande dessinée israélien, interprété par l’actrice Shira Haas.

« Les personnages et les histoires sont évidemment inspirés des bandes dessinées originales, mais ils sont mis au goût du jour. Les cinéastes vont adopter une toute nouvelle approche du personnage de Sabra, apparu dans les bandes dessinées il y a une quarantaine d’années », a déclaré Marvel au journal américain Variety, dans un communiqué publié vendredi.

Des militants des droits des Palestiniens ont regretté, la semaine passée, que l’apparition de Sabra dans le prochain film « Captain America », « contribue à glorifier l’action de l’armée et de la police israéliennes ».

Sur Twitter, l’Institute for Middle East Understanding (IMEU), organisation pro-palestinienne basée aux États-Unis, a déclaré que Marvel employait « des stéréotypes racistes et anti-musulmans, ainsi qu’une représentation déshumanisante des Palestiniens, tout en glorifiant la violence militaire israélienne ».

« Marvel encourage les violences israéliennes à l’encontre des Palestiniens et l’oppression de millions de Palestiniens prisonniers du régime militaire autoritaire d’Israël », a déclaré IMEU.

Des critiques assurent que la représentation des personnages arabes par Marvel Comics est faite de stéréotypes, dépeignant les Arabes comme misogynes, violents et antisémites.

« Cette bande dessinée ne laisse rien augurer de bon pour le prochain film », a déclaré à CNN l’éminent militant américano-palestinien Yousef Munayyer.

L’actrice israélienne Shira Haas reçoit le prix de la meilleure actrice de soutien lors des Ophir Awards 2018, parfois appelés les Oscars israéliens, dans la ville d’Ashdod, dans le sud d’Israël, le 6 septembre 2018. (Crédit: Flash90)

Il a ajouté que la glorification des espions israéliens était « indélicate et honteuse ».

Dans les comics, Sabra, également connue sous le nom de Ruth Bat-Seraph, est une ex-agente de l’agence d’espionnage du Mossad dotée de super pouvoirs et qui affronte parfois d’autres personnages surhumains, tels que Hulk ou les X-Men.

Dans l’une de ses toute premières aventures, elle semble peu affectée par la mort d’un jeune Palestinien, jusqu’à ce que l’Incroyable Hulk lui enseigne les vertus de la compassion.

Hulk dit à Sabra : « Le garçon est mort parce que le peuple du garçon et le tien veulent tous les deux posséder ces terres ! Ce garçon est mort parce que vous ne voulez pas partager ! »

Sabra, en hébreu tzabar, désigne le fruit du cactus, communément appelé figue de barbarie. C’est depuis longtemps un terme d’argot utilisé pour désigner les Juifs nés en Israël.

Côté Palestinien, Sabra évoque un camp de réfugiés au Liban, qui, tout comme le camp de Chatila voisin, a été massacré par des hommes armés chrétiens maronites libanais. Israël a été critiqué pour n’avoir rien fait pour empêcher la tragédie, en 1982.

Depuis quelques années, Marvel fait des efforts en termes de diversité ethnique et de représentation des sexes, grâce aux conseils de « consultants culturels » dont le rôle est de s’assurer que les communautés minoritaires soient équitablement représentées, selon l’information donnée par Variety.

Disney a fixé la date de sortie de son film au 3 mai 2024.

L’équipe du Times of Israel a contribué à la rédaction de cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...