Facebook lance un fonds contre le harcèlement en France
Rechercher

Facebook lance un fonds contre le harcèlement en France

Le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT et l'enseignant Iannis Roder siègeront au comité du "Fonds pour le civisme en ligne"

Un écran d'ordinateur affiche le logo du site de réseau social Facebook, le 22 mars 2018. (AFP Photo/Oili Scarff)
Un écran d'ordinateur affiche le logo du site de réseau social Facebook, le 22 mars 2018. (AFP Photo/Oili Scarff)

Facebook a annoncé mercredi le lancement en France d’un « Fonds pour le civisme en ligne », doté d’un million d’euros pour 2019, et qui soutiendra des projets de la société civile contre le harcèlement chez les jeunes.

Cette structure, inédite à l’échelle du groupe, sera animée par « un comité d’experts qui décidera des orientations du fonds et sélectionnera les projets lauréats », a précisé le réseau social américain dans un communiqué.

Les membres du comité sont Raymond Artis, président de la FCPE (fédération de parents d’élève); Frédéric Potier, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH); Iannis Roder, professeur d’histoire-géographie à Saint-Denis; le pédopsychiatre et spécialiste des adolescents Patrice Huerre; Lola Dubini, youtubeuse engagée contre le harcèlement; et Julie de Bailliencourt, responsable de la sûreté et sécurité à Facebook.

Outre un grand prix doté de 200 000 euros, le comité soutiendra chaque année 10 à 12 projets, chacun pouvant aller à une hauteur de 80 000 euros, « qui innovent dans la promotion de comportements responsables en ligne », portées par des associations ou start-up, assure le géant américain.

Cette annonce intervient à la veille de la journée nationale contre le harcèlement à l’école, organisée depuis 2015, et sur fond de pressions grandissantes sur les réseaux sociaux pour mieux lutter contre les dérives en ligne (discours de haine, désinformation…), en France comme à l’étranger.

Début octobre, Facebook avait annoncé des initiatives au niveau mondial pour lutter contre le harcèlement en ligne, dont la possibilité pour les utilisateurs de masquer ou de supprimer des commentaires en un bloc (plutôt qu’un par un), et celle de signaler des cas de harcèlement dont seraient victimes des amis qui n’osent pas se plaindre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...