Rechercher

Facebook menace de supprimer la page du directeur exécutif d’UN Watch

Hillel Neuer a appris que son compte était menacé pour avoir publié un article critiquant le boycott d'Israël ; il s'est défendu par un recours en justice et une pétition en ligne

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Capture d'écran d'un avertissement de Facebook à Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch, l'informant qu'il violait les normes de la communauté. (Crédit : UN Watch)
Capture d'écran d'un avertissement de Facebook à Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch, l'informant qu'il violait les normes de la communauté. (Crédit : UN Watch)

Facebook a menacé de supprimer le compte personnel du directeur d’un important groupe de lobbying pro-israélien aux Nations unies, affirmant qu’il violait les règles de la communauté.

Le directeur exécutif de UN Watch, Hillel Neuer, a également été informé que sa page faisait déjà l’objet de sanctions visant à réduire sa visibilité depuis des mois, a déclaré le groupe dans un communiqué lundi.

« Il s’avère que, comme je le soupçonnais, Facebook a délibérément et de manière injustifiée caché mes publications au public », a déclaré Neuer dans la déclaration. « Maintenant, ils menacent arbitrairement de supprimer mon compte. C’est une situation kafkaïenne, qui n’a absolument aucun sens. »

Facebook a envoyé à Neuer un avertissement indiquant que sa page « risquait d’être retirée » en raison de « violations continues des standards de la communauté ».

Hillel Neuer of UN Watch (photo credit: Michal Fattal/Flash 90)
Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch. (Crédit : Michal Fattal/Flash 90)

L’avertissement ne mentionnait qu’un seul exemple, une publication du 17 août 2021, qui utilisait une photo de talibans afghans pour s’en prendre aux boycotts d’Israël.

La photo montrait des talibans armés au palais présidentiel de Kaboul avec la légende « Prédiction : Ben and Jerry’s n’annoncera jamais un boycott des Talibans », en référence au fabricant américain de glaces qui a abandonné ses activités dans les implantations de Cisjordanie.

Facebook a également révélé que Neuer avait été pénalisé pour cette publication, lui indiquant que « la diffusion de votre page a été réduite ».

UN Watch a déclaré que la publication avait été largement partagée sur Twitter sans incident, mais que Facebook l’avait supprimée.

Cette photo d’archive du 17 janvier 2017, montre un logo de la société Facebook à Paris. (Crédit : AP Photo/Thibault Camus, Dossier)

« Aucune explication n’a été fournie, et Facebook n’a pas répondu aux tentatives de Neuer de faire appel de la décision », a déclaré UN Watch au sujet de l’avertissement, ajoutant qu’il était « troublé par le manque de clarté des standards de la communauté de Facebook, ainsi que par le manque de transparence et l’arbitraire dans l’application de ces standards. »

« Il est possible que cette censure ait été causée par des individus abusant de ces standards, agissant de mauvaise foi pour orchestrer des plaintes frivoles, mais quelle que soit la raison, cela doit cesser », a déclaré Neuer.

La page Facebook de Neuer, créée en mai 2009, compte 49 000 abonnés. La page Facebook principale d’UN Watch compte plus de 168 000 abonnés.

« Nous comptons sur les réseaux sociaux pour partager nos informations vitales sur les droits de l’Homme et les Nations unies, mais Facebook étouffe notre voix et menace maintenant de nous fermer », a déclaré UN Watch.

Hillel Neuer, d’UN Watch, détaille devant le Congrès américain les incitations à la haine provenant de salariés de l’UNRWA (Crédit: capture d’écran/Youtube)

La conseillère juridique du groupe, Dina Rovner, a déposé une lettre de plainte officielle auprès de la société mère de Facebook, Meta.

Rovner a adressé la lettre à la directrice juridique Jennifer Newstead et a demandé que Facebook « supprime les actions contre la page Facebook de Hillel Neuer, cesse les mesures punitives et prenne les mesures nécessaires pour que les acteurs de mauvaise foi ne puissent plus déclencher des actions sans fondement contre la page de Neuer », a déclaré UN Watch.

L’ONG a également mis en place une pétition en ligne pour contester la décision de Facebook. Selon la pétition, elle a besoin de 7 500 signatures pour obtenir « une réaction des décideurs ». Mardi matin, elle en comptait plus de 5 200.

UN Watch a été fondé en 1993 et, selon sa page web, vise à combattre « le racisme, l’antisémitisme et les préjugés anti-israéliens à l’ONU, en prenant l’offensive contre les dictatures et les doubles standards ».

Elle a son siège à Genève et est une ONG accréditée par l’ONU, ce qui lui permet de participer à certains débats et panels de l’organisme mondial, où elle a fait campagne contre les violations des droits de l’Homme dans le monde.

Certaines des apparitions de Neuer à l’ONU sont devenues virales, les vidéos partagées sur les réseaux sociaux atteignant des millions de vues. Un discours qu’il a prononcé au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU en 2017, dans lequel il répondait aux accusations selon lesquelles Israël se livre à un nettoyage ethnique des Palestiniens, a totalisé près de 8 millions de vues sur YouTube.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...