Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

Faire l’armée est aussi interdit aux haredim qui n’étudient pas – chef spirituel du Shas

Benny Gantz, de son côté, promet "un véritable plan de service réel pour les ultra-orthodoxes et pour les Arabes s'il est amené à former un gouvernement

Le rabbin Moshe Maya s'exprime lors d'un rassemblement organisé au premier anniversaire de la mort du rabbin Shimon Hariri à Tel Aviv, le 28 février 2024. (Crédit : Yaacov Cohen/Flash90)
Le rabbin Moshe Maya s'exprime lors d'un rassemblement organisé au premier anniversaire de la mort du rabbin Shimon Hariri à Tel Aviv, le 28 février 2024. (Crédit : Yaacov Cohen/Flash90)

Un chef spirituel de premier plan de la faction haredi du Shas a répété mercredi son opposition au service militaire pour tous les membres de sa communauté – y compris ceux qui n’étudient pas la Torah.

« Il est interdit à ceux qui ne font pas d’études d’intégrer l’armée. Ceux qui le feront finiront par violer le Shabbat », a déclaré Moshe Maya, haut-membre du Conseil de la Torah du Shas, au micro de la radio Kol Baramah après le jugement rendu par la Haute cour de justice, mardi, qui a ordonné à Tsahal de commencer à enrôler les étudiants ultra-orthodoxes en yeshiva qui bénéficiaient d’une exemption jusqu’à présent.

Maya, qui s’oppose également à la conscription des étudiants en yeshiva, a répété les positionnements qu’il avait présentés dans un courrier qu’il avait signé au mois d’avril aux côtés d’autres rabbins du Shas.

L’exemption par décret gouvernemental, qui a été annulée par les juges, s’appliquait tous les ans à des dizaines de milliers d’étudiants en yeshiva, ou séminaire religieux.

Des milliers de Haredim qui ne fréquentaient pas de yeshiva étaient aussi exemptés. Certains estiment que l’enrôlement de ces derniers serait une première avancée permettant à terme de résoudre la controverse liée au service militaire des jeunes membres de la communauté ultra-orthodoxe.

Le courrier écrit par les rabbins avait marqué une divergence entre la vieille garde du Shas et l’échelon politique de la faction, plus pragmatique.

Maya, ancien député âgé de 85 ans, a exprimé le point de vue très partagé dans les cercles ultra-orthodoxes que l’étude de la Torah et les prières pour les soldats et pour les otages israéliens constituaient une contribution majeure à l’effort de guerre.

« Sans les étudiants de la Torah, il y aurait eu beaucoup plus de victimes », a-t-il affirmé.

Benny Gantz lors de son allocution du 9 juin 2024. (Capture d’écran)

De son côté, le président du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, a promis de trouver « une solution globale et large » à la question du recrutement militaire s’il devait être amené à former un gouvernement, disant qu’il présentera « un plan de service réel pour les ultra-orthodoxes et pour les Arabes ».

Alors qu’il prenait la parole lors de la Conférence annuelle de Herzliya, à l’université Reichman, l’ancien ministre au sein du cabinet de guerre a dit avoir été « perturbé » de constater que la Haute-cour de justice avait dû s’impliquer dans la question de la conscription militaire en raison de « considérations politiques » qui empêchaient le gouvernement de s’y attaquer franchement.

« Malheureusement, dans le dialogue que nous avons eu avec les responsables haredim, nous n’avons pas encore été en capacité d’établir un cadre correct et concret », a-t-il noté, déclarant qu’il n’apporterait pas son soutien à « un simulacre de loi » – en référence au texte sur le service militaire qui fait actuellement l’objet de débats au sein de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense, à la Knesset.

Évoquant le sujet du conflit à Gaza, Gantz a indiqué que « s’il est impossible de détruire une idéologie, il est absolument possible et il est nécessaire de détruire la capacité de la concrétiser dans le réel » – ce qui nécessitera, a-t-il ajouté, un effort de plusieurs décennies qui visera à lutter contre la présence du Hamas « dans l’arène locale ».

La première priorité reste toutefois le retour des otages « après neuf mois d’enfer », a-t-il souligné. « Après avoir démantelé les principales infrastructures militaires du Hamas, il est dorénavant temps de faire revenir les otages, même si le prix pour ce faire s’avère être très élevé, » a-t-il ajouté.

Parlant de la situation dans le nord du pays, Gantz a indiqué que les Israéliens qui ont été déplacés devaient pouvoir retourner chez eux « même au prix d’une escalade », mais il a averti que le pays aurait également ici à payer « un prix lourd ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.