Rechercher

Féminicide à Haïfa : son ex-mari et son propriétaire ont été arrêtés

Une femme a par ailleurs été appréhendée pour complicité dans le meurtre de sa mère à Herzliya

La scène d'un féminicide présumé survenu dans le cadre d'un incident de violences conjugales à Haïfa, le 1er octobre 2022. (Crédit : Police israélienne)
La scène d'un féminicide présumé survenu dans le cadre d'un incident de violences conjugales à Haïfa, le 1er octobre 2022. (Crédit : Police israélienne)

Une femme de 45 ans est morte après avoir chuté depuis la fenêtre d’un immeuble résidentiel de Haïfa, mardi. Deux hommes – son ex-mari de 44 ans et son propriétaire de 46 ans – ont été arrêtés, soupçonnés d’être impliqués dans ce décès, a fait savoir la police.

Le corps sans vie de la victime a été retrouvé dans la rue et l’enquête de la police a rapidement entraîné l’arrestation des deux hommes.

Ils sont soupçonnés d’avoir enfermé la femme, ce qui serait à l’origine de sa mort. Ils sont aussi suspectés d’avoir conspiré pour commettre un crime, ont indiqué les forces de l’ordre mercredi, ajoutant que le propriétaire de l’appartement pourrait avoir utilisé ce dernier à des fins de prostitution.

Lors d’une audience qui a eu lieu mercredi matin devant la Cour des magistrats de Haïfa, la police a demandé une mise en détention de huit jours pour le propriétaire et de dix jours pour l’ex-mari de la défunte.

De plus, les forces de l’ordre ont arrêté mercredi une femme qui est soupçonnée d’être impliquée dans le meurtre de sa mère, qui était âgée de 68 ans, à Herzliya. Le mari de la victime avait été appréhendé peu de temps après les faits, mardi.

Ce dernier, âgé de 70 ans, avait reconnu avoir commis ce féminicide, disant qu’il avait mortellement poignardé son épouse à l’aide d’un couteau de cuisine.

Cela fait très longtemps que les activistes déplorent des actions insuffisantes pour prévenir les violences conjugales en Israël.

Une étude qui a été diffusée par l’Observatoire des féminicides, qui dépend de l’université Hébraïque, a établi qu’il y avait eu au cours des six premiers mois de 2022 une hausse de 71 % des féminicides par rapport à la même période, l’année dernière – avec douze victimes contre sept en 2021.

Au mois de juillet, le Premier ministre Yair Lapid avait évoqué le fléau des violences faites aux femmes, affirmant qu’elles étaient « une souillure sur le pays et qu’elles ne peuvent pas continuer ».

Le ministère des Affaires sociales a mis en place une ligne d’urgence qui fonctionne sept jours sur sept et 24 heures sur 24 pour les femmes victimes de violences conjugales. Les Israéliens qui craignent qu’une femme puisse être en danger peuvent aussi appeler cette hotline, qui offre ses services en hébreu, en arabe, en russe et en araméen au numéro 077-9208560.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...