Feu vert pour la fusion des rivaux de la téléphonie mobile Cellcom et Golan
Rechercher

Feu vert pour la fusion des rivaux de la téléphonie mobile Cellcom et Golan

Cellcom avait offert 590 millions de shekels à son petit concurrent ; l'autorité antitrust déclare que le marché de la téléphonie cellulaire restera compétitif même après la fusion

Un homme marchant à côté d'une affiche de publicité pour Golan Telecom à Jérusalem, le 5 novembre 2015. (Crédit : Lior Mizrahi / Flash90)
Un homme marchant à côté d'une affiche de publicité pour Golan Telecom à Jérusalem, le 5 novembre 2015. (Crédit : Lior Mizrahi / Flash90)

L’autorité antitrust israélienne a déclaré qu’elle donnait le feu vert à une fusion entre les opérateurs de téléphonie mobile concurrents Cellcom Israel Ltd. et Golan Telecom, signalant un revirement dans les politiques nationales d’ajout de la concurrence sur le marché et ouvrant la voie à une éventuelle consolidation du secteur.

Cette approbation intervient après que le ministère des Finances a déclaré lundi qu’il ne voyait pas de raison de s’opposer au projet d’acquisition de Golan par Cellcom, le plus grand opérateur de téléphonie mobile du pays.

En février, Cellcom a offert de payer 590 millions de shekels (147,5 millions d’euros) à son petit concurrent Golan, qui a commencé ses activités en Israël en 2012. L’industrie de la téléphonie cellulaire a été ouverte à la concurrence cette année-là, ce qui a déclenché une guerre des prix et a conduit les opérateurs à lutter pour rester rentables.

« Le marché de la téléphonie cellulaire est l’un des plus compétitifs d’Israël », a déclaré l’autorité dans un communiqué mercredi, annonçant sa décision.

Il y a aujourd’hui six acteurs sur le marché, opérant sur trois réseaux cellulaires, ainsi que cinq opérateurs virtuels, qui proposent tous des forfaits de données et de téléphonie à divers clients.

Golan partage un réseau avec Cellcom depuis 2017, et donc la fusion n’affecte pas le nombre de réseaux opérant en Israël, a écrit l’autorité. « Le marché restera compétitif même après la fusion ».

En 2016, l’autorité a bloqué une offre de Cellcom pour le rachat de Golan, craignant qu’une fusion n’entraîne une hausse des prix pour les consommateurs.

Le revenu moyen par utilisateur pour les opérateurs a baissé à 34,8 shekels en janvier 2020, contre 47,3 en 2016, a déclaré l’autorité, et le volume élevé de clients passant d’un opérateur à l’autre, soit quelque 2 millions d’abonnés par an, indique que « la concurrence est forte » – ouvrant la voie à la fusion, a écrit l’autorité.

L’approbation de la fusion en ce moment, malgré le fait que l’autorité l’eut bloquée en 2016, est le résultat de changements favorables sur le marché et de la cristallisation de modèles de comportement concurrentiel, a déclaré la commissaire à la concurrence Michal Halperin dans le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...