Rechercher

Fin d’un exercice sous-marin « complexe » en mer Rouge pour la Marine israélienne

Le chef de la Marine explique que ces longs exercices avaient vocation à « acquérir la supériorité maritime » tout en assurant la liberté de circulation en mer

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le sous-marin de classe Tekuma Dolphin de la Marine israélienne est escorté par des corvettes de classe Saar 5 et 4.5 lors d’un exercice en mer Rouge, le 2 juin 2022. (Crédit : Armée israélienne)
Le sous-marin de classe Tekuma Dolphin de la Marine israélienne est escorté par des corvettes de classe Saar 5 et 4.5 lors d’un exercice en mer Rouge, le 2 juin 2022. (Crédit : Armée israélienne)

La marine israélienne a achevé, jeudi matin, un exercice sous-marin « complexe » et « long » en mer Rouge, a annoncé l’armée.

Au cours de l’exercice, le sous-marin de classe INS Tekuma Dolphin a été escorté par des corvettes de classe Saar 5 et 4.5 en mer Rouge, pour une simulation « d’acquisition de la supériorité maritime », ont expliqué les Forces armées israéliennes.

L’exercice visait à atteindre cet objectif tout en maintenant la liberté de circulation maritime en mer Rouge et en « étendant la zone d’action de la marine », détaille un communiqué.

« Les marins sont rentré ce matin d’un exercice complexe en mer Rouge. Le long exercice a simulé divers scénarios, dont l’acquisition de la supériorité et la liberté de navigation en mer Rouge », a déclaré le chef de la marine israélienne, le major-général David Salama.

« La Marine va continuer à renforcer ses capacités opérationnelles et étendre ses domaines d’activité », a-t-il ajouté.

La simulation a eu lieu dans le cadre de l’exercice de grande ampleur “Chariots de Feu”, qui aura duré un mois, ce qui en fait l’exercice militaire le plus important depuis des décennies.

Illustration : Un sous-marin militaire israélien navigue devant des cargos en mer Méditerranée, en Israël, le 29 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Il a eu vocation à préparer la défense en cas d’ouverture de fronts hostiles sur plusieurs théâtres en même temps, avec un accent sur la lutte contre le Hezbollah, présent au Liban avec le soutien de l’Iran. Au cours d’exercices en mer Méditerranée, l’armée de l’air a simulé des frappes aériennes sur des installations nucléaires iraniennes.

Les autorités militaires ont expliqué que les exercices visaient à parfaire la préparation des soldats et de leur hiérarchie dans l’éventualité d’une guerre sur plusieurs fronts, ainsi que la coordination avec des services d’urgence, les autorités locales et les ministères.

En novembre dernier, la marine israélienne avait participé à un exercice dirigé par la 5e flotte américaine en mer Rouge, aux côtés des Émirats arabes unis et de Bahreïn, destiné à répondre aux attaques de l’Iran contre les moyens navals israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...