Rechercher

Financement de campagne 2019 : Des partis politiques condamnés à des amendes

Le contrôleur déclare qu'un événement du Likud était illégal. De nombreux faux comptes de réseaux sociaux ont diffusé une propagande qui pourrait avoir affecté les résultats

Le contrôleur d'État Matanyahu Englman assiste à une conférence de presse à Jérusalem annonçant une enquête sur la tragédie du Mont Meron le 3 mai 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le contrôleur d'État Matanyahu Englman assiste à une conférence de presse à Jérusalem annonçant une enquête sur la tragédie du Mont Meron le 3 mai 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Selon un nouveau rapport du médiateur sur les élections d’avril 2019 et de septembre 2019, de faux comptes de réseaux sociaux ont publié de la propagande électorale pour divers partis, de nombreuses factions ont violé les lois sur le financement, et le Likud de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu a enfreint la loi en organisant une conférence dédiée à la promotion du parti.

Le contrôleur de l’État Matanyahu Englman a publié ces conclusions mardi dans un rapport détaillant les méfaits financiers et autres des partis politiques au cours des deux scrutins électoraux de la Knesset organisés en 2019, qui ont donné le coup d’envoi d’une crise politique prolongée, avec quatre scrutins organisés en moins de deux ans.

Le rapport ne couvre pas les élections plus récentes de mars 2020 et mars 2021.

Le contrôleur a déclaré avoir trouvé des indications selon lesquelles des partis – le rapport indique qu’il n’a pas été possible de déterminer lesquels – ont payé pour augmenter le nombre d’adeptes de pages de réseaux sociaux et pour exploiter de faux comptes faisant écho à divers messages de propagande.

« Les résultats de la recherche montrent qu’il est préoccupant que les réseaux sociaux présentent un discours qui prétend être authentique, ce qui pourrait induire le public en erreur… et même affecter le résultat de l’élection », a écrit Englman.

Le contrôleur a constaté que lors de la première élection, trois factions – Taal de la Liste arabe unie, le Meretz et le Degel HaTorah de Yahadout HaTorah – ont dépensé plus d’argent que la loi ne l’autorise. Son bureau a infligé une amende de 100 000 shekels à Taal, de 75 000 shekels au Meretz et de 30 000 shekels à Degel HaTorah.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’approche de son rival Benny Gantz alors qu’ils se préparent, avec d’autres chefs de parti dont Avigdor Liberman et Aryeh Deri, à poser pour une photo de groupe lors de la prestation de serment de la 22e Knesset à Jérusalem, le 3 octobre 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Mais lors de la deuxième élection de septembre 2019, pas moins de sept factions ont été sanctionnées pour de telles violations. Le Likud, le Parti travailliste, le parti Atzmaut d’Ehud Barak et le Meretz ont reçu chacun une amende de 200 000 shekels, le Mouvement vert une amende de
100 000 shekels, le Shas une amende de 50 000 shekels et le Gesher une amende de 30 000 shekels.

Le médiateur a imposé une amende supplémentaire de 50 000 shekels au Likud de Netanyahu pour avoir organisé l’installation d’une conférence annuelle peu avant le vote qui a été appelée la « Leumiada », après qu’elle a été appelée la « Likudiada » les trois années précédentes.

L’événement a été critiqué après que des législateurs et des ministres du Likud y ont pris la parole dans des discours cités par les médias.

Englman a estimé que la conférence était un coup de pouce « illicite » à la campagne du Likud, car « de nombreuses caractéristiques témoignent d’un lien direct et clair entre ces événements et la faction, et de leur contribution à la promotion de ses intérêts. »

Le rapport détaille également comment la faction Telem de Moshe Yaalon a couvert ses manques financiers après l’élection en utilisant des fonds levés par Yaalon avant le vote pour une association à but non lucratif qu’il dirigeait. Yaalon, ancien ministre de la Défense et chef d’état-major de Tsahal, a été condamné à une amende de 50 000 shekels. Yaalon a été nommé chef de l’Israel Aerospace Industries, malgré un avis d’un comité consultatif défavorable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...