Flex : les starts-ups israéliennes sont la clé de la nouvelle technologie
Rechercher

Flex : les starts-ups israéliennes sont la clé de la nouvelle technologie

Le géant de l’électronique veut continuer à investir ou à acquérir des entreprises qui se concentrent entre autres sur la santé ou l’IoT

Plan d'ensemble du centre d'innovation Migdal Haemek de Flex (Crédit : Autorisation)
Plan d'ensemble du centre d'innovation Migdal Haemek de Flex (Crédit : Autorisation)

Flex, la compagnie basée à San Jose en Californie spécialisée en électronique, examine la scène technologique d’Israël pour investir et acquérir dans les start-ups israéliennes.

La société, anciennement appelée Flextronics, est l’un des plus grands fabricants tiers au monde, employant 200 000 personnes. Flex fabrique des produits pour des milliers d’entreprises à travers le monde et en Israël. C’est elle qui par exemple fabrique toutes les cartes mères et les cartes réseau de Mellanox Technologies Ltd. ainsi que de nombreux composants pour des multinationales internationales telles qu’Intel Corp. et GE Healthcare.

Depuis 2015, l’entreprise rebaptisée Flex, cherche à exploiter les technologies israéliennes pour l’aider à se transformer en une société de services de fabrication d’électronique à un fournisseur de bout en bout.

La nouvelle orientation, a déclaré Michele Monico, la vice-présidente du design et de l’ingénierie pour la région EMEA de Flex, consiste à travailler avec les clients dans la construction de produits plus intelligents pour le monde connecté. Et c’est là qu’Israël, avec son avantage technologique, peut jouer un rôle.

« Nous nous positionnons comme un partenaire technologique et pas seulement un partenaire de fabrication », a déclaré Monico dans une interview à Tel Aviv. « Avec les États-Unis, Israël est le territoire le plus dense pour la création de nouvelles technologies, et c’est pourquoi nous cherchons à élargir nos activités ici ».

La moitié des innovations de Flex proviennent d’Israël

Opérant en Israël depuis plus de 20 ans, Flex est aujourd’hui le deuxième employeur technologique du pays après Intel Corp., comptant 3 500 employés répartis sur six sites dont un centre de recherche et développement à Haïfa qui emploie environ 60 personnes. Aujourd’hui, la moitié de l’innovation globale de Flex vient d’Israël, a souligné Monico.

La société prévoit de créer un deuxième centre de conception au début de l’année prochaine à Haïfa qui sera « trois plus grand que l’espace actuel », a-t-il annoncé.

Il y a quelques années, la société a mis en place une branche mondiale d’investissement dans le monde entier dans le but d’incuber et d’accélérer les technologies locales.

Au cours des trois ou quatre dernières années, cette branche d’investissement a injecté 20 millions de dollars dans les start-ups, la moitié de ce montant en Israël. Flex investit généralement dans trois entreprises israéliennes par an, avec un investissement moyen de 500 000 à 1 million de dollars, a indiqué Monico.

« Nous cherchons à étendre cette activité parce que nous avons vu eu de bons rendements », a-t-il affirmé. « En fin de compte, nous cherchons une valeur ajoutée à notre cœur de métier. Pour vous positionner comme un partenaire technologique, vous devez avoir ce contenu technologique en poche ».

Monico a estimé que les activités de Flex en Israël augmenteraient d’environ 25 % par an et que les investissements de la société seraient axés sur la santé numérique, l’Internet des objets, les technologies industrielles, les technologies de réalité artificielle et virtuelle et le nouveau domaine des technologies automobiles.

Flex travaille « avec une grande partie du leader de la fabrication automobile et se concentre sur le développement de la technologie pour les voitures autonomes », a déclaré Monico.

« Israël est un foyer d’innovation pour les systèmes avancés d’assistance au conducteur (ADAS) et en particulier autour des systèmes de vision et d’imagerie. Nous travaillons avec certaines start-ups israéliennes spécialisées dans ce bloc technologique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...