Rechercher

Foot pendant Shabbat : Smotrich déclenche un tollé

L'élu a critiqué la décision d'avancer les matchs en hiver, bien que cela se produise chaque année ; selon ses opposants, cela laisse présager de futures politiques restrictives

Le match de première division israélienne entre le Beitar Jérusalem et le Maccabi Haïfa au Teddy Stadium de Jérusalem, le 6 novembre 2022. (Crédit : Oren ben Hakoon/ Flash90)
Le match de première division israélienne entre le Beitar Jérusalem et le Maccabi Haïfa au Teddy Stadium de Jérusalem, le 6 novembre 2022. (Crédit : Oren ben Hakoon/ Flash90)

Le chef du parti HaTzionout HaDatit, le député Bezalel Smotrich, a écrit lundi une lettre au chef des ligues israéliennes de football professionnel pour exprimer son désarroi face aux matchs qui se déroulent pendant Shabbat, ce qui a déclenché une vagues de condamnations.

« Vous avez choisi d’ignorer de manière flagrante un large groupe de joueurs, d’enfants et de familles », a déclaré Mme Smotrich dans une lettre adressée aux responsables du football.

« Je salue le désir d’attirer de nouveaux publics sur les terrains de football, mais à mon avis, il est très grave de ne pas tenir compte d’un groupe aussi important de la population », écrit Smotrich.

Le changement de calendrier opéré par la ligue de football professionnel israélienne semble être conforme à ses politiques antérieures, les matchs étant régulièrement déplacés vers des heures plus matinales après le passage à l’heure d’hiver, afin de permettre aux matchs d’avoir lieu lorsqu’il fait plus chaud dehors et qu’il y a plus de lumière – la nuit tombant vers 16h30 en hiver en Israël.

Les commentaires de Smotrich sont intervenus quelques jours après que le bloc de Netanyahu (droite, religieux et extrême droite), dont il fait partie, a remporté 64 sièges aux élections générales et semble prêt à former un nouveau gouvernement, suscitant la crainte parmi les libéraux que la coalition attendue poursuive un programme visant à imposer davantage de restrictions religieuses dans la sphère publique.

Ses commentaires ont suscité une réaction immédiate de la part des membres de la coalition sortante, ainsi que d’autres personnes, qui les ont considérés comme faisant partie d’une possible tentative d’établir une politique religieuse, alors que son parti d’extrême droite se dirige vers une position politique influente.

Le chef du parti HaTzionout HaDatit Bezalel Smotrich prennant la parole à la Knesset lors d’une cérémonie commémorative marquant les 27 ans de l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin, à Jérusalem, le 6 novembre 2022. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

La planification des matchs le Shabbat sont depuis longtemps la cause d’une certaine discorde entre les Israéliens non observants et les communautés ultra-orthodoxes et nationalistes religieuses du pays.

La loi juive proscrit la pratique de certaines activités le jour du Shabbat – observé du vendredi soir au samedi soir – mais les matchs de football en Israël ont toujours eu lieu pendant le jour saint.

Smotrich a envoyé une lettre à Erez Kalfon, directeur de la Ligue israélienne de football professionnel, pour se plaindre que les nouveaux horaires des matchs, conçus pour attirer une plus grande foule, excluront les personnes qui observent le Shabbat.

Le législateur a déclaré qu’il était « très regrettable » que les efforts des responsables pour attirer de nouvelles foules excluent les Israéliens religieux et traditionalistes.

« La population religieuse et traditionnelle en Israël occupe une place centrale dans tous les domaines et activités. Ces dernières années, les portes ont été ouvertes dans la culture et les médias, et il semble que seule l’arène du football insiste pour garder les portes fermées à ce groupe public », a-t-il déclaré.

« Il est regrettable de voir que, pour vous, les nouveaux publics n’incluent pas les fans qui respectent le Shabbat et la tradition en Israël », a ajouté Smotrich.

Depuis samedi dernier, les ligues de football ont programmé les matchs de la saison 2022/23 pour qu’ils commencent à 15 heures le samedi pendant la saison d’hiver, par opposition au créneau de 17 h 30 pendant l’heure d’été. Les années précédentes, les matchs étaient également déplacés à 15 heures les samedis en hiver.

Le porte-parole de Smotrich a déclaré que le bureau du législateur avait reçu un certain nombre de plaintes de personnes qui observent le Shabbat au sujet de ce changement.

Des fans du Beitar Jerusalem lors du match contre Bnei Sakhnin F.C. au Teddy Stadium de Jérusalem le lundi 22 janvier 2018. (Roy Alima / Flash90)

En réponse à la lettre de Smotrich, les ligues de football professionnel israéliennes ont déclaré que le changement d’heure était destiné à satisfaire les enfants, les femmes et les soldats qui « veulent voir du football à des heures confortables et rentrer chez eux à une heure normale avant une semaine chargée. »

« Avant même la création de l’État, les matchs étaient joués en Israël le Shabbat », ont déclaré les ligues. « En hiver, lorsque les températures baissent, nous avons avancé les heures de jeu afin de permettre aux enfants et aux familles de venir sur le terrain de football autant que possible. »

Les organisateurs ont souligné que les matchs se déroulent sur plusieurs jours chaque semaine et que les personnes religieuses et laïques peuvent choisir d’assister aux matchs qui leur conviennent.

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, un législateur laïque de droite, a vivement répondu à la lettre de Smotrich, avertissant qu’un « État halakhique est juste au coin de la rue », en utilisant le terme hébraïque pour la loi juive.

« On dirait que Smotrich doit aussi donner un certificat de casheroute aux matchs de foot. Je ne peux que deviner quelle sera la prochaine étape », a tweeté Liberman. « À ce rythme, les matchs de la Coupe du monde du samedi devront être vus uniquement en rediffusion ».

La ministre des Transports Merav Michaeli a accusé Smotrich de vouloir imposer son mode de vie religieux aux citoyens. « J’ai des nouvelles pour vous – les matchs de football continueront normalement, et si vous osez changer cela, les citoyens vous montreront la sortie », a-t-elle déclaré.

Les réseaux sociaux ont également été le théâtre de prises de position pour ou contre la position de Smotrich.

Michaeli et Liberman sont tous deux membres de la coalition actuelle, qui devrait être remplacée dans les prochaines semaines par un gouvernement alliant partis de droite, d’extrême droite et religieux, comprenant Smotrich, et dirigé par le président du Likud Benjamin Netanyahu.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...