Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

France : 39 élus de la Nupes accusent Meyer Habib d’apologie de crimes de guerre

Le parti d'Eric Coquerel, dirigé par Jean-Luc Mélenchon, ne reconnaît pas le Hamas comme un groupe terroriste et est largement accusé de flirter avec l'antisémitisme

Le député français apparenté "Les Républicains" Meyer Habib à l'Assemblée nationale, à Paris, le 15 novembre 2017. (Crédit : Martin Bureau/AFP)
Le député français apparenté "Les Républicains" Meyer Habib à l'Assemblée nationale, à Paris, le 15 novembre 2017. (Crédit : Martin Bureau/AFP)

Trente-neuf députés des groupes écologiste, socialiste et de gauche radicale (LFI) réclament la levée de l’immunité parlementaire de leur collègue Meyer Habib (droite), pour des propos tenus dans l’hémicycle sur Gaza, dans un courrier adressé jeudi à la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet.

En cause, une phrase prononcée par le député de la 8e circonscription des Français établis hors de France lors de la séance des questions au gouvernement mardi.

« Alors que la ministre (des Affaires étrangères Catherine Colonna) était invitée à réagir à la mort d’un agent du Quai d’Orsay suite à des bombardements israéliens sur un bâtiment d’habitation abritant des civils, le député Meyer Habib a prononcé distinctement, et par deux fois, les mots : ‘Et ce n’est pas fini !’ « , des propos pouvant « s’apparenter à l’apologie de crimes de guerre », estiment les auteurs du courrier.

Ces derniers demandent « une peine disciplinaire lourde » à l’encontre de M. Habib, ainsi que la réunion de la commission chargée de l’article 26 de l’application de la Constitution « afin qu’elle examine la levée de l’immunité parlementaire de M. Meyer Habib ».

Selon le compte-rendu de la séance, M. Habib a lancé « Et c’est pas fini » en réponse à une question du député Eric Coquerel (LFI). « Qui peut douter maintenant des véritables objectifs de guerre du gouvernement Netanyahou qui, après le nord, bombarde le sud de la bande de Gaza, là où il avait précisément demandé aux Palestiniens de se réfugier ? », avait demandé M. Coquerel à la cheffe de la diplomatie.

Selon le compte-rendu, M. Habib a fait la même réponse lorsque M. Coquerel, dont le parti dirigé par Jean-Luc Mélenchon ne reconnaît pas le Hamas comme un groupe terroriste et est largement accusé de flirter avec l’antisémitisme, a dit : « Qui peut douter maintenant qu’il s’agit moins d’éradiquer le Hamas que d’en finir avec la bande de Gaza et la Cisjordanie, en tant que territoires palestiniens ? ».

Meyer Habib a dénoncé pour sa part une « manipulation grossière » des 39 députés de la Nupes (gauche, opposition).

« Leur pétard mouillé n’est qu’un contre-feu grossier pour tenter de faire oublier l’apologie du terrorisme répétée, le négationnisme et l’antisémitisme à l’oeuvre dans leurs rangs depuis le 7 octobre mais aussi leur silence face aux pogroms, viols, massacres de bébés, vieillards et rescapés de la Shoah », a-t-il affirmé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.