Rechercher

France : Prison avec sursis pour avoir crié « Allah Akbar » dans un hypermarché

La scène avait provoqué un mouvement de panique et un client avait fait une chute lui occasionnant une fracture à l’épaule ; le magasin avait été évacué par le personnel

Saint-Etienne. (Crédit : Google Maps)
Saint-Etienne. (Crédit : Google Maps)

Un homme appartenant à une mouvance rigoriste de l’islam et qui avait provoqué un mouvement de panique dans un hypermarché du centre de la France en criant « Allah Akbar » a été condamné lundi à huit mois de prison avec sursis par un tribunal.

L’homme de 52 ans a également été condamné à 750 euros d’amende et deux années d’inéligibilité. Son comparse de 38 ans, poursuivi pour les mêmes faits, a été relaxé.

Dimanche 7 juin en fin de matinée à Saint-Etienne, les deux musulmans appartenant à la mouvance rigoriste Tabligh, dont la tenue et le comportement avaient attiré l’attention du service de sécurité, déambulaient depuis une trentaine de minutes lorsque le plus âgé s’est agenouillé dans une allée, récitant des versets du coran en levant les bras et criant à trois reprises « Allah Akbar (Dieu est le plus grand, en arabe) ».

La scène avait provoqué un mouvement de panique et un client avait fait une chute lui occasionnant une fracture à l’épaule. Le magasin avait été évacué par le personnel, qui avait appelé la police.

Lors de leur comparution, le 29 novembre, le plus âgé avait soutenu à la barre qu’il s’était réjoui « que des églises du Nord de la France rouvrent leurs portes » après les restrictions sanitaires liées à la COVID-19.

« Ma prière dans le magasin a été une réaction émotionnelle qui venait du cœur. J’étais en extase, c’était une invocation pas un cri de guerre », avait ajouté l’homme d’origine tunisienne.

Le représentant du parquet, qui avait requis un an de prison avec sursis contre les deux hommes, avait rappelé que le quinquagénaire avait déjà provoqué un mouvement de panique et l’évacuation d’une église à Lyon en décembre 2016 lors d’une cérémonie d’obsèques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...