Frappe israélienne à Gaza après le lancement d’un ballon explosif en Israël
Rechercher

Frappe israélienne à Gaza après le lancement d’un ballon explosif en Israël

L'explosion a brisé des fenêtres dans la région d'Eskhol; l'attaque intervient dans le contexte des émeutes nocturnes le long de la barrière de sécurité

Une explosion après une frappe israélienne dans le nord de la bande de Gaza, le 22 janvier 2019. (Crédit : capture d'écran Facebook)
Une explosion après une frappe israélienne dans le nord de la bande de Gaza, le 22 janvier 2019. (Crédit : capture d'écran Facebook)

L’aviation israélienne a ciblé plusieurs sites militants à Gaza en riposte à un « ballon explosif » lancé depuis l’enclave palestinienne et qui a touché une maison sur le territoire de l’Etat hébreu, dans la région d’Eshkol, a annoncé jeudi l’armée israélienne.

Selon les médias palestiniens, plusieurs postes du Hamas dans l’enclave ont été ciblés, dont un à Khan Younis et un autre en périphérie de la ville.

Des témoins visuels à Gaza ont dit qu’une base des Brigades Al Qassam, la branche armée du Hamas, était visée à Deir al Balah, au sud de la ville de Gaza mercredi en soirée.

Aucune victime à Gaza n’a été signalée.

L’armée a fait savoir que ces frappes étaient une riposte au lancement de ballons explosifs.

« Un ballon explosif lancé depuis la bande de Gaza a endommagé une maison dans une localité israélienne, apparemment après avoir explosé en l’air », a affirmé l’armée dans un communiqué.

Une maison de la région du conseil régional d’Eshkol endommagée par un engin explosif lancé depuis la bande de Gaza le 27 février 2019 (Conseil régional d’Eshkol).

« En réponse, des avions des forces armées israéliennes et des hélicoptères d’attaque ont frappé un certain nombre de cibles terroristes dans un quartier militaire du Hamas dans le centre de la bande de Gaza », a-t-elle ajouté.

L’armée a réaffirmé qu’elle tenait le Hamas pour responsable de toute violence émanant de l’enclave palestinienne.

Quelques heures plus tôt, un engin explosif lancé en Israël depuis la bande de Gaza a explosé à proximité d’une maison dans la région d’Eshkol, causant des dégâts sans faire de blessés, selon des responsables.

La petite bombe avait été attachée à des ballons et lancée en direction d’Israël depuis l’enclave côtière, dans le cadre des émeutes nocturnes le long de la bande de Gaza.

« Plusieurs ballons transportant un objet explosif ont été repérés volant depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien. L’objet a apparemment explosé en plein air en causant des dégâts à une maison de la communauté à proximité », a déclaré l’armée.

L’explosif a fracassé une fenêtre et a endommagé les volets d’une autre, selon le conseil régional d’Eshkol.

L’armée a envoyé des soldats sur place pour évaluer les dégâts et faire une enquête sur l’incident. Les démineurs de la police se sont également déplacées pour s’assurer qu’il n’y avait pas d’autres menaces et pour retirer le matériel explosif restant.

Depuis mars 2018, des Palestiniens dans la bande de Gaza ont lancé des milliers de ballons transportant des engins incendiaires ou explosifs vers Israël, entraînant des feux sauvages dans les champs agricoles, les forêts et les réserves naturelles situées à proximité.

Les incendies et les attaques à la bombe ont largement diminué à la fin de l’année dernière, à la lumière d’un cessez-le-feu de facto entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas qui contrôle Gaza. Mais elles ont repris plus tôt ce mois, alors que ce cessez-le-feu est de moins en moins respecté.

Dégâts causés à une maison dans la région d’Eshkol par un engin explosif lancé en Israël depuis la bande de Gaza avec l’aide d’un ballon, le 27 février 2019 (Conseil régional d’Eshkol).

Cet incident était le premier dégât causé à une maison ou un immeuble par un engin incendiaire ou un explosif attaché à des ballons ou des cerfs-volants cette année.

« Ces ballons incendiaires et explosifs sont du terrorisme dans tous les sens du mot, et, ce soir, nous sommes confrontés par une intensification de ce terrorisme », a déclaré le maire d’Eshkol Gadi Yarkoni dans un communiqué.

« Les habitants d’Eshkol ont fait preuve d’un esprit d’exemplarité et ont permis aux responsables politiques et à l’armée de trouver des solutions pour débarrasser nos communautés de ce terrorisme. Nous n’accepterons pas cette réalité, et nous attendons une solution immédiate qui assurera le calme à long terme », a déclaré Yarkoni.

Mardi dernier, on a assisté au premier feu de broussailles déclenché dans le sud d’Israël par des ballons incendiaires lancés de la bande de Gaza depuis des mois. Les flammes ont brûlé des prairies dans une zone boisée autour de la communauté du kibboutz Kissufim dans la région d’Eshkol. En outre, un préservatif rempli d’hélium, avec ce que l’on suspectait être un engin explosif attaché, a été retrouvé a proximité d’une autre communauté dans la région d’Eshkol.

Les pompiers éteignent un feu dans un champ de blé qui avait été allumé par des cerfs-volants incendiaires depuis la bande de Gaza en Israël, le 30 mai 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les attaques aux ballons de mercredi soir se sont produites alors que des Palestiniens prenaient part aux émeutes le long de la frontière avec la bande de Gaza à proximité de la ville de Beit Hanoun.

Les manifestants ont brûlé des pneus, lancé des pierres et des explosifs sur les soldats israéliens pour tenter de franchir la barrière de sécurité.

Tsahal pense que le Hamas ou le Jihad islamique soutenu par l’Iran, le deuxième groupe terroriste à Gaza, pourrait tenter d’entraîner Israël dans une guerre en perpétrant une attaque le long de la frontière – une frappe de missile anti-tank, une embuscade depuis un tunnel non découvert ou une attaque dans le genre qui chercherait à marquer les esprits.

Le général Aviv Kohavi, nouveau chef de Tsahal dont le mandat a commencé le mois dernier, a donné l’ordre à l’armée de mettre à jour ses plans d’opération pour combattre dans la bande de Gaza.

Mardi, les soldats ont participé à un exercice surprise simulant une guerre avec la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...