Frappe israélienne à Gaza en riposte au lancer de ballons incendiaires
Rechercher

Frappe israélienne à Gaza en riposte au lancer de ballons incendiaires

L'envoi massif de cerfs-volants et de ballons dotés d'un dispositif incendiaire a dévasté des hectares de zones boisées en 2018

Un ballon transportant un explosif présumé de la bande de Gaza atterrit dans le sud d'Israël le 19 février 2019. (Crédit : Yediot MeHaShetah)
Un ballon transportant un explosif présumé de la bande de Gaza atterrit dans le sud d'Israël le 19 février 2019. (Crédit : Yediot MeHaShetah)

L’armée israélienne a annoncé avoir frappé mercredi une position du mouvement terroriste islamiste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza en réponse à l’envoi de ballons incendiaires vers Israël à partir de l’enclave palestinienne.

Une source sécuritaire palestinienne dans la bande de Gaza a fait, elle, état de trois frappes d’un appareil israélien en direction d’un poste d’observation et de terrains agricoles, à l’est du camp de réfugiés d’al-Bureij.

Les frappes ont causé des dégâts. Aucun blessé n’a été rapporté, selon cette même source.

« Des lancers de ballons incendiaires ont été identifiés dans la journée à partir de la bande de Gaza vers le territoire israélien », a dit l’armée israélienne dans un communiqué.

« En réponse, un appareil de l’armée israélienne a frappé une position armée du Hamas dans le sud de la bande de Gaza », a-t-elle ajouté.

L’envoi massif de cerfs-volants et de ballons dotés d’un dispositif incendiaire a dévasté des hectares de zones boisées.

Des centaines d’incendies avaient détruit des surfaces étendues de champs et de terres israéliennes, provoquant l’exaspération des riverains israéliens et des autorités.

Israël avait progressivement intensifié sa riposte face à ce phénomène qui a récemment repris.

Les lâchers de ballons incendiaires avaient diminué à l’automne dernier, lors d’une relative accalmie entre Israël et la bande de Gaza après plusieurs mois de tensions.

La bande de Gaza est le théâtre depuis mars 2018 de protestations hebdomadaires, généralement accompagnées de violences, le long de la frontière.

Le Hamas instrumentalise la protestation et assure ne faire que défendre sa frontière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...