Friedman : Le monde respecte secrètement l’initiative de Trump sur Jérusalem
Rechercher

Friedman : Le monde respecte secrètement l’initiative de Trump sur Jérusalem

Chaque journée passée dans la nouvelle ambassade "est une expérience singulière dans laquelle se présente un miracle renouvelé", a déclaré l'envoyé américain

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

L'ambassadeur américain en Israël David Friedman s'exprime lors d'un événement réunissant les médias chrétiens à Jérusalem, le 14 octobre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L'ambassadeur américain en Israël David Friedman s'exprime lors d'un événement réunissant les médias chrétiens à Jérusalem, le 14 octobre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le monde respecte secrètement la reconnaissance par l’administration américaine de Jérusalem en tant que capitale d’Israël, et ce malgré les protestations internationales qui se sont exprimées contre cette initiative, a affirmé dimanche l’ambassadeur américain en Israël David Friedman.

« Je voudrais suggérer que personne ne confonde le vote de l’ONU et les sentiments réels éprouvés par les nations du monde en ce qui concerne la reconnaissance américaine de Jérusalem », a-t-il dit, se référant à une résolution adoptée par l’Assemblée générale de l’instance internationale deux semaines après l’annonce du président américain Donald Trump au sujet de la capitale israélienne.

« Deux-tiers des Nations unies peuvent avoir publiquement voté pour condamner l’acte courageux du président », a ajouté Friedman lors d’une conférence à Jérusalem pour les journalistes chrétiens.

« Mais toutes les nations, une fois sorties de la sphère publique, n’ont ressenti rien d’autre que du respect pour ce qu’a fait le président. Parce que le président a dit la vérité et que, comme nous l’avons appris dans l’évangile de Jean, ‘la vérité nous rend libre’. »

Le 21 décembre, pas moins de 128 pays avaient voté en faveur d’une résolution non-contraignante déclarant « nulle et non avenue » toute action visant à changer le caractère de Jérusalem, son statut ou sa composition démographique, et appelant tous les pays à ne pas déplacer leurs ambassades dans la ville.

Neuf pays – Israël, les Etats-Unis, le Togo, la Micronésie, le Guatemala, la république de Nauru, les Palaos, les îles Marshall et le Honduras — s’étaient opposés à la résolution. Il y avait également eu 35 abstentions et 21 pays n’avaient pas voté.

Les résultats du vote sont affichés sur les écrans de l’Assemblée générale des Nations Unies dans lequel la déclaration de Jérusalem des États-Unis en tant que capitale d’Israël a été déclarée «nulle et non avenue» le 21 décembre 2017 à New York. (Spencer Platt / Getty Images / AFP)

Le 14 mai, les Etats-Unis étaient le premier pays à relocaliser leur ambassade à Jérusalem. Le Guatemala et le Paraguay avaient suivi l’exemple américain quelques jours plus tard – même si ce dernier est ultérieurement revenu sur sa décision et a re-déménagé sa mission en Israël à Tel Aviv.

S’adressant au public réuni à l’occasion du deuxième sommet annuel des médias chrétiens, Friedman a indiqué qu’il avait été, dans un premier temps, dans l’incapacité de décrire ses sentiments suite à cette initiative, disant aux gens qu’il avait besoin « de plus de temps pour réaliser l’importance et l’impact de cet événement historique ».

L’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, prend la parole lors de la cérémonie d’ouverture officielle de l’ambassade américaine à Jérusalem le 14 mai 2018. (Yonatan Sindel / Flash90)

Mais, a-t-il ajouté, cinq mois plus tard, il est parvenu à mieux analyser les choses.

« Je dois vous le dire : Lorsque je me lève tous les jours et que je vais à mon travail, à l’ambassade israélienne, c’est une expérience singulière dans laquelle se présente un miracle renouvelé », a-t-il dit. A ces paroles, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui s’est exprimé lors de la conférence avant l’envoyé, l’a regardé en souriant.

Le Premier ministre Netanyahu regarde l’ambassadeur américain en Israël David Friedman s’adresser aux membres de la presse chrétienne lors d’un événement à Jérusalem, le 14 octobre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Ce sentiment garde toujours son caractère nouveau. Ce n’est jamais une routine. Ce n’est pas quelque chose que je considère comme acquis. Une journée ne se passe pas sans que je remercie dieu d’avoir le privilège d’être le tout premier ambassadeur des Etats-Unis à servir son pays depuis la ville sainte ».

Friedman a commencé son discours en saluant les participants de cette conférence organisée dans « la capitale éternelle d’Israël », soulignant qu’il y a environ dix mois, il était impossible pour un gouvernement américain d’évoquer « cette vérité manifeste et indéniable que Jérusalem est la capitale d’Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...