Front commun des rivaux palestiniens Fatah et Hamas contre l’annexion d’Israël
Rechercher

Front commun des rivaux palestiniens Fatah et Hamas contre l’annexion d’Israël

"Aujourd'hui, nous voulons parler d'une seule voix", a déclaré Jibril Rajoub, haut responsable du Fatah, lors d'une conférence de presse avec Saleh al-Arouri du Hamas

Un haut responsable du Fatah, Jibril Rajoub, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, assiste par vidéoconférence à une réunion avec le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri (sur l'écran depuis Beyrouth), pour discuter du plan d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie par Israël, le 2 juillet 2020. (ABBAS MOMANI / AFP)
Un haut responsable du Fatah, Jibril Rajoub, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, assiste par vidéoconférence à une réunion avec le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri (sur l'écran depuis Beyrouth), pour discuter du plan d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie par Israël, le 2 juillet 2020. (ABBAS MOMANI / AFP)

Dans une rare démonstration de coopération, les rivaux palestiniens Fatah et Hamas se sont engagés à s’unir contre les plans d’annexion de la Cisjordanie par Israël lors d’une conférence de presse commune jeudi, alors que des signes d’un désaccord entre Israël et Washington sur le projet ont émergé.

Les relations entre le Fatah, qui contrôle l’Autorité palestinienne basée à Ramallah, et le groupe terroriste islamiste du Hamas, qui dirige la bande de Gaza, sont marquées par des divisions depuis plus d’une décennie.

L’apparition conjointe a été stimulée par l’opposition commune contre le plan de paix controversé du président américain Donald Trump, qui ouvre la voie à l’annexion par Israël de toutes ses implantations ainsi que de la vallée stratégique du Jourdain, représentant 30 % de la Cisjordanie.

« Nous mettrons en place toutes les mesures nécessaires pour assurer l’unité nationale » dans les efforts contre l’annexion, a déclaré à Ramallah Jibril Rajoub, haut responsable du Fatah, lors de la conférence de presse, à laquelle a également participé Saleh al-Arouri, responsable du Hamas, par liaison vidéo depuis Beyrouth.

« Aujourd’hui, nous voulons parler d’une seule voix », a affirmé M. Rajoub.

Arouri, qui dirige la division de Cisjordanie du groupe terroriste basé à Gaza, a également déclaré lors de la conférence que les deux groupes mettraient de côté leurs différences afin d’unir leurs efforts contre l’annexion. Arouri a dirigé plusieurs attaques terroristes contre des soldats et des civils israéliens, dont le meurtre de trois adolescents israéliens en Cisjordanie en 2014. En 2018, le Département d’État américain a versé une prime de 5 millions de dollars pour sa capture.

« Toutes les questions polémiques sur lesquelles nous divergeons, nous les mettrons de côté… nous et le Fatah et toutes les factions palestiniennes sommes confrontés à une menace existentielle, et nous devons travailler ensemble », a déclaré M. Arouri.

Arouri a déclaré que la coordination entre les deux organisations entamerait « une nouvelle phase qui sera un service stratégique pour notre peuple ».

Le haut responsable du Fatah Jibril Rajoub, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, assiste par vidéoconférence à une réunion avec le chef adjoint du Hamas Saleh al-Arouri (non vu) pour discuter du plan d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie par Israël, le 2 juillet 2020. (ABBAS MOMANI / AFP)

Nous annonçons aujourd’hui un accord pour renverser « l’affaire du siècle »… il y aura une résistance populaire à laquelle tout le monde participera », a déclaré M. Rajoub.

Il a déclaré que la forme que prendrait la « résistance populaire » dépendrait des actions d’Israël et de la mise en œuvre ou non de son plan. « L’Intifada est pour nous un moyen, la fin est de mettre fin à l’occupation, de mettre fin et de retirer l’annexion de la table », a déclaré M. Rajoub.

Le mois dernier, le Hamas a appelé à l’unité des Palestiniens et à la « résistance » contre les plans israéliens d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie.

« Nous demandons que le projet d’annexion soit confronté à la résistance sous toutes ses formes », a déclaré le haut responsable du Hamas, Salah al-Bardawil.

Arouri a déclaré à la chaîne de télévision al-Resalah, liée au Hamas, que des « actions de masse » étaient prévues « dans toutes les régions » pour protester contre l’annexion prévue de la Cisjordanie par Israël.

Le Hamas est prêt à travailler avec n’importe quel groupe pour coordonner les efforts de lutte contre l’annexion, a-t-il dit, y compris l’Autorité palestinienne.

« L’AP devrait dissiper toute crainte que nous prenions leur place en Cisjordanie. Nous voulons seulement leur tendre la main pour les aider à résister à l’occupant », a déclaré M. al-Arouri.

Le mois dernier, les deux factions palestiniennes rivales ont célébré le 13e anniversaire de leur schisme, qui a officiellement commencé lorsque le Hamas a pris le contrôle de la bande de Gaza en juin 2007 dans une quasi guerre civile. Cette prise de pouvoir a dissous le gouvernement d’unité Hamas-Fatah, et les tentatives ultérieures de réconciliation entre les deux n’ont pas abouti.

Ayman Odeh, leader de la Liste arabe unie, s’exprime lors d’une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur la place Rabin à Tel Aviv, le 19 avril 2020. (Tomer Neuberg/Flash90)

De manière surprenante, le député Ayman Odeh, du parti d’opposition israélien Liste arabe unie, a également participé à la conférence. Arouri et Rajoub l’ont tous deux accueilli comme un « frère » dans leurs déclarations et ont exprimé leur soutien aux Palestiniens vivant en Israël.

« Je participe à la conférence de Ramallah pour soutenir les démarches de réconciliation palestinienne. La réconciliation entre les factions est une étape nécessaire pour combattre l’annexion, mettre fin à l’occupation et parvenir à une paix juste », a déclaré M. Odeh dans un communiqué.

Le Likud, parti de droite au pouvoir, a publié un communiqué condamnant la présence d’Odeh.

« C’est un nouveau dérapage pour Ayman Odeh, qui a participé aujourd’hui à une conférence avec des membres du Hamas qui appellent au meurtre d’Israéliens », a déclaré le Likud.

Annexion retardée

Le gouvernement de coalition de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu avait fixé au 1er juillet la date à laquelle il pourrait commencer à mettre en œuvre les propositions d’annexion de Trump.

Mais mercredi, le bureau de Netanyahu a déclaré qu’il continuerait à discuter avec l’administration américaine d’une éventuelle annexion de certaines parties de la Cisjordanie.

Dans le même temps, Netanyahu a convoqué mercredi les hauts responsables de la sécurité israélienne, dont le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben Shabbat, pour discuter de la question, selon le communiqué. « Dans les prochains jours, il y aura d’autres discussions », a ajouté le bureau du Premier ministre.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu porte un masque facial contre le COVID-19, portant les drapeaux américain et israélien, lors d’une conférence de presse avec le représentant spécial des États-Unis pour l’Iran (hors-champ) au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 30 juin 2020. (Abir Sultan/POOL/AFP)

Ce communiqué a été rédigé dans une certaine incertitude concernant la poursuite de l’initiative d’annexion, qui a suscité de vives condamnations de la part de certains des plus proches alliés d’Israël.

Le plan américain, dévoilé en janvier, prévoit que toute annexion fasse partie d’un accord de paix plus large, comprenant des négociations sur la création d’un État palestinien démilitarisé sur les quelque 70 % de la Cisjordanie qui ne seront pas annexés par Israël, avec un lien vers Gaza – une perspective qui est intenable pour de nombreux membres de la droite israélienne.

Le plan Trump prévoit également des pourparlers avec les Palestiniens et l’adhésion des États arabes du Golfe qui seraient théoriquement chargés de fournir des fonds massifs pour l’économie d’un État palestinien naissant.

Les États-Unis mis à part, la communauté internationale a exprimé une opposition quasi unanime contre les mesures unilatérales prises par Israël. Netanyahu a retardé l’annonce de l’annexion mercredi.

Au-delà de l’opposition internationale, Netanyahu s’est heurté à la résistance de ses partenaires au sein du parti Kakhol lavan. Le ministre de la Défense Benny Gantz, le leader du parti, a déclaré cette semaine que la date du 1er juillet n’était pas « sacrée » et a suggéré que l’annexion devrait attendre tant que le gouvernement fait face à la crise du coronavirus en Israël.

Mardi, M. Gantz a déclaré que le plan Trump devait être mené « correctement, en amenant à cette discussion autant de partenaires des pays de la région que possible, avec un soutien international ». Il a ajouté : « [Nous devons] faire tous les efforts possibles pour nous concerter avec eux et seulement ensuite continuer. Et je pense que tous les moyens n’ont pas encore été épuisés. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...