Rechercher

Funérailles des trois victimes de l’attentat terroriste de Tel-Aviv

Tomer Morad et Eytam Magini ont été enterrés dans un cimetière de Kfar Saba, où ils ont grandi ; Barak Lufan a été inhumé dans son kibboutz natal de Ginosar

Les trois victimes de l'attentat terroriste à Tel Aviv, le 7 avril 2022. De gauche à droite : Tomer Morad, Eytam Magini et Barak Lufen. (Crédit : Autorisation)
Les trois victimes de l'attentat terroriste à Tel Aviv, le 7 avril 2022. De gauche à droite : Tomer Morad, Eytam Magini et Barak Lufen. (Crédit : Autorisation)

Les trois victimes de l’attaque terroriste de la semaine dernière à Tel-Aviv ont été inhumées dimanche après-midi.

Tomer Morad et Eytam Magini, deux amis d’enfance âgés de 27 ans et originaires de Kfar Saba, ont été enterrés dans un cimetière de la ville.

Les funérailles de Morad ont commencé à 15h30 où se sont réunies des centaines de personnes pour lui rendre un dernier hommage.

La petite amie de Morad, Ariel, a eu du mal à retenir ses larmes en parlant de lui.

« [Il] était mon cœur, mon ancre, mon monde », a-t-elle déclaré lors de ses funérailles. « Tu étais tout pour moi. Mon corps tremble, il est faible et mon cœur ne peut pas comprendre. Nous ne nous séparons pas vraiment aujourd’hui, nous serons toujours là pour toi. Notre amour est le plus grand et le plus pur – personne ne pourra jamais nous le prendre », a-t-elle déclaré.

La sœur de Morad, Tal, a décrit son frère comme un « rayon de soleil ambulant », ajoutant qu’il était « plein d’humour ».

Famille et amis assistent aux funérailles de Tomer Morad, qui a été assassiné lors d’un attentat terroriste à Tel Aviv, au cimetière de Kfar Saba, le 10 avril 2022. (Crédit: Tomer Neuberg/Flash90)

Son frère, Omri, avait déménagé aux États-Unis il y a quelques années. « Je cherchais une photo de nous et tout ce que j’ai pu trouver est si vieux », a-t-il déclaré. « Des photos d’il y a 10 ans qui jettent du sel sur ma blessure. Je n’ai pas suffisamment profité de toi. »

Le commandant militaire de Morad a déclaré qu’il donnait toujours l’exemple aux autres.

« Tomer était un professionnel, il a toujours eu ce calme intérieur en lui. C’était un officier que les soldats voulaient suivre. Je te promets que ta famille ne sera jamais seule. Tu feras toujours partie de nous », a-t-il déclaré.

« Nous avions tellement de projets », a déclaré un ami proche de Morad. « Tu étais un grand cuisinier et tu aimais recevoir les gens… chaque conversation avec toi a été enrichissante. Merci pour cette longue amitié. »

Famille et amis assistent aux funérailles de Tomer Morad, qui a été assassiné lors d’un attentat terroriste à Tel Aviv, au cimetière de Kfar Saba, le 10 avril 2022. (Crédit: Tomer Neuberg/Flash90)

Les funérailles de l’ami proche de Morad, Magini, qui a été tué à ses côtés lors de l’attaque de jeudi, ont eu lieu au même cimetière à 16h30, juste après l’enterrement de Morad.

« Nous nous souviendrons à jamais de toi comme d’un ami, d’un partenaire, qui a su connecter les gens de manière artistique », a déclaré Eyal, le père de Magini.

« Tu étais comme un magicien marchant parmi nous, tu savais contenir et respecter tout le monde. Tu étais un grand bavard, un ami et un partenaire incroyable », a-t-il ajouté. « C’est tellement triste que tu aies été enlevé à Ayala, ta fiancée, et à nous tous à un si jeune âge. Je te promets que tout le monde se souviendra de la personne merveilleuse que tu as été. Je t’aimerai pour toujours, jusqu’à mon dernier souffle. »

« Mon Eytam, mon grand et unique frère. Je suis sans voix, je n’arrive pas à y croire. Nous continuerons à être ensemble pour toujours. Tu m’as toujours protégée et je te promets de protéger maman, papa, papi et mamie », a déclaré la sœur de Magini, Noa.

Ido, un ami proche de Magini, a déclaré qu’il était « le ciment » qui maintenait les amis ensemble.

Le maire de Kfar Saba, Rafi Saar, a assisté aux funérailles de Morad et de Magini, exprimant ses condoléances à leurs familles.

Barak Lufan, un père de trois enfants de 35 ans qui a été grièvement blessé lors de l’attaque terroriste de Tel Aviv jeudi soir et est décédé des suites de ses blessures le lendemain, a été inhumé dans sa ville natale du kibboutz Ginosar dimanche à 17h30.

Réunis dimanche matin dans le kibboutz surplombant la mer de Galilée, sa veuve, ses parents et ses amis ont partagé leur chagrin et ont parlé de cette perte insupportable.

« Personne n’a jamais rien dit de mal à son sujet », a déclaré sa veuve Dana.

« C’était une bonne personne, une personne qui savait s’occuper de tout, se souciant toujours des autres. »

« Barak est ma moitié, mon meilleur ami. Je ne peux que souhaiter aux autres le même coéquipier que Barak », a-t-elle ajouté.

« Nous avons trois adorables enfants », a déclaré Dana, « Yuval, qui a 5 ans et demi, Amit, qui a 3 ans et demi et Dor, qui a 5 mois. Barak l’attendait depuis si longtemps et a toujours dit qu’il serait un rameur [de kayak], il n’imaginait pas que les choses puissent en être autrement. »

Lufan était entraîneur de l’équipe paralympique d’Israël et entraîneur-chef de l’équipe nationale israélienne de kayak.

Gili Lustig, secrétaire général du Comité olympique d’Israël, a déclaré que la nouvelle de la mort de Lufan avait été « un immense chagrin », ajoutant qu’il avait initialement espéré que Lufan survivrait à ses blessures.

La mère de Lustig, Behira, a décrit son fils comme « un athlète fort » mais a déclaré que « aussi fort qu’il était, cela n’a pas suffi ».

Elle a ajouté que la famille « va rester soudée, nous serons forts. Nous prendrons soin de Dana et continuerons d’ouvrir notre maison pour accueillir tout le monde. »

La famille et les amis de feu Barak Lofen parlant à la presse à l’extérieur de la maison de la famille Lofen, au kibboutz Ginosar, sur la rive ouest de la mer de Galilée, le 10 avril 2022. (Crédit: Michael Giladi/Flash90)

Les amis d’enfance de Lufan l’ont décrit comme une personne qui excellait dans tout ce qu’il entreprenait.

« Il était le meilleur fils que tous les parents pouvaient espérer », a déclaré son ami Shlomi. « Le meilleur ami que l’on puisse souhaiter, le meilleur mari, le meilleur père. Il ne le savait même pas. Il avait toujours ce sourire timide, il ne s’est jamais soucié des diplômes ou des honneurs. Il était hors du commun et je n’avais jamais réalisé à quel point, jusqu’à ce moment. »

Policiers et secouristes s’activent sur les lieux d’un attentat terroriste rue Dizengoff, au centre de Tel-Aviv, le 7 avril 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’attaque par balle contre le bar Ilka de la rue Dizengoff a fait trois morts et plus de 10 blessés. Le terroriste Raad Hazem, 28 ans, habitant de Jénine, a fui les lieux, déclenchant une chasse à l’homme qui a durée toute la nuit de jeudi à vendredi, maintenant Tel-Aviv sous tension, avec plus de 1 000 policiers et soldats parcourant les rues. Hazem a été abattu lors d’une fusillade après avoir été découvert par les forces de sécurité vendredi matin dans une Mosquée à Jaffa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...