Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Gallant : La guerre pourrait durer des années ; Israël ciblé sur 7 fronts, riposte sur 6

Tsahal a frappé le Hamas dans le sud de Gaza, alors que la campagne terrestre s'élargit ; les combats se poursuivent dans le nord ; le bilan s'élève à 161 soldats tués

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 26 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens dans la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 26 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’aviation israélienne a bombardé le sud de la bande de Gaza pendant la nuit, se préparant apparemment à étendre l’offensive terrestre, a déclaré l’armée mardi, alors que la poursuite des combats près de Gaza City remet en question l’affirmation de l’armée selon laquelle elle contrôlait largement le nord de la bande de Gaza après 80 jours de guerre.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres dirigeants ont promis de poursuivre la guerre, malgré la pression internationale croissante en faveur d’une retenue dans les combats et les appels nationaux en faveur d’un accord sur la libération des otages détenus à Gaza. L’armée semblait prête, mardi, à avancer dans le centre et le sud de la bande de Gaza.

« C’est une guerre longue et difficile. Elle a des coûts, des coûts élevés, mais elle est plus que nécessaire », a déclaré le ministre de la Défense Yoav Gallant aux députés de la Knesset, alors que le nombre de soldats morts dans l’offensive terrestre s’élève désormais à 161. Il a promis qu’Israël punirait le Hamas pour son attaque brutale du 7 octobre, « que cela prenne des mois ou des années ».

Les frappes aériennes nocturnes ont visé plus de cent sites du Hamas dans le sud de la bande de Gaza « en soutien aux forces qui manœuvrent sur le terrain », a déclaré l’armée israélienne dans un communiqué.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant assiste à une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 26 décembre 2023. (Crédit : Shahar Yurman/Ministère israélien de la Défense)

Les habitants du centre de Gaza ont décrit mardi une nuit de bombardements et de frappes aériennes secouant les zones de Nuseirat, Maghazi et Bureij dans le centre de Gaza, des zones bondées de personnes ayant fui le nord.

Selon l’armée mardi, l’armée de l’air a ciblé des entrées de tunnels, des sites militaires et d’autres infrastructures utilisées par les terroristes pour attaquer les forces israéliennes au cours des opérations de la nuit.

Les forces israéliennes opèrent à Gaza, sur une photo publiée par l’armée le 26 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée serait en train de déplacer son offensive vers Khan Younès, la plus grande ville du sud de Gaza, où de nombreux dirigeants du groupe terroriste Hamas se seraient réfugiés. Lundi, le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, s’est montré défiant dans son premier message depuis le massacre du 7 octobre, gonflant considérablement les réalisations du groupe terroriste dans la guerre.

Lors de frappes dans la région de Khan Younès, Tsahal a déclaré que la 7e brigade blindée avait ordonné à l’aviation de frapper plus de 10 membres du Hamas en l’espace de quelques minutes.

Lors d’un autre incident à Khan Younès, la brigade Givati a repéré une cellule du Hamas qui se dirigeait vers un bâtiment utilisé par le groupe terroriste pour stocker des armes. Une frappe aérienne a alors été déclenchée contre le bâtiment.

Deux militaires ont été tués lors de combats dans le sud de la bande de Gaza lundi, a déclaré l’armée.

Il s’agit du sergent-chef (réserviste) Elisha Yehonatan Lober, 24 ans, du 8104e bataillon de la 179e brigade blindée de réserve, de Yitzhar, et du sergent de première classe (réserviste) Joseph Yosef Gitarts, 25 ans, du 7029e bataillon de la 179e brigade blindée de réserve, de Tel Aviv.

Lober a été tué au cours d’une fusillade avec des terroristes du Hamas, et Gitarts a été tué par un missile guidé antichar.

Trois autres soldats israéliens ont été tués ce mardi.

Le sergent-chef (réserviste) Elisha Yehonatan Lober, à droite, et le sergent de première classe (réserviste) Joseph Yosef Gitarts, tués au combat dans la bande de Gaza le 25 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les combats se sont également poursuivis dans le nord de la bande de Gaza, même si l’armée a indiqué qu’elle exerçait un « contrôle opérationnel » sur la majeure partie de la zone.

Cette nuit, à Jabaliya, les troupes de la 261e Brigade ont combattu un membre du Hamas qui avait tenté de placer un engin explosif près d’un char, selon Tsahal. Les troupes ont appelé à une frappe aérienne contre le terroriste et les membres de la cellule derrière l’attaque, ainsi qu’un bâtiment utilisé par la cellule, a déclaré Tsahal.

Dans le même temps, les troupes de la Brigade Givati opérant avec la 401e Brigade du Corps blindé mécanisé ont opéré dans un complexe du Jihad islamique, dans les quartiers de Daraj et Tuffah de la ville de Gaza, et ont trouvé des armes à feu, des explosifs et des documents de renseignement, selon Tsahal.

Dans la même zone, les soldats de la Brigade Nahal ont perquisitionné des maisons où ils avaient combattu des terroristes du Hamas, et ont trouvé des dizaines de fusils d’assaut, des grenades et des RPG dans la chambre d’un enfant, a déclaré l’armée. L’armée a affirmé que ces découvertes renforçaient son affirmation selon laquelle le Hamas « dissimule des armes et des activités terroristes sous une couverture civile ».

Dans une tribune publiée lundi dans le Wall Street Journal, Netanyahu a déclaré que la région ne connaîtrait pas la paix tant que le Hamas ne serait pas détruit, que Gaza ne serait pas démilitarisée et que les Palestiniens ne seraient pas déradicalisés, continuant à s’opposer aux plans visant à ce qu’une Autorité palestinienne réorganisée prenne le contrôle de Gaza une fois la guerre terminée.

Les conditions posées par le Premier ministre n’incluent pas la libération des 129 otages enlevés par le Hamas le 7 octobre et toujours détenus par des terroristes dans la bande de Gaza, ni celle de deux autres captifs et des dépouilles de deux soldats détenus depuis 2014.

Des proches des otages détenus par le Hamas à Gaza tiennent une pancarte demandant « et si c’était votre père » pendant un discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu le 25 décembre 2023. (Crédit : Noam Moskowitz/Service de presse de la Knesset)

Israël a lancé sa guerre contre le Hamas après que le groupe terroriste a mené un assaut sans précédent contre le sud d’Israël le 7 octobre. Quelque 1 200 personnes en Israël, dont la plupart étaient des civils, ont été massacrées. Environ 240 autres personnes ont été enlevées, dont des femmes, des enfants et des personnes âgées. Un précédent accord de trêve a permis la libération de plus de 100 femmes et enfants, mais les pourparlers en vue d’un nouvel accord ont échoué.

Gallant a mis en garde la puissante commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset contre la tentation de laisser les menaces s’envenimer le long des frontières d’Israël, affirmant que l’armée était confrontée à des menaces sur six des sept fronts, à savoir Gaza, la Cisjordanie, le Liban, la Syrie, l’Iran, l’Irak et le Yémen.

« Si nous n’atteignons pas les objectifs de la guerre, nous nous retrouverons dans une situation où le problème ne concernera pas que ceux qui vivent près de Gaza ou dans le nord ; le problème sera que les gens ne voudront plus vivre dans un endroit où nous ne savons pas comment les protéger », a-t-il déclaré, selon le ministère de la Défense.

Ces propos sur les objectifs de guerre d’Israël sont intervenus un jour après que des familles d’otages ont chahuté le Premier ministre lors d’un discours à la Knesset, alors qu’il affirmait que la pression militaire était le moyen le plus sûr d’obtenir leur libération, mais qu’il fallait du « temps ».

« Nous n’avons pas le temps », a répondu un proche d’otage depuis la tribune de la Knesset, après quoi les familles ont scandé « Maintenant ! Maintenant ! » pour exiger la libération immédiate des otages.

Le chef de l’opposition, Yair Lapid, qui avait adouci ses attaques contre Netanyahu depuis les massacres d’octobre, a également critiqué le Premier ministre, déclarant à la radio de l’armée qu’il n’avait pas confiance dans la gestion de la guerre par Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une session spéciale de la Knesset pour le retour des otages de Gaza, le 25 décembre 2023. (Crédit : Noam Moskowitz/Département du porte-parole de la Knesset)

« Si les attaques du 7 octobre s’étaient produites sous ma garde, j’aurais démissionné le jour même », a déclaré Lapid.

L’administration du président américain Joe Biden s’est jointe aux appels internationaux en faveur d’un apaisement de la crise humanitaire dans la bande de Gaza, même si Washington a continué à soutenir le refus d’Israël d’envisager un cessez-le-feu avec le Hamas, toujours en charge de la bande de Gaza.

L’intensification des combats a repoussé la population dans une zone de plus en plus restreinte, en particulier la ville de Deir al-Balah au centre et Rafah à l’extrême sud de Gaza, à la frontière égyptienne. Plus d’un million de personnes se sont réfugiées dans les abris de l’ONU et de nombreuses autres personnes déplacées s’abritent dans des maisons.

Les autorités sanitaires de Gaza, contrôlées par le Hamas, affirment que la campagne israélienne et les combats sur le terrain ont tué plus de 20 600 personnes à Gaza, bien que ces chiffres ne puissent être vérifiés et que le Hamas ait été accusé de gonfler les chiffres des victimes par le passé, et d’inclure les personnes tuées par des roquettes palestiniennes mal tirées.

Le Hamas ne fait pas de distinction entre les civils et les terroristes, bien qu’il affirme que des milliers de femmes et d’enfants figurent parmi les morts.

Les forces israéliennes affirment avoir tué quelque 8 000 terroristes du Hamas à Gaza et 1 000 autres terroristes pendant et immédiatement après les attaques du 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.