Gamzu prévient que les infections pourraient entraver la levée des restrictions
Rechercher

Gamzu prévient que les infections pourraient entraver la levée des restrictions

Le tsar du corona estime que rouvrir les magasins dimanche est un "moindre mal" au vu de la nécessité de reprise mais prévient que la contagion atteint un seuil critique

Israéliens portant des masques de protection à Tel Aviv, le 5 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster / FLASH90)
Israéliens portant des masques de protection à Tel Aviv, le 5 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster / FLASH90)

Le responsable sortant chargé de la lutte contre le coronavirus a mis en garde jeudi contre la nouvelle hausse du taux de propagation du virus, affirmant qu’il serait très difficile de continuer le déconfinement du pays au rythme prévu.

Le gouvernement a néanmoins donné son approbation pour la réouverture des magasins de rue à partir de dimanche à 6 heures du matin. Tout magasin qui ne se trouve pas dans un centre commercial couvert ou dans un centre commercial en extérieur avec plus de 20 magasins sera autorisé à ouvrir, en limitant le nombre des clients à quatre en même temps par magasin.

Les ministres ont également permis aux entreprises de gîtes de vacances
« tzimmer » d’exploiter jusqu’à six bungalows simultanément sur chaque site, chacun restant limité à la présence d’une famille nucléaire.

La décision a été prise malgré les objections des responsables de la santé qui ont appelé à une réouverture lente et progressive de l’économie, des écoles, et du reste.

« Il est très difficile de mettre en place la phase suivante d’assouplissement des restrictions selon le schéma approuvé précédemment », a déclaré Ronni Gamzu lors d’une conférence de presse.

Il a qualifié la décision de rouvrir les magasins de « moindre mal », compte tenu de la forte pression des chefs d’entreprise en faveur de la réouverture des magasins non essentiels.

Le tsar du coronavirus Ronni Gamzu visite la municipalité de Jérusalem le 13 octobre 2020. (Yonatan Sindel / Flash90)

« Malgré l’objection du ministère de la Santé à tout assouplissement, nous avons dû permettre la reprise du commerce en Israël », a expliqué Gamzu. « Nous devons trouver un équilibre pour empêcher l’effondrement de nombreux secteurs commerciaux. »

Dans le cadre du plan de déconfinement progressif d’Israël, diverses activités publiques seront progressivement rétablies, avec un minimum de deux semaines entre chaque étape. Cependant, les politiciens ont commencé à faire pression pour une réouverture plus rapide, invoquant la forte baisse des taux d’infection. L’ouverture des magasins, la troisième étape du déconfinement, n’était prévue que le 15 novembre selon le plan initial.

Gamzu a noté que le taux d’infection semblait réaugmenter, vers un taux de reproduction de base – un chiffre représentant le nombre moyen de personnes infectées par chaque porteur – à environ 0,9 par cas.

Le ministère de la Santé a précédemment déclaré que si ce chiffre, également appelé R0 (R-zéro), est supérieur à 0,8, il n’adhérera pas à un nouvel assouplissement des restrictions. Si ce chiffre est supérieur à 1, cela indiquerait que le nombre d’infections est en hausse.

« Nous sommes actuellement à un taux d’infection de 600 à 700 cas par jour », a déclaré Gamzu. « La tendance à la baisse très rapide, où le taux de reproduction de base était d’environ 0,6 ce qui signifie que les infections ont fortement diminué, s’est pratiquement arrêtée. »

Une fillette est testée pour le coronavirus par une travailleuse de la santé dans un centre de test installé sur un terrain de basket, à Ramat Gan, le 20 octobre 2020. (Crédit : AP Photo / Oded Balilty)

« Dès que les gens ont repris leurs activités quotidiennes et que les lieux de travail et du système éducatif ont rouvert, nous avons constaté une augmentation très significative du trafic dans tout Israël dans toutes les villes et communautés, au point de retrouver un niveau de circulation et de déplacement presque équivalent au taux habituel en Israël », a-t-il dit.

Gamzu a déclaré que la pire flambée épidémique avait lieu dans la communauté arabe, où le R0 est supérieur à 1. La communauté ultra-orthodoxe, qui avait auparavant les pires taux d’infection de tout le pays, se porte beaucoup mieux et présente un R0 de 0,6 contre 0,8 parmi les communautés ni Haredi ni arabe.

Il a déclaré que le seul moyen d’éviter un nouveau confinement pour arrêter les infections était le dépistage de masse et l’isolement rapide des cas, réitérant son appel aux Israéliens à se faire dépister même s’ils ne ressentent aucun symptôme, car la plupart des infections sont causées par des porteurs asymptomatiques.

Le ministère de la Santé a déclaré jeudi soir que 754 cas de coronavirus ont été enregistrés la veille, avec 349 autres confirmés depuis minuit.

Le ministère a déclaré que 331 personnes étaient dans un état grave, dont 156 sous ventilateurs. Le nombre de patients dans un état modéré est tombé à 96.

Le taux de tests qui s’avèrent positifs est resté faible, à 1,9 % pour mercredi. Le ministère a indiqué que 39 783 tests avaient été effectués mercredi.

Le nombre de cas actifs s’élevait à 9 111.

Le nombre de décès a atteint 2 639, avec 42 nouveaux décès depuis mercredi matin.

En parallèle, les médias israéliens affirment que le ministère de la Santé aurait recommandé de prolonger les restrictions de confinement actuelles dans la ville druze de Majdal Shams sur le plateau du Golan, et d’instaurer un confinement complet dans la localité voisine, Druze également, de Mas’ade.

Cette recommandation sera soumise à un comité ministériel spécial, qui décidera d’imposer ou non ces mesures pour freiner une flambée des infections au coronavirus dans ces zones, selon ces sources.

Israël a fortement réduit ses taux quotidiens d’infection au coronavirus de quelque 8 000 à la mi-septembre à plusieurs centaines fin octobre grâce à un confinement national, dont la sortie se fait progressivement depuis le mois dernier.

Gamzu, qui démissionne la semaine prochaine, a déclaré avoir travaillé en étroite collaboration avec son successeur, Nachman Ash, depuis une semaine.

« Il est à mes côtés pour chaque décision et réunion et il comprend désormais mieux la complexité et les défis », a déclaré Gamzu, ajoutant qu’il resterait disponible pour des consultations après la fin de son mandat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...