Rechercher

Gantz classe 4 membres de l’EI comme terroristes étrangers sur demande de Washington

Les quatre individus sont accusés d'avoir mis en place des cellules de l'EI sur le continent africain, de collecter des fonds et de planifier des attaques

Photo d'illustration : Cette photo fournie par les forces démocratiques syriennes montre le drapeau de l'État islamique et des sacs pris à des combattants arrêtés par les Forces démocratiques syriennes, dirigées par les Kurdes, le 21 janvier 2022. (Crédit : Forces démocratiques syriennes, dirigées par les Kurdes via AP, File)
Photo d'illustration : Cette photo fournie par les forces démocratiques syriennes montre le drapeau de l'État islamique et des sacs pris à des combattants arrêtés par les Forces démocratiques syriennes, dirigées par les Kurdes, le 21 janvier 2022. (Crédit : Forces démocratiques syriennes, dirigées par les Kurdes via AP, File)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a désigné lundi quatre membres présumés de l’État islamique comme agents terroristes étrangers, selon son cabinet.

C’est la première fois que le ministère de la Défense désigne des agents terroristes étrangers à la demande des États-Unis, a précisé le cabinet du ministre.

Il a ajouté que la décision avait été prise conformément à la résolution 1373 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui appelle les États-membres à prendre part à l’effort international de lutte contre le terrorisme.

Les quatre individus – Farhad Hoomer, Siraaj Miller, Abdella Hussein Abadigga et Peter Charles Mbaga – sont accusés d’avoir mis en place des cellules de l’EI sur le continent africain, de collecter des fonds et de planifier des attaques.

Ils avaient déjà été désignés comme terroristes par le Trésor américain au mois de mars.

« Israël et les États-Unis voient la nécessité de combattre les organisations terroristes, partout et à tout moment », a déclaré Gantz dans un communiqué.

« Nous continuerons à travailler à limiter les capacités des organisations terroristes et de leurs membres, et nous continuerons aussi à renforcer notre coopération avec nos partenaires du monde entier face à ceux qui cherchent à miner la stabilité et à faire du mal [aux innocents]. »

Israël a commencé à s’attaquer à l’État islamique après la mort de six Israéliens dans deux attentats terroristes qui ont eu lieu au mois de mars à Beer Sheva et à Hadera, des attentats commis par des partisans du groupe jihadiste.

L’État islamique a revendiqué la responsabilité des deux attaques, même s’il ne semble pas que les terroristes aient reçu l’instruction de les commettre.

La semaine dernière, l’État islamique a affirmé que l’armée israélienne avait aidé à assassiner le leader d’une organisation jihadiste locale dans le désert du Sinaï, en Egypte, au mois d’avril.

Dans son hebdomadaire, al-Naba, l’EI a indiqué qu’Abu Omar al-Ansari, chef militaire de la branche de Daesh dite « Province du Sinaï », avait été tué « par des avions juifs » alors que l’armée égyptienne lançait une nouvelle campagne contre le groupe.

Selon le journal, des avions et des drones israéliens ont intensifié leur soutien aérien aux soldats égyptiens, le mois dernier, dans leur combat contre les membres du groupe jihadiste dans le nord de la péninsule du Sinaï, à proximité de la frontière avec la bande de Gaza.

« Ce qui limite grandement la capacité des moudjahidines à se déplacer et à manœuvrer », aurait confié une source de sécurité au journal de l’organisation terroriste.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...