Rechercher

Gantz dit changer de téléphone tous les 2 mois en raison de menaces gauchistes

Le ministre de la Défense met en garde contre "l'atmosphère toxique" de ceux qui n'acceptent pas les règles de la démocratie, mais affirme que la majorité n'est pas violente

Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprime lors de la conférence Haaretz sur la démocratie à Jaffa, le 9 novembre 2021. (Avshalom Sassoni/Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprime lors de la conférence Haaretz sur la démocratie à Jaffa, le 9 novembre 2021. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a révélé mardi qu’il est obligé d’obtenir régulièrement un nouveau téléphone en raison du harcèlement des militants politiques, affirmant que les ennuis viennent de la gauche et non de la droite.

M. Gantz s’est élevé contre l’incitation à la haine à laquelle un certain nombre de hauts fonctionnaires ont été confrontés ces derniers mois, avertissant lors d’une conférence sur la démocratie organisée par le journal Haaretz que ce discours constitue également une menace pour le grand public.

« Je change de téléphone tous les deux mois, et cela me fait mal de le dire, c’est à cause des attaques de la gauche et non à cause de celles de la droite », a déclaré Gantz. Il a noté que le service de sécurité Shin Bet l’a classé comme étant à haut risque.

« L’atmosphère toxique qui règne dans le pays est intolérable et découle du fait que l’on n’accepte pas les règles du jeu démocratique », a déclaré Gantz lors de la conférence qui s’est tenue dans la ville portuaire de Jaffa.

« Je suis surtout inquiet pour la vie des citoyens dans la rue. Il faut que cela cesse. Taper sur un clavier peut être à mi-chemin de l’appui sur la gâchette », a-t-il averti.

Mais, selon Gantz, les contrevenants sont une minorité.

« La plupart des gens de droite en Israël ne sont pas violents, et de même la plupart des gens de gauche », a-t-il dit. « Je peux personnellement témoigner que les mauvaises herbes existent dans tous les recoins de la société israélienne ».

Ses remarques sont intervenues un jour après que le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, a fait part, lors d’une réunion de faction de son parti Yesh Atid, des messages haineux que lui et sa femme ont reçus, dont un qui le comparait à Adolf Hitler.

« ‘Tu es exactement comme Hitler. Tu recevras une balle dans la tête de ma part ou de la part de quelqu’un d’autre », a déclaré M. Lapid en citant le message. Il a déclaré que les messages que sa femme a reçus appelaient à ce qu’eux et leur fille subissent un châtiment divin.

« Que Dieu se venge de vous », aurait dit l’un de ces messages.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid prend la parole lors d’une réunion de la faction Yesh Adit à la Knesset, le 8 novembre 2021. (Oliiver Fitoussi/Flash90)

Lapid a averti que si l’on n’y prend garde, ce genre de discours transformera Israël en « une société violente et haineuse ».

« Nous devons arrêter la haine avant que la haine ne nous arrête », a-t-il insisté.

La députée Idit Silman – du parti Yamina du Premier ministre Naftali Bennett – a déclaré samedi à la Douzième chaîne qu’elle avait été attaquée par un homme dans une station-service le mois dernier, dans le cadre de la campagne en ligne menée depuis des mois par le parti Likud contre les membres de Yamina, auxquels ils reprochent d’avoir rejoint le gouvernement qui a évincé Benjamin Netanyahu.

Certains critiques se sont demandés pourquoi Silman n’a pas donné de détails sur l’incident de la station-service et ont mis en doute son récit, surtout après qu’elle a refusé de s’étendre sur le sujet lors d’interviews à la radio dimanche matin.

Silman a ensuite déposé une notification officielle auprès de la garde de la Knesset concernant les menaces proférées à son encontre à diverses occasions depuis le 25 septembre et tout au long du mois d’octobre, à l’approche du vote sur le budget (qui a finalement été adopté la semaine dernière).

Les incitations à l’encontre de personnalités publiques ne se limitent pas à l’arène politique. Des personnalités du ministère de la Santé, et en particulier la directrice de la santé publique du ministère, ont été soumises à un torrent d’injures par les opposants à la campagne de vaccination COVID-19. La Dr Sharon Alroy-Preis a bénéficié d’un garde du corps et d’une protection policière renforcée en raison des menaces proférées à son encontre. La protection du directeur général du ministère, Nachman Ash, a également été renforcée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...