Gantz doute du désir d’unité du Likud et « examine des alternatives »
Rechercher

Gantz doute du désir d’unité du Likud et « examine des alternatives »

Le chef de Kakhol lavan dit que Netanyahu insiste sur "un bloc restrictif", et il clame que des négociations sur d'autres options ont actuellement lieu "en coulisses"

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 28 octobre 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 28 octobre 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le dirigeant du parti Kakhol lavan a déclaré vendredi qu’il doutait de l’intérêt réel porté par le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu à la formation d’un gouvernement d’unité, et clamé que sa formation cherchait des « alternatives » à une telle coalition, sans apporter d’autres détails.

Gantz, au 16è des 28 jours dont il dispose pour tenter de former un gouvernement, a attaqué l’insistance du Likud à négocier en tant que bloc unique de 55 parlementaires intégrant les mouvements ultra-orthodoxes et nationaux-religieux.

« Je crains que le Likud ne souhaite pas véritablement former un gouvernement d’unité comme nous l’imposent les résultats électoraux », a-t-il écrit sur Facebook.

« Quand on refuse de se séparer d’un bloc restrictif, qui obstrue les négociations, quand on ne se prépare pas sérieusement à discuter des principes de base d’un gouvernement – on ne s’intéresse pas, dans les faits, à la formation d’un gouvernement », a-t-il ajouté.

Il a accusé Netanyahu de pousser Israël à un troisième scrutin en un an, ce qui serait « une catastrophe pour le pays ».

Mais, a-t-il dit, son parti « examine d’autres alternatives au cas où les négociations avec le Likud ne portent pas leurs fruits ».

« Naturellement », a-t-il poursuivi, « des choses se passent en coulisses sur lesquelles je ne peux pas de donner de détails aujourd’hui mais nous ferons tout pour former un gouvernement et empêcher de nouvelles élections non-nécessaires et coûteuses ».

En réponse, Netanyahu a accusé Gantz dans un communiqué « d’utiliser toutes les excuses afin de ne pas former ce que les Israéliens veulent : un gouvernement d’unité nationale ».

Il a affirmé que le Likud « a fait de nombreuses concessions pour former un gouvernement », ce que Gantz s’est pour sa part refusé à faire, ajoutant que c’était le responsable de Kakhol lavan qui emmenait le pays vers un prochain vote.

Dans ce contexte d’impasse politique, le Likud et Kakhol lavan se sont régulièrement attribués l’un à l’autre la responsabilité de l’échec de l’avancée des pourparlers de coalition, chaque partie tentant de désigner l’autre comme le coupable si le pays devait retourner encore une fois aux urnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...