Gantz: l’animosité vis-à-vis de Yamina montre que l’on n’a rien appris de Rabin
Rechercher

Gantz: l’animosité vis-à-vis de Yamina montre que l’on n’a rien appris de Rabin

Le chef du parti Kakhol lavan a exhorté les dirigeants à s'élever contre les incitations des alliés de Netanyahu à l'égard de Bennett et de Shaked, dont la sécurité a été renforcée

Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprimant lors de la Influencers Conference de la Douzième chaîne, le 7 mars 2021. (Sindel/Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprimant lors de la Influencers Conference de la Douzième chaîne, le 7 mars 2021. (Sindel/Flash90)

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz a déploré lundi que les menaces proférées à l’encontre des dirigeants du parti Yamina en raison de leur intention de s’associer à lui et à d’autres pour former un gouvernement montrent que le pays n’a pas tiré les leçons de l’assassinat, en 1995, du Premier ministre Yitzhak Rabin par un extrémiste de droite.

La coalition qui se dessine avec le leader de Yesh Atid, le député Yair Lapid, a provoqué la colère des militants de droite car elle pourrait mettre fin à 12 années consécutives de règne du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

S’exprimant lundi au début de la conférence annuelle de l’Association du Barreau israélien dans la ville portuaire d’Eilat, dans le sud du pays, Gantz a appelé les dirigeants publics à s’exprimer contre la vague d’animosité de la part des militants de droite contre Yamina.

Ses remarques sont intervenues après que la Garde de la Knesset a renforcé la sécurité autour d’Ayelet Shaked, numéro deux de Yamina, en raison des menaces qu’elle a reçues. La sécurité autour du leader de Yamina, Naftali Bennett, a déjà été renforcée au début du mois en réponse à des menaces contre sa vie, a déclaré le parti à l’époque.

Naftali Bennett et Ayelet Shaked lors d’une conférence de presse à Ramat Gan, le 21 juillet 2019. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« Le fait que des élus soient menacés pour avoir pris part à des processus démocratiques est très préoccupant car nous n’avons pas appris la leçon, ni de l’histoire juive de la haine gratuite, ni du meurtre de Rabin », a déclaré Gantz, faisant apparemment référence aux luttes intestines entre les groupes juifs qui, selon la tradition, ont conduit à la destruction du Second Temple à Jérusalem il y a environ 2 000 ans.

« C’est le moment pour tous les dirigeants publics de lancer un appel sans équivoque contre toute menace, quelles que soient les décisions démocratiques », a déclaré Gantz, selon les médias israéliens qui ont rapporté ses propos. « Nous devons tous les respecter et éviter de déclencher une dispute – et encore moins, si Dieu le veut, une guerre civile. »

Gantz a déclaré qu’il espérait qu’une coalition serait convenue d’ici la fin de la journée.

Le gouvernement émergent, bien que contenant de nombreux partis d’idéologies politiques différentes, aura « un dénominateur commun de base, à savoir un désir d’unité et de responsabilité sociale », a-t-il déclaré.

La nouvelle dirigeante du parti Avoda Merav Michaeli prononce un discours après avoir remporté les primaires à la présidence du parti, le 24 janvier 2021. (Capture d’écran : Facebook)

La leader travailliste Merav Michaeli déclare que l’actuelle « campagne d’incitation » à la haine de la droite lui rappelait aussi l’atmosphère qui avait précédé le meurtre de Rabin.

« La campagne d’incitation [à  la haine] à laquelle nous assistons nous rappelle l’atmosphère qui a précédé le meurtre de Rabin. Cette haine est la raison pour laquelle j’ai toujours refusé de m’associer à Netanyahu », déclare Michaeli lors d’une réunion de la faction travailliste à la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...