Gaza : Le personnel de l’AP a côtoyé – sans le savoir ? – les membres du Hamas
Rechercher

Gaza : Le personnel de l’AP a côtoyé – sans le savoir ? – les membres du Hamas

Les commentaires du chef d'État-major israélien ont fait référence à la cafétéria située dans la tour abritant divers médias détruite pendant l'opération de Gaza

Le feu et la fumée montent de la tour Jalaa alors qu'elle est détruite lors d'une frappe aérienne israélienne après que Tsahal a averti les occupants de partir, à Gaza city, le 15 mai 2021 (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
Le feu et la fumée montent de la tour Jalaa alors qu'elle est détruite lors d'une frappe aérienne israélienne après que Tsahal a averti les occupants de partir, à Gaza city, le 15 mai 2021 (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Le chef de l’armée israélienne a déclaré en privé que les journalistes de l’Associated Press basés à Gaza buvaient leur café du matin avec des membres du Hamas dans le bâtiment bombardé par Tsahal pendant le conflit à Gaza, qu’ils en aient été au courant ou non, selon un nouveau rapport.

L’AP a rejeté l’allégation signalée comme étant « manifestement fausse » et a déclaré qu’il n’y avait même pas de cafétéria dans le bâtiment.

L’armée a déclaré ces derniers jours que la tour Jala, qui abritait les bureaux des principaux médias internationaux, notamment l’AP et Al-Jazeera, abritait également une unité de renseignement du Hamas qui opérait un certain nombre de dispositifs de guerre électronique avancés destinés à interférer avec la réception GPS de l’armée, affectant potentiellement les armes téléguidées de Tsahal.

Selon la Douzième chaîne, le chef de Tsahal, Aviv Kohavi, a déclaré à ses associés qu’il n’avait aucun regret concernant la frappe, malgré la condamnation internationale intense qu’elle a suscitée et les dommages qu’elle a pu causer à l’image d’Israël dans le monde.

« Nous l’avons détruite à juste titre », a-t-il déclaré, selon la Douzième chaîne. « Je n’ai pas une once de regret. »

Archives: Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le chef d’état-major de Tsahal Aviv Kohavi lors d’une conférence de presse après une réunion du cabinet de sécurité suite à l’escalade de la violence dans la bande de Gaza, au quartier général de Tsahal à Tel Aviv, le 12 novembre 2019. (Miriam Alster/Flash90)

Le rapport a ajouté que lors d’une conversation avec un responsable étranger non identifié, Kohavi a affirmé qu’à la cafétéria au rez-de-chaussée de la tour, les journalistes de l’AP buvaient leur café du matin aux côtés d’experts en électronique du Hamas, qu’ils le sachent ou non.

L’AP a déclaré que les commentaires rapportés par Kohavi étaient clairement faux.

Dans un communiqué samedi soir, l’agence de presse a déclaré : « Cette allégation non fondée attribuée au chef d’état-major de l’armée israélienne est manifestement fausse. Il n’y avait même pas de cafétéria dans le bâtiment. De telles affirmations sans fondement mettent en danger la sécurité des journalistes de l’AP. »

L’AP « continue d’appeler à une enquête indépendante sur la destruction du bâtiment abritant notre bureau de Gaza afin que les faits soient connus. Comme nous l’avons répété à plusieurs reprises, nous n’avions aucune indication d’une présence du Hamas dans le bâtiment, et nous n’avons pas été avertis de la possibilité d’une telle présence avant la frappe aérienne. Nous ne savons pas quelles sont les preuves israéliennes et nous voulons les connaître. »

Les responsables du renseignement militaire ont déclaré que la gravité du problème de la guerre électronique justifiait l’attaque du bâtiment, ainsi que la décision de démanteler l’ensemble de la structure, plutôt qu’une simple frappe chirurgicale sur les étages où le Hamas opérait, car cela ne serait peut-être pas parvenu à détruire toutes les capacités de la tour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...