Gaza : le Qatar ouvre un centre de soins et de rééducation pour handicapés
Rechercher

Gaza : le Qatar ouvre un centre de soins et de rééducation pour handicapés

Un manque de personnel qualifié et de financement aura empêché le Hamas d'ouvrir la structure dès sa construction en 2012

Dans cette combinaison de 10 photos prises le 10 septembre 2018, des Palestiniens blessés à la jambe pendant les manifestations et les émeutes à la frontière avec Israël attendent un traitement dans un hôpital de Gaza City exploité par Médecins sans frontières (MSF) (Crédit : AP Photo/Felipe Dana)
Dans cette combinaison de 10 photos prises le 10 septembre 2018, des Palestiniens blessés à la jambe pendant les manifestations et les émeutes à la frontière avec Israël attendent un traitement dans un hôpital de Gaza City exploité par Médecins sans frontières (MSF) (Crédit : AP Photo/Felipe Dana)

Le Qatar a inauguré dans la journée de lundi à Gaza le premier hôpital spécialisé en prothèses qui fait également office de centre de rééducation pour les handicapés, après de nombreux retards.

Les responsables de cette nation arabe, riche en pétrole, ont assisté à l’inauguration qui a eu lieu dans la ville de Gaza.

Le Qatar avait fait construire l’hôpital après une visite dans la bande de son Emir de l’époque, en 2012. Il s’agissait de la toute première visite réalisée par un chef d’Etat après le coup d’Etat violent du groupe terroriste du Hamas dans le territoire, qui avait renversé l’Autorité palestinienne, soutenue par les Occidentaux, en 2007.

Mais un manque de personnel qualifié et une pénurie de financements avaient empêché le Hamas d’exploiter le centre.

C’est finalement le fonds du Qatar pour le développement qui aura pris en charge la formation des 150 membres du personnel hospitalier, dans la bande et à l’étranger. L’émirat a jusqu’à maintenant assumé toutes les dépenses pour le projet.

Selon les responsables de la santé, cet hôpital de 100 lits est vital pour Gaza, où plus de 130 Palestiniens ont perdu un membre durant l’année passée dans les émeutes organisées le long de la clôture frontalière avec Israël.

Les Palestiniens lors d’émeutes sur la frontière avec Gaza, le 12 avril 2019. (Crédit : Hassan Jedi/Flash90)

Les groupes d’assistance ont indiqué que des milliers de Palestiniens avaient reçu des balles aux jambes durant les émeutes et que interventions chirurgicales de suivi, de physiothérapie et de rééducation étaient nécessaires pour un grand nombre d’entre eux.

« Ce sont des blessures graves et complexes qui ne guérissent pas rapidement », a expliqué en décembre dernier l’organisation Médecins sans frontières, basée à Paris. « La gravité des blessures et le manque de traitement approprié à Gaza induisent un risque élevé d’infection, en particulier pour les patients avec des fractures ouvertes. »

Le Qatar, aux côtés de l’Egypte et des Nations unies, a récemment négocié un accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas. Un accord qui, selon les médias israéliens, comprendrait un retour au calme dans la bande de Gaza en échange d’un allègement des restrictions mises en place par Israël sur le mouvement des personnes et des biens depuis et vers l’enclave côtière.

L’accord entre Israël et le groupe terroriste a également donné le feu vert à l’entrée de liquidités versées par le Qatar dans la bande.

Au mois de novembre, l’Etat du Golfe, allié de longue date du Hamas, s’était engagé à verser environ 15 millions de dollars en aides par mois sur six mois.

Une partie des fonds avait été initialement utilisée pour payer les salaires des employés du Hamas. Les versements s’étaient interrompus après une forte opposition politique en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...