Rechercher

Gaza : les livraisons de fioul payé par le Qatar ont repris

Le ministre de la Défense israélien a ordonné la réouverture des points de passage suite à "l'atténuation des événements violents à Gaza lors du week-end"

Des camions israéliens transportant du fioul entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le 11 octobre 2018. (AP Photo/Tsafrir Abayov)
Des camions israéliens transportant du fioul entrent au point de passage de Kerem Shalom, à la frontière entre Israël et Gaza, le 11 octobre 2018. (AP Photo/Tsafrir Abayov)

Les livraisons de fioul payé par le Qatar ont repris mercredi matin dans la bande de Gaza, a indiqué la seule centrale électrique du territoire palestinien contrôlé par le groupe terroriste du Hamas, précisant que huit camions étaient attendus dans la journée.

Ces livraisons avaient été interrompues le 12 octobre par Israël en raison des émeutes quasi quotidiennes menées par les Palestiniens à la frontière avec Israël.

Le carburant doit augmenter la production de la seule centrale électrique du territoire coincé entre l’Etat hébreu, l’Egypte et la Méditerranée afin de fournir aux Gazaouis plus que les quatre heures de courant qu’ils reçoivent chaque jour du réseau public.

Dans le cadre de cet accord, le fioul est payé à raison de 60 millions de dollars (52,5 millions d’euros) pour six mois par le Qatar, soutien de longue date du mouvement terroriste islamiste du Hamas qui dirige l’enclave. L’ONU joue les intercesseurs et Israël laisse passer les citernes.

Si les Etats-Unis ont salué cet arrangement, l’Autorité palestinienne, rivale du Hamas, l’a dénoncé, l’accord ayant été conclu sans son aval.

La bande de Gaza a connu trois guerres depuis 2008 entre Israël et le Hamas. Environ 80 % de ses quelque deux millions d’habitants sont tributaires d’une aide, selon l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...