GB : L’introduction potentielle du “passeport vert” provoque l’inquiétude
Rechercher

GB : L’introduction potentielle du “passeport vert” provoque l’inquiétude

Le Premier ministre britannique dit “réfléchir sérieusement” à la question; un article sans source affirme que les ministres doivent consulter leurs homologues israéliens

Une barista remplit un verre au pub Dispensary de Liverpool, en Angleterre, le 12 octobre 2020. (AP Photo / Jon Super)
Une barista remplit un verre au pub Dispensary de Liverpool, en Angleterre, le 12 octobre 2020. (AP Photo / Jon Super)

Alors que le Royaume-Uni considère l’introduction d’un passeport vaccinal pour permettre l’entrée dans certains lieux, des consultations sont censées avoir lieu entre les ministres britanniques et leurs homologues israéliens ; certains commencent à exprimer leurs inquiétudes concernant le programme.

Israël a mis en place un système national de « passeport vert » qui permet aux personnes vaccinées ou ayant guéri du coronavirus de participer à diverses activités, notamment de dîner en intérieur, et d’assister à des spectacles et des événements sportifs.

Le gouvernement britannique étudie des propositions de « certificats de statut de coronavirus » et dit qu’il exposera ses projets le mois prochain.

Selon un rapport non-publié dans le Mail de dimanche, les ministres britanniques discuteront de la question avec leurs homologues israéliens, même si l’on s’attend à ce qu’ils n’adoptent pas la technologie israélienne utilisée.

Les clients profitent des restaurants après leur récente réouverture, à Tel Aviv, le 7 mars 2021. (Miriam Alster / Flash90)

Cependant, certains députés britanniques se disent préoccupés par les suggestions selon lesquelles les gens pourraient avoir à prouver qu’ils ont été vaccinés pour voyager, assister à des événements de masse ou même aller au pub.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a admis la semaine dernière qu’il y avait des « complexités morales » autour du projet, car certaines personnes ne peuvent pas être vaccinées pour des raisons médicales, et Steve Baker, un député anti-confinement du parti de Johnson, a déclaré que la certification potentielle était un « chemin dangereux ».

Le psychologue social Stephen Reicher, conseiller du gouvernement britannique, affirme que les passeports vaccinaux pourraient dissuader les réticents au vaccin de se faire vacciner.

Stephen Reicher s’adresse au Parlement écossais, 30 janvier 2021. (Capture d’écran)

« Les gens ne sont pas opposés aux passeports vaccinaux pour pouvoir voyager à l’étranger », a déclaré Reicher à la BBC. « Mais en ce qui concerne les incitations négatives – limiter les gens dans leur vie quotidienne, leurs activités sociales – ils fonctionnent d’une manière très différente.

Reicher a également affirmé que les laissez-passer pourraient conduire à « d’autres problèmes comme la ségrégation sociale et l’apartheid social ».

L’idée de « passeports de pub » a également été vivement critiquée par certains propriétaires de restaurants et de bars britanniques. Kate Nicholls, directrice générale de l’organisme commercial UKHospitality, a déclaré que l’idée était « irréalisable ».

« Il est crucial qu’une visite au pub et d’autres aspects de l’hôtellerie ne soient pas soumis à un certificat de vaccination obligatoire », a déclaré Nicholls. « C’est tout simplement irréalisable, cela entraînerait des conflits entre le personnel et les clients, et provoquerait certainement des violations des lois d’égalité. »

Le Premier ministre britannique Boris Johnson assiste à une conférence de presse virtuelle au 10 Downing Street, dans le centre de Londres, le 8 mars 2021. (HANNAH MCKAY / POOL / AFP)

Cependant, Johnson a déclaré aux députés qu’il « réfléchissait très sérieusement » à la question, et a déclaré que « cela pourrait dépendre de chaque patron de pub », selon la BBC.

La Grande-Bretagne a enregistré plus de 126 000 décès du coronavirus, le bilan le plus élevé d’Europe. Mais le programme de vaccination rapide du Royaume-Uni a permis à ce jour d’administrer au moins une dose d’un vaccin COVID-19 à plus de la moitié de la population adulte.

Le gouvernement britannique a commencé à lever progressivement les restrictions du confinement national. Les enfants sont retournés à l’école le 8 mars et les magasins, les coiffeurs et les restaurants de plein air doivent rouvrir le 12 avril, suivis des salles intérieures le 17 mai. Les restrictions restantes devraient prendre fin le 21 juin, si le pays n’est pas confronté à une nouvelle vague du virus.

Des bougies sont allumées lors de la Journée nationale du recueillement à la cathédrale de Blackburn, à l’occasion de l’anniversaire du premier confinement national pour empêcher la propagation du coronavirus, à Blackburn, en Angleterre, le 23 mars 2021. (Peter Byrne / PA via AP)

Alors qu’Israël célèbre la réouverture de son économie stimulée par la vitesse révolutionnaire de sa campagne de vaccination, les réservations des restaurants explosent tandis que les bars et cafés regorgent de monde. De plus, un certain nombre de pays ont déclaré qu’ils reconnaîtraient les certificats de vaccination israéliens.

Compte tenu du succès de ce programme, l’UE a également proposé un laissez-passer de vaccin européen pour faciliter les voyages, une idée soutenue par des pays particulièrement dépendants du tourisme, comme la Grèce, qui cherchent désespérément à sauver leurs économies paralysées.

La proposition de la Commission européenne, la branche exécutive de l’UE, créerait un certificat numérique à montrer dans les aéroports et aux passages de frontières pour prouver que le voyageur a bien reçu le vaccin.

L’idée est de permettre aux touristes vaccinés de contourner les restrictions sur les voyages non-essentiels qui se sont propagées à travers l’Europe, car une deuxième et une troisième vague d’infections au COVID-19 ont paralysé les voyages intra-UE.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...