GB : Une enfant juive gravement malade peut mourir, avertit un tribunal
Rechercher

GB : Une enfant juive gravement malade peut mourir, avertit un tribunal

Le juge estime qu'Alta Fixsler, âgée de deux ans, n'a "aucune chance de guérison", ses parents, "dévastés", disent vouloir la transférer dans un hôpital israélien

La cour royale de Justice qui héberge la Haute-cour de Londres, le 19 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Kirsty Wigglesworth)
La cour royale de Justice qui héberge la Haute-cour de Londres, le 19 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Kirsty Wigglesworth)

Un juge de la Haute Cour du Royaume-Uni a décidé vendredi que le traitement de maintien en vie d’une fillette juive de deux ans gravement malade, pouvait être retiré, car il en va de son « intérêt majeur. »

Alta Fixsler a été placée en soins palliatifs car elle ne peut pas respirer ou manger sans aide médicale, ont rapporté les médias britanniques.

Le juge Alistair MacDonald a déclaré que Fixsler, qui a des lésions cérébrales, n’a « aucune perspective de guérison » et a décidé qu' »il est dans l’intérêt majeur d’Alta, que le traitement qui maintient actuellement sa précieuse vie, soit retiré. »

Ses parents ont déclaré que leur foi juive ne leur permettait pas d’accepter une telle décision, qui entraînerait la mort d’Alta, et qu’ils souhaitaient plutôt l’emmener dans un hôpital israélien pour la soigner.

L’avocate de la famille, Victoria Butler-Cole, a déclaré qu’ils avaient « imploré le trust (de l’hôpital) de reconsidérer sa position » et de leur permettre d’emmener leur fille dans un hôpital en Israël « partageant leurs croyances religieuses et leur cadre éthique. »

Toutefois, M. MacDonald a jugé que, bien que « l’on ne puisse pas reprocher aux parents d’être parvenus à une décision différente, éclairée par les lois religieuses qui régissent leur mode de vie, mais en appliquant les principes juridiques laïcs que je dois appliquer… je ne peux pas être d’accord avec leur évaluation et je suis tenu d’agir en conséquence. »

Il a ajouté que le fait d’emmener l’enfant en Israël lui causerait un malaise « sans aucun avantage médical. »

Un avocat représentant la famille a déclaré qu’ils étaient « dévastés » mais qu’ils étudiaient les options pour faire appel de la décision.

« Naturellement, les parents d’Alta sont déçus par la décision d’aujourd’hui. Ils sont anéantis par la perspective de l’arrêt de son traitement et étudient actuellement leurs options en matière d’appel », a déclaré Mat Culverhouse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...