Gila Gamliel salue la promesse « zéro carbone » de Biden et Harris
Rechercher

Gila Gamliel salue la promesse « zéro carbone » de Biden et Harris

La ministre chargée de l'Environnement salue la nouvelle administration, disant qu'Israël se joint à l'initiative américaine de produire une électricité à 100 % propre

La ministre de la Protection environnementale Gila Gamliel, à gauche, et l'entrepreneur en énergie solaire Yosef Abromovitz dans une vidéo saluant la nouvelle administration américaine Biden-Harris, le 21 janvier 2020. (Capture d'écran)
La ministre de la Protection environnementale Gila Gamliel, à gauche, et l'entrepreneur en énergie solaire Yosef Abromovitz dans une vidéo saluant la nouvelle administration américaine Biden-Harris, le 21 janvier 2020. (Capture d'écran)

La ministre de la Protection environnementale Gila Gamliel a été la première membre du gouvernement à féliciter le nouveau président américain Joe Biden et la vice-présidente Kamala Harris dans la journée de mercredi, en amont de leur investiture. Elle leur a transmis le message qu’Israël se joignait à leur objectif de produire une électricité « zéro carbone ».

Gamliel a déclaré que l’Etat juif était « une lumière solaire entre les nations », apportant l’énergie verte au monde développé.

« Vous entrez aujourd’hui à la Maison Blanche avec une promesse importante qui aura un impact sur notre planète, nos économies et notre sécurité nationale – l’objectif d’une production d’électricité ‘zéro carbone’ d’ici 2035 », a-t-elle déclaré dans une vidéo publiée sur son compte Twitter.

« Ici, en Terre sainte, nous épousons votre vision inspirante et, en travaillant côte à côte, nous pouvons atteindre cet objectif des 100 % d’énergies renouvelables », a-t-elle ajouté.

Des paroles qui devraient encore indigner davantage Yuval Steinitz, le ministre de l’Energie, qui s’oppose à Gamliel concernant les objectifs en termes d’introduction des énergies renouvelables avec la ministre chargée de l’environnement. Ces objectifs auraient dû être présentés aux Nations unies à la fin de l’année dernière, comme le stipule l’Accord de Paris sur le climat que l’Etat juif avait signé en 2015.

Steinitz veut définir des objectifs moins ambitieux et il appuie les projets de construction de plusieurs centrales électriques alimentées au gaz. Il accuse souvent Gamliel de « populisme ».

La vidéo postée par la ministre attire l’attention sur certaines technologies vertes israéliennes, du stockage des énergies renouvelables aux outils robotiques de nettoyage de panneaux solaires. Y figurent également des images de la ministre aux côtés de l’entrepreneur spécialisé dans l’énergie solaire Yosef Abramowitz qui, après avoir immigré depuis les Etats-Unis, avait aidé à mettre en place la première usine d’énergie solaire et qui œuvre actuellement à introduire l’énergie solaire en Afrique.

« Je me trouve actuellement dans le sud d’Israël », dit Gamliel dans la séquence, se tenant à côté d’Abramovitz avec un champ d’énergie solaire en arrière-plan. « Je suis fière d’annoncer que cette région est la toute première dans le monde à être alimentée en électricité par le soleil et à
100 % pendant la journée ».

Gamliel termine en qualifiant l’énergie solaire « d’énergie de la paix, susceptible de rassembler notre région et d’illuminer la vie de nos populations ».

« Au nom du gouvernement d’Israël et de notre Premier ministre, au nom des citoyens d’Israël, sachez que nous sommes impatients d’approfondir davantage notre partenariat avec nos amis aux Etats-Unis », ajoute-t-elle.

« Ensemble, nous pouvons atteindre de nouveaux sommets et gagner la bataille pour le climat pour l’humanité toute entière », continue-t-elle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...