Grand rabbin : les agressions d’enfants ne peuvent pas être ‘mises sous le tapis’
Rechercher

Grand rabbin : les agressions d’enfants ne peuvent pas être ‘mises sous le tapis’

Dans une lettre ouverte, David Lau affirme que les ultra-orthodoxes ont ‘l’obligation’ de garder les yeux ouverts et d’aider les victimes

David Lau, grand rabbin ashkénaze d'Israël. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash 90)
David Lau, grand rabbin ashkénaze d'Israël. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash 90)

David Lau, le grand rabbin ashkénaze d’Israël, a déclaré dimanche que les membres de la communauté ultra-orthodoxe avaient « l’obligation » de traiter les affaires d’agression d’enfants, et que le sujet ne devait pas « être mis sous le tapis ».

Dans une lettre ouverte, le grand rabbin a laissé entendre que de tels crimes devaient être déclarés aux autorités, mais n’a pas appelé explicitement à impliquer la police.

« En aucun cas ces sujets horribles ne peuvent être mis sous le tapis ou ignoré. S’ils ne sont pas arrêtés, ils peuvent nuire à beaucoup d’autres personnes », a écrit Lau.

« A ce moment, c’est une obligation pour tous les parents, enseignants, membres de la famille ou quiconque travaillant dans l’éducation, de garder les yeux ouverts et d’offrir autant d’aide que possible à ceux qui en ont besoin. Se cacher la tête dans le sable n’est pas la réponse [correcte] à ces sujets difficiles et douloureux », a écrit Lau.

Dans sa lettre, le grand rabbin a fait référence à des affaires récentes d’agression au sein de la communauté haredi « vraiment choquantes ».

La semaine dernière, six enseignants d’une école ultra-orthodoxe dirigée par le mouvement hassidique Belz à Tel Aviv ont été inculpés pour des agressions physiques sévères contre des élèves. L’un des six hommes a également été accusé d’agression sexuelle. Vingt-deux élèves auraient soufferts d’agression physique entre 3 et 11 ans.

Le mois dernier, un ultra-orthodoxe de 50 ans, père de 11 enfants, a été arrêté pour des accusations d’agressions répétées de deux de ses filles.

Au sein de la communauté ultra-orthodoxe, il existe une certaine réticence à dénoncer les incidents d’agression sexuelle à la police. Récemment, certains rabbins de ces groupes ont permis à leurs fidèles de dénoncer les crimes aux autorités compétentes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...