Grèce : Profanation d’un cimetière juif à Athènes avec des inscriptions nazies
Rechercher

Grèce : Profanation d’un cimetière juif à Athènes avec des inscriptions nazies

"Juden Raus" et un symbole similaire à la croix gammée ont été inscrits à la peinture noire sur la clôture du cimetière situé à proximité d'Athènes

Illustration : Des tombes dans un cimetière de la communauté juive de la ville grecque de Thessalonique, le 30 mai 2014. (AP / Nikolas Giakoumidis)
Illustration : Des tombes dans un cimetière de la communauté juive de la ville grecque de Thessalonique, le 30 mai 2014. (AP / Nikolas Giakoumidis)

La clôture du cimetière juif près d’Athènes a été profanée lundi avec des inscriptions nazies, à deux jours du verdict très attendu sur le parti néonazi grec Aube dorée, a dénoncé dans un communiqué le Conseil israélite de Grèce.

« Juden Raus » était inscrit en peinture noire sur la clôture du cimetière. À côté de cette inscription, figurait un symbole similaire à la croix gammée utilisé par la formation néonazie Aube dorée, selon la photo publiée par le Conseil israélite.

« Le nazisme n’a pas de place dans notre démocratie car il incite à sa destruction et à la violation totale de tout droit de l’homme », a indiqué le conseil.

Le gouvernement a dénoncé « cet acte de vandalisme ».

« Le nazisme et l’antisémitisme et leurs adeptes n’ont pas de place en Grèce et ils ne bénéficieront d’aucune tolérance », a indiqué Stelios Petsas, porte-parole du gouvernement cité dans un communiqué.

La cour pénale d’Athènes doit prononcer mercredi à la suite d’un procès historique de cinq ans et demi un verdict crucial concernant la direction et des membres du parti néonazi Aube dorée, accusé « d’organisation criminelle » et du meurtre d’un musicien il y a sept ans.

Le choc provoqué par le meurtre en septembre 2013 de Pavlos Fyssas par un membre d’Aube dorée a alors contraint les autorités à arrêter et à traduire en justice les dirigeants et de nombreux membres du parti. Jusqu’alors, cette formation négationniste, accusée de nombreuses violences contre les migrants, les homosexuels et les militants de gauche, bénéficiait d’une quasi impunité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...