Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Greta Thunberg critiquée pour avoir scandé « Écrasons le sionisme »

L'activiste a publié des photos avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Stop à l'Holocauste » et « Juifs pour la libération de la Palestine »

La militante écologiste Greta Thunberg, à gauche, est avec l'Afghane Sahar Shirzad, lors d'un rassemblement à Amsterdam, le 12 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)
La militante écologiste Greta Thunberg, à gauche, est avec l'Afghane Sahar Shirzad, lors d'un rassemblement à Amsterdam, le 12 novembre 2023. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong)

Des images montrant la militante pour le climat Greta Thunberg scandant « Écrasons le sionisme » lors d’un récent rassemblement pro-palestinien en Suède ont suscité des critiques sévères à son encontre de la part d’éminents écologistes juifs.

Les actions de Thunberg, que beaucoup considèrent comme un symbole du mouvement écologiste, reflètent la façon dont « de grandes parties de la ‘gauche’ ou des ‘progressistes’ ont été intellectuellement manipulées par un antisionisme naïf, déformé et franchement sectaire », a déclaré mardi Nigel Savage, un militant écologiste né au Royaume-Uni et fondateur de l’organisation environnementale juive à but non lucratif Hazon, au Times of Israël.

Savage, dont le groupe basé à Jérusalem a été créé en 2000 et organise des balades à vélo axées sur l’environnement à New York, ajoute que « c’est le microcosme d’un problème bien plus important et bien plus grand. C’est triste et inquiétant. »

Thunberg n’a pas immédiatement répondu à des tentatives visant à obtenir une réaction.

Alon Tal, ancien législateur israélien et éminent scientifique en études environnementales, affirme que Thunberg a joué « un rôle historique dans la sensibilisation mondiale au changement climatique », mais qu’elle a « abusé de sa stature pour promouvoir des positions racistes et violentes ».

Suédoise de 20 ans qui a abandonné l’école en 2018 pour poursuivre une carrière d’activiste à plein temps contre ce qu’elle décrit être une crise imminente liée au climat, Thunberg est une fervente partisane des Palestiniens et a publié des photos d’elle avec des pancartes en soutien de Gaza, sur lesquelles on pouvait lire : « Stop à l’Holocauste » et « Juifs pour la libération de la Palestine ».

Au début du mois, Thunberg a essuyé de nombreuses critiques en Allemagne après qu’elle arboré un keffieh noir et blanc lors d’une manifestation dédiée au climat la veille à Amsterdam et ses multiples prises de positions.

La militante avait appelé à un « cessez le feu maintenant » dans le conflit qui oppose Israël au groupe terroriste du Hamas, lors d’une marche pour l’environnement qui a rassemblé quelque 70 000 participants dans la ville néerlandaise pour réclamer davantage d’attention des autorités au changement climatique, à 10 jours de la tenue d’élections anticipées au Pays-Bas.

Suite aux bombardements israéliens contre les infrastructures du Hamas dans la bande de Gaza, qui ont été déclenchés à cause des attaques sanglantes du Hamas le 7 octobre contre Israël, Fridays for Future avait dénoncé ce qu’il a appelé le « génocide » à Gaza et a critiqué « le soutien occidental et les machines de désinformation ».

Des propos dont s’est désolidarisée la présidente de la section allemande de l’organisation, Luisa Neubauer. Elle s’est dit récemment « déçue que Greta Thunberg n’ait rien de concret à dire sur les victimes juives du massacre du 7 octobre ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.