Rechercher

Grèves en Iran, les protestations entrent dans leur 6e semaine

La répression des protestations, les plus importantes en Iran depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l'essence, a fait au moins 122 morts dont des enfants

Des manifestants américains portant une grande photo de Mahsa Amini lors d'une manifestation contre le régime iranien suite à la mort d'Amini lors de sa détention par la "police des mœurs" de la République islamique, à Los Angeles, le 22 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Richard Vogel)
Des manifestants américains portant une grande photo de Mahsa Amini lors d'une manifestation contre le régime iranien suite à la mort d'Amini lors de sa détention par la "police des mœurs" de la République islamique, à Los Angeles, le 22 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Richard Vogel)

Les commerçants et ouvriers dans plusieurs villes d’Iran ont organisé des grèves samedi sur fond de protestations déclenchées il y a plus d’un mois par la mort de la jeune Kurde iranienne Mahsa Amini après son arrestation, selon des ONG.

Mahsa Amini, 22 ans, est décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des moeurs qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique, où le voile est obligatoire pour toutes les femmes dans l’espace public.

La répression des protestations, les plus importantes en Iran depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l’essence, a fait au moins 122 morts dont des enfants, selon l’Iran Human Rights (IHR) basée à Oslo.

Les Iraniennes, beaucoup tête nue, ont été à l’avant-garde du mouvement de contestation, chantant des slogans contre le pouvoir et affrontant les forces de sécurité.

Une Iranienne manifeste contre la mort d’une femme de 22 ans, Mahsa Amini, suite à sa détention par la police des moeurs, à Téhéran, le 1er octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Images du Moyen Orient)

De nouvelles manifestations ont eu lieu samedi mais il est difficile d’en évaluer l’ampleur en raison des restrictions d’accès à Internet imposées par les autorités. Elles ont été accompagnées également de grèves.

« Oppression systématique »

Le média en ligne 1500tasvir a fait état de « grèves (…) organisées dans des villes, dont Sanandaj, Bukan et Saqez (nord-ouest) ». Cette dernière est la ville natale de Masha Amini.

Le groupe de défense des droits Hengaw, basé en Norvège, a aussi parlé de commerçants en grève dans ces même villes, ainsi qu’à Marivan (ouest).

Manifestation populaire lors du rassemblement « Liberté pour l’Iran » suite à la mort de Mahsa Amini dans le district de Shibuya à Tokyo, le 22 octobre 2022. (Crédit : Yuichi Yamazaki/AFP)

A Tabriz, capitale de la province de l’Azerbaïdjan oriental, des dizaines de travailleurs se sont rassemblés devant une chocolaterie, d’après d’autres vidéos qui n’ont pas pu être vérifiées dans l’immédiat par l’AFP.

Des étudiants ont protesté dans plusieurs universités du pays, a indiqué 1500tasvir, citant la Faculté des arts et d’architecture de Yazd (centre), l’université de Téhéran, l’université Allameh Tabatabai, dans l’est de la capitale, l’université Razi à Kermanshah (nord-ouest), ainsi que celles de Hamedan (ouest), Ahvaz et Yasouj (sud-ouest).

Des dizaines d’étudiants ont applaudi et chanté lors d’une manifestation à l’université Shahid Beheshti de Téhéran, selon une vidéo tweetée samedi par 1500tasvir.

Une autre vidéo, filmée à l’université de sciences médicales à Tabriz, montre des dizaines d’étudiants applaudir et scander des slogans hostiles aux autorités iraniennes.

Dans cette photo prise par un individu non employé par l’Associated Press et obtenue par l’AP hors d’Iran, les Iraniens protestent contre la mort de Mahsa Amini après qu’elle a été détenue par la police morale, à Téhéran, le 1er octobre 2022. (AP Photo/Middle East Images, File)

Un syndicat d’enseignants a par ailleurs appelé à une grève nationale dans le pays dimanche et lundi pour dénoncer la répression qui, selon Amnesty International, a coûté la vie à au moins 23 enfants.

Dans un communiqué, le Conseil de coordination des syndicats d’enseignants a déclaré que le « sit-in » serait une réponse à « l’oppression systématique » des forces de sécurité dans les écoles. Il a nommé quatre adolescents tués dans la répression – Nika Shahkarami et Sarina Esmailzadeh, Abolfazl Adinezadeh et Asra Panahi – et fait état de l’arrestation d’un grand nombre d’enseignants.

Des militants ont pour leur part accusé les autorités iraniennes de mener une campagne d’arrestations massives et d’interdictions de voyager, la liste incluant athlètes, journalistes, avocats et célébrités.

Les autorités, qui voient dans la plupart des manifestations des « émeutes », minimisent leur portée et les imputent aux « ennemis » de la République islamique comme les Etats-Unis.

Photo de la sportive Elnaz Rekabi sans hijab, aux Championnats d’Asie de la Fédération Internationale d’Alpinisme à Séoul, le 16 octobre 2022 (Capture d’écran utilisée conformément à l’article 27a de la Loi sur les Droits d’Auteur)
Sélectionnez

Samedi, le vice-ministre de l’Intérieur Majid Mirahmadi a admis des rassemblements dans des universités mais « avec de moins en moins de gens ». « Les émeutes connaissent leurs derniers jours », a-t-il estimé, cité par l’agence officielle Irna.

Rassemblements à l’étranger

Vendredi, la sportive iranienne Elnaz Rekabi, qui selon les chaînes BBC Persian et Iran International basées à Londres, a été assignée à résidence à son retour de Corée du Sud, a remercié ses soutiens sur Instagram.

La sportive de 33 ans avait été accueillie mercredi à l’aéroport de Téhéran par une foule de partisans. Elle avait participé à Séoul à une compétition d’escalade avec seulement un bandana sur la tête, ce qui avait été interprété comme un geste de solidarité avec les manifestations en Iran.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, s’exprimant lors d’une conférence conjointe avec son homologue syrien, dans la capitale syrienne, Damas, le 2 juillet 2022. (Crédit: Louai Beshara/AFP)

Des organisations de défense des droits humains basées à l’étranger ont exprimé des inquiétudes pour le sort de la sportive qui a affirmé que son foulard avait glissé par erreur et présenté des « excuses ».

A l’étranger, les rassemblements de solidarité avec les protestations en Iran se sont aussi poursuivis avec des manifestations à Tokyo et à Berlin, où des milliers de personnes ont manifesté.

La communauté internationale a condamné la répression et plusieurs pays ainsi que l’Union européenne ont imposé des sanctions à des dirigeants et entités iraniens.

Samedi, le chef de la diplomatie iranienne Hossein Amir-Abdollahian a accusé Washington d’instrumentaliser les manifestations pour obtenir des concessions dans les négociations, lancées il y a plus d’un an, pour raviver l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...