« Guerre contre l’Iran » : une erreur de traduction de l’équipe de Netanyahu
Rechercher

« Guerre contre l’Iran » : une erreur de traduction de l’équipe de Netanyahu

Le ministère des Affaires étrangères et de grands médias iraniens font état d'une déclaration en apparence belliqueuse sur les réseaux sociaux, avant de faire marche arrière

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à la réunion hebdomadaire de son cabinet à Jérusalem, le 3 février 2019. (Crédit : Ronen Zvulun/Pool/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à la réunion hebdomadaire de son cabinet à Jérusalem, le 3 février 2019. (Crédit : Ronen Zvulun/Pool/AFP)

VARSOVIE, Pologne — Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a tiqué mercredi lorsqu’il a ostensiblement appelé à « une guerre contre l’Iran. »

Dans un message vidéo en hébreu enregistré avant son départ pour la conférence de Varsovie sur le Moyen-Orient, le Premier ministre se réjouissait qu’un dirigeant israélien s’apprête à discuter avec des officiels de « grands pays arabes » afin de « faire des progrès au sujet d’une préoccupation commune : combattre l’Iran. »

Néanmoins, une traduction officielle des propos, transmise par le service de presse du gouvernement, a traduit littéralement la fin, « milhama b’Iran« , en « guerre avec l’Iran. »

La déclaration a été publiée sur les comptes de réseaux sociaux du Premier ministre, poussant plusieurs personnes, dont le ministère iranien des Affaires étrangères Javad Zarif, à la dénoncer et la qualifier d’ostensiblement belliqueuse.

De nombreux autres utilisateurs de ces réseaux, y compris d’éminents journalistes, se sont également demandé si Netanyahu venait d’appeler ouvertement à la guerre contre l’Iran.

Un porte-parole du cabinet du Premier ministre contacté pour commenter les propos n’avait pas répondu au moment de la publication de l’article.

Une heure environ après l’apparition des propos en ligne, alors que Netanyahu assistait déjà à une réception inaugurale au Château historique de Varsovie, son équipe a supprimé le premier tweet pour le remplacer par une version corrigée : « Ce qui est important avec cette réunion — qui n’est pas secrète, car ce n’est pas la première — c’est qu’il s’agit d’une réunion ouverte avec des représentants de grands pays arabes, aux côtés d’Israël, visant à faire des progrès au sujet d’une préoccupation commune : combattre l’Iran. »

Quelques minutes après, le service de presse du gouvernement publiait également une nouvelle traduction de la déclaration, cette fois-ci correcte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...