Haïm Korsia inquiet à propos de l’abattage rituel en France
Rechercher

Haïm Korsia inquiet à propos de l’abattage rituel en France

"Tout animal abattu doit être privé de conscience d’une manière efficace," a déclaré le président du Conseil de l’ordre des vétérinaires

Capture d’écran : Haïm Korsia sur le plateau du Grand Journal
Capture d’écran : Haïm Korsia sur le plateau du Grand Journal

Le grand rabbin de France a adressé une lettre au président du Conseil de l’ordre des vétérinaires, Michel Baussier, rapporte La Croix.

Le 24 novembre ce dernier a déclaré devant le Sénat que « tout animal abattu doit être privé de conscience d’une manière efficace, préalablement à la saignée jusqu’à la fin de celle-ci. »

Si une telle mesure était entérinée, elle aurait de lourdes conséquences sur l’abattage rituel et par conséquent sur la communauté juive entière.

Selon la loi juive de la shehita, l’animal ne peut pas être étourdi avant la saignée. Si tel est le cas, la viande ne peut être considérée comme casher.

Ainsi le grand rabbin de France explique dans sa lettre qu’une telle mesure si elle était entérinée aura « des conséquences fâcheuses puisque les personnes de stricte observance, plus nombreuses qu’on ne le croit, se verront contraintes à recourir à l’importation ou à renoncer à la consommation de viande ».

Cette lettre adressée au président du Conseil de l’ordre des vétérinaires a été également adressée en copie au ministre de l’Agriculture et au ministre de l’Intérieur en charge des cultes.

Haïm Korsia souligne dans sa lettre l’existence d’un débat scientifique autour de la notion de douleur animale au moment de l’abattage et ajoute que dans le contexte politique actuel un tel débat et « pour le moins imprudent, si ce n’est inconscient. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...