Haim Korsia : « La seule solution c’est d’être uni »
Rechercher

Haim Korsia : « La seule solution c’est d’être uni »

Pour le grand rabbin de France, la cohésion est la seule arme que la France possède

Capture d’écran : Haïm Korsia sur le plateau du Grand Journal
Capture d’écran : Haïm Korsia sur le plateau du Grand Journal

Ce matin, Haim Korsia était l’invité d’Itélé. Dans une interview le Grand rabbin de France revient sur les attentats qui ont frappé la France il y a un an.

Tout le monde se souvient où il était au moment des attentats de Charlie Hebdo. Haim Korsia était lui dans une dépendance du ministère de l’Intérieur pour une réunion sur la déradicalisation. Lorsque le rabbin de France a appris la prise d’otages de l’Hyper Cacher il descendait du train à Bordeaux.

Lors de ce voyage à Bordeaux, le Grand rabbin de France avait participé à une marche qui partait de la mosquée de Bordeaux avec des personnalités politiques et religieuses. Cette marche passait par tous les lieux de culte de la ville : mosquée, cathédrale et synagogue pour rejoindre la mairie.

Le grand rabbin salue la vision d’ensemble du gouvernement, rendant hommage à toutes les victimes de janvier 2015. Selon lui, « il faut retenir cette union, parce que c’est la seule arme qu’on est. »

Selon Haim Korsia, le grand rassemblement patriote du 11 janvier a permis de prendre conscience de cette possibilité d’union entre tout le peuple français basée sur « des vrais valeurs. » « On sait qu’on a une capacité à produire de l’unité, » explique-t-il.

Au cours de cette interview, Haim Korsia a souligné l’importance de se souvenir du nom des victimes et non pas seulement des noms des terroristes. « Ça devient insupportable, il y en a marre de parler de ces affaires que par le nom de l’assassin, moi je veux parler d’Arié, de Gabriel, de Jonathan Sandler et de Myriam Monsonégo » faisant référence aux attentats de Toulouse de mars 2012.

Pour Haim Korsia, la sonnette d’alarme pour les juifs de France a commencé il y a dix ans avec l’affaire Ilan Halimi, dont la commémoration aura lieu cette année au mois de février. « Il y a dix ans, on avait la sensation d’une immense solitude et une forme d’indifférence. »

« Avec ce qui s’est passé en novembre, avec 130 morts, c’est notre système de vie qui est visé. La seule solution c’est d’être uni. »

« Nous devons produire une capacité à nous sentir tous dans la même situation que l’autre, parce que si on considère que l’autre est un paratonnerre pour moi, ça ne peut pas marcher. »

Il ne doit pas avoir de distinction faite entre les citoyens français, selon le rabbin, il faut penser en tant que communauté nationale.

Enfin pour Haim Korsia, les actes terroristes n’ont pas pour motif la religion, mais la haine. « La haine, on la combat par l’amour et par le lien, et par la fermeté.»

La coexistence entre les communautés religieuses doit se renforcer à tous les niveaux conclut le rabbin en soulignant les diverses initiatives dans ce sens depuis les attentats de janvier dernier.

Pour voir ou revoir mon interview de ce matin sur I-télé

Posted by Haïm Korsia on Thursday, 7 January 2016

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...